ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archives de tourisme

Les Routes de la Lavande : au carrefour du développement culturel et de la valorisation de la ressource

Communication de Romain Monge, Colloque international, Québec, Canada, 13-15 juin 2012

La lavande française a connu et connaît une dynamique territoriale remarquable, surtout en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, où elle s’intègre dans des réseaux d’échange et de production fortement mondialisés. D’autre part, elle est une représentation symbolique de la Provence. Parallèlement, le tourisme est une base forte de l’économie régionale, puisque près de 220 millions de touristes se sont rendus en région PACA en 2010. Face aux crises de production de la lavande des années 1980 et 1990, il fût primordial d’allier tourisme, Provence et ressource naturelle par le biais des  » Routes de la Lavande « , opération touristique faisant partie du Plan de Relance de 1994. Ces itinéraires revalorisent une espèce qui était devenue un peu désuète, mais met également en scène tout le patrimoine provençal puisqu’ils traversent les petits villages provençaux, les réserves forestières, les parcs naturels… Aussi, ces  » routes  » ont aidé la filière lavandicole à se structurer et à coopérer ensemble : grâce à la mutualisation des idées et des savoir-faire, des unités se sont équipées en matériel High-tech, le développement de la vente directe a donné plus d’indépendance aux producteurs et la lavande redevient un produit noble. En empruntant les nouveaux concepts de la géographie économique, industrielle et culturelle (issus des travaux du Groupe de Recherche sur les Milieux Innovateurs), cette démonstration vise à montrer que la lavande est un hybride entre produit touristique et culturel, et que les  » Routes de la Lavande  » est un concept innovant qui a remis en valeur un produit en perdition et qui a renforcé une filière agricole atypique.

Communication intégralement accessible en version PDF (290,93 ko) sur HAL-SHS.

 

La parfumerie grassoise dans tous ses états (XIXe-XXe siècle)

Journée d’étude organisée par le centre de la Méditerranée moderne et contemporaine avec le soutien de l’UFR LASH de l’université Nice Sophia Antipolis, vendredi 19 septembre 2014, Université Nice Sophia Antipolis, salle du conseil – 98 boulevard Edouard Herriot (Nice, France)

Le 17 octobre 2013, été annoncée la candidature des « savoir-faire liés au parfum en Pays de Grasse » à l’inscription au patrimoine immatériel de l’Unesco. Valorisant de manière simultanée la tradition agricole, industrielle et artistique grassoise qui perdure depuis le XVIIIe siècle, la candidature à l’Unesco sous-tend l’affirmation, partagée par la population, que la capitale des parfums n’est pas une image vide de sens. Dans l’objectif  d’apporter une contribution scientifique au projet grassois, cette journée d’étude organisée par le Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine avec le soutien de l’UFR LASH de l’Université Nice Sophia Antipolis se propose ainsi de revenir sur l’histoire de la parfumerie grassoise entre le XIXe et XXe siècle en invitant les chercheurs spécialistes à croiser leurs regards et leurs expériences.

Programme

  • 9h00 : Introduction, Mathilde Cocoual

Sources pour l’étude des parfumeries grassoises

  • 9h15 : Alain Bottaro (conservateur du patrimoine, Archives départementales des Alpes-Maritimes, chargé des relations avec le public, des archives privées et orales), Présentation des sources de l’histoire de la parfumerie grassoise 
  • 9h45 : Laurence Argueyrolles (chef du Service Ville d’art et d’histoire, Mairie de Grasse) et Gabriel Benalloul (chargé de mission Service Ville d’art et d’histoire, Mairie de Grasse), Une étude du patrimoine industriel grassois : l’inventaire des parfumeries et des moulins hydrauliques

10h15 : Pause

Les parfumeries grassoises : regards sociologiques, économiques, juridiques

  • 10h45 : Eliane Perrin (Sociologue, Université de Genève), De la sociologie du corps à l’histoire de Chiris 
  • 11h15 : Dorotà Leszczinska (chercheuse, IPAG Business School, GREDEG – Groupe de recherches en droit, économie, gestion, Université Nice Sophia Antipolis), L’influence de l’enracinement du savoir sur la trajectoire historique: étude de cas du cluster de Grasse
  • 11h45 : Prenant Patricia (chercheuse associée, ERMES, Équipe de Recherche sur les Mutations de l’Europe et de ses Sociétés, Université Nice Sophia Antipolis), Comment protéger juridiquement le parfum ? Regard historique à travers l’exemple grassois

12h15 : pause-déjeuner

Grasse et ses parfums : promotion et valorisation

  • 14h00 : Chloé Rosati-Marzetti (Docteur en anthropologie, LAPCOS – Laboratoire d’Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales, Université Nice Sophia Antipolis), Iconographie touristique : promouvoir la « cité des parfums »
  • 14h30 : Romain Monge (docteur en Géographie, Expert, Consultant technique chez EcoWorks International, Etats-Unis), La valorisation tardive des plantes à parfum et du savoir-faire grassois, XIXe-XXe siècle

15h00 : Pause

Grasse hors les champs : les domaines de production extérieurs au bassin grassois

  • 15h30 : Géraud Buffa (Conservateur en chef du patrimoine, Service de l’Inventaire général et du patrimoine, Direction de la culture, Région Provence Alpes Côte d’Azur), Au pays de la lavande. L’implantation grassoise en Haute-Provence
  • 16h00 : Mathilde Cocoual (doctorante, CMMC – Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, Université Nice Sophia Antipolis), De la cité des parfums à l’île au parfum : les intérêts grassois à Madagascar, XXe siècle

16h30 : Discussion et clôture

[Info Calenda]

L’identité d’une ville au travers de ses artefacts : Grasse, de 1860 à nos jours : étude de la co-construction d’un imaginaire touristique et d’une identité locale

Thèse de Chloe Rosati-Marzetti, Université Nice Sophia Antipolis (Anthropologie), 03/07/2013, Joel Candau et Philippe Hameau (Dir.), 442 p.

Cette recherche aborde la question de la production et de la réception d’un imaginaire touristique. Résultant d’une enquête ethnographique effectuée sur la ville de Grasse dans les Alpes-Maritimes, ce travail met en lumière la construction de l’ambivalence Grasse/parfum et dépasse ce modèle en montrant que l’association Grasse/Provence est également prégnante. Après une présentation évolutive de l’essentialisation des caractéristiques de la ville, de certains traits topologiques, culturels et sociaux, qui l’érigent aujourd’hui comme un territoire singulier et reconnaissable, on montre comment, à travers divers aménagements urbains et productions locales, les municipalités et les professionnels du tourisme mettent en spectacle l’essence de la cité. Ainsi, les objets-souvenir syncrétisent les discours transmis autour et au sujet de la ville et participent à la création et à la transmission des représentations de soi, pour soi et pour les autres. Etudier les représentations de la localité grassoise met en évidence les logiques identitaires locales, sous tendues par la promotion touristique, et qui passent par la culture matérielle (affiches, cartes postales, objets-souvenir) et idéelle (discours, littérature, idées véhiculées) soumise aux touristes. Le processus de patrimonialisation lui-même influe sur les habitants. La parole leur est alors donnée pour comprendre la manière dont ils se positionnent face à cet imaginaire touristique omniprésent.

Thèse intégralement accessible en version PDF (5,2 Mb) sur TEL.

Paysage et médiatisation dans les Alpes françaises. Approche géographique de la diffusion des cartes postales paysagères

Thèse de Jean-Baptiste Litot, Université de Franche-Comté (Géographie), 15/01/2010, Serge Ormaux (Dir.), 320 p.

Petit rituel des vacances, la carte postale paysagère a pour fonction première d’entretenir les relations sociales entre ceux qui partent et ceux qui restent. Mais en donnant à voir une portion d espace depuis un autre lieu, elle constitue une manière originale d appréhender les territoires touristiques et de répondre à une question a priori simple : pourquoi vend-on tel paysage dans tel lieu de vente ? A partir de cette question théorique, d’autres interrogations émergent : existe-t-il une hiérarchie entre les sites touristiques ? Des parties de territoire sont-elles évincées en raison de leur manque d attractivité ? La médiatisation des sites engendre t-elle des effets de déconstruction des territoires ? Pour répondre à ces questions, une enquête a été réalisée dans deux départements des Alpes françaises : la Savoie et la Haute-Savoie. Huit mille cartes postales ont ainsi pu être recensées, décrites, analysées puis géoréférencées, constituant un corpus paysager exceptionnel. Des méthodes d’analyse statistique et spatiale ont ensuite permis de dégager une série de facteurs intervenant dans la médiatisation paysagère et d’apporter un regard particulier sur les pratiques de mise en image des territoires.

Thèse intégralement accessible en version PDF (23,6 Mb) sur HAL-SHS.

A l’ombre du Bois Sacré, la fièvre de l’ayahuasca en forêt amazonienne

Emission « Tout un monde« , radio France Culture, 5.11.2013

Analyse du marché du « tourisme de soi » en Amazonie, de la médecine « chamanique » et de ses motivations… Par un anthropologue observateur, quoique peu participant, puisqu’il refuse d’expérimenter le « produit », une liane hallucinogène présente dans les forêts équatoriales du Pérou et du Gabon. Une enquête qui s’inscrit dans les travaux de Jean-Loup Amselle autour des « primitivismes contemporains ».

A ré-écouter sur le site de l’émission.

La Rose Bengalesi de Silvia Stucky

Viaggio in Italia / Italienische Reise 2010-2012Werkschauhalle, Spinnerei

Spinnereistraße 7, 04179 Leipzig, exposition les 15 et 16 septembre 2012

Tina Bara / Alba D’Urbano, Jacopo Benci, Emerson Culurgioni, Katrina Blach, Gottfried Binder, Libia Castro & Ólafur Ólafsson, Johanna Diehl, Charlotte Eifler, Sarah Feulner / Lena-Rosa Händle, Valerio Figuccio / Michael Petri, Nina Fischer / Maroan el Sani, Ya-Wen Fu, Heike Gallmeier, Eiko Grimberg, Matthias Hoch, Franziska Jyrch, Susanne Keichel, Franziska Klose, Julia Krause, Kathrin Kunert, Verena Landau, Franziska Meinert, Berit Mücke, Nadine Neuhäuser, Marcel Noack, NUOVA, Jana Nowack, Ginevra Panzetti / Enrico Ticconi, Raphael Sbrzesny, Jana Schulz, Maya Schweizer, Maria Sewcz, Tim Sharp, Jakub Simcik, Schlatter / Sing, Heidi Specker, Silvia Stucky, Yukiko Terada, Dagmar Varady, Carolin Weinert

The exhibition project was inspired by the idea of the ‘Grand Tour’ which was given a contemporary actualisation within the field of tension between romantic nostalgia and today’s reality of post-industrial structural change. The area including the cities of Rome and Tivoli is especially interesting because of its overlapping layers that allow a period of time from antiquity to today to remain visible.
The works examine phenomena which arise from the transformations in working conditions and political structures, as manifested in the urban and architectural environment, as well as representational forms of tourism in relation to the projections of the tradition-laden educational journey.

Extrait temporairement visible de la vidéo de Silvia Stucky : http://www.youtube.com/watch?v=566lfvx2RVw&feature=plcp

Agriculture, territoire et développement durable. Analyse systémique d’une agriculture littorale sous pression touristique : l’exemple de la Balagne en Corse

Thèse de Caroline Tafani, Université de Corse Pascal Paoli, 10/12/2010, Marie-Antoinette Maupertuis et Alexandre Moine (Dir.), 543 p.

Cette thèse a pour objet l’analyse des conditions de la durabilité de l’agriculture d’une campagne de nouvelle ruralité, la Balagne maritime touristique au nord-ouest de la Corse. Considérant qu’un développement agricole durable repose sur des exploitants agricoles qui ont les capacités de pratiquer une agriculture multifonctionnelle, et que leurs pratiques sont largement conditionnées par le jeu des acteurs autour de la place et des fonctions de l’agriculture dans le territoire, une analyse systémique de la problématique est menée. Celle-ci s’appuie sur le concept de système agraire, alors inscrit dans un méta-système territorial. La présentation de ce cadre méthodologique et pratique réactualisé fait l’objet de la première partie de la thèse. Il est ensuite montré dans une seconde partie comment les interactions dynamiques entre des événements d’ordres démographiques, socio-économiques et politiques ont conduit à transformer la société horto-pastorale des années 1950 en territoire mixte, rural touristique : l’agriculture, entre pression foncière et valorisation touristique du patrimoine rural, y est au cœur d’enjeux contradictoires. Ces résultats sont notamment issus d’une étude statistique très précise des données SAFER Corse sur la période 1998-2008, ainsi que de l’analyse des plans et projets d’aménagement rural. La troisième partie expose enfin le fonctionnement technico-économique des systèmes de production agricole, et met en exergue que les exploitants qui répondent à, et tirent profit de la demande touristique de patrimoine rural possèdent un usage garanti du foncier exploité. Pourtant, si la maîtrise foncière est une condition nécessaire à un développement durable, elle n’est pas suffisante. Pour conclure, des pistes pour améliorer la durabilité de l’agriculture en Balagne sont suggérées.

Thèse intégralement accessible en version PDF (17,3 Mb) sur HAL-SHS.