ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archive pour pistacia lentiscus

Valorisation du lentisque « Pistacia lentiscus L . » : Étude ethnobotanique, screening phytochimique et pouvoir antibactérien

Article de Mohamed Bammou, Amine Daoudi, Ikram Slimani, Mariam Najem, El Houssine Bouiamrine, Jamal Ibijbijen et Laila Nassiri paru dans Journal of Applied Biosciences, 27.02. 2015

Cette étude consiste en une contribution à la valorisation du lentisque, très répandu dans la région de Meknès, via une investigation ethnobotanique, un screening phytochimique et des tests  antibactériens.

Une étude ethnobotanique a été menée à l’aide de fiches questionnaires auprès de la majorité des herboristes de la ville de Meknès ; ceci, afin de récolter le maximum d’informations sur les vertus et usages traditionnels de P. lentiscus L. L’enquête a révélé que le lentisque est couramment utilisé en thérapie (96%), surtout dans le traitement des affections gastro-intestinales (88%), et dermatologiques (28%). Le feuillage et les jeunes rameaux sont utilisés sous forme de tisane (50%) et d’huiles essentielles (33%). A travers l’investigation phytochimique et des tests d’activité antibactérienne conduits avec des extraits de feuilles et de jeunes rameaux, il apparait que P. lentiscus L. est riche en métabolites secondaires. De son côté, l’huile essentielle et les différents extraits testés sont dotés d’une activité antibactérienne considérable.
Conclusion et application de la recherche : L’étude ethnobotanique nous a permis de dévoiler le large éventail d’utilisation du feuillage de P. lentiscus L. dans le traitement de pathologies, notamment celles du tube digestif. Aussi, P. lentiscus L. est potentiellement important grâce à ses atouts en termes de biomasse, d’abondance sur le terrain, de richesse en métabolites secondaires (tanins, flavonoïdes, Stérols, triterpènes, et saponosides), d’effets antibactériens et de faible toxicité en rapport avec l’absence d’alcaloïdes et d’hétérosides cyanogénétiques.
Article intégralement accessible en version PDF (1,8 Mo) sur Elewa.

 

 

Publicités

Savoir-faire de la culture du mastiha à l’île de Chios

Le Comité de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel a décidé, en novembre 2014, à l’unanimité d’inscrire sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel « Le savoir-faire de la culture du mastiha à l’île de Chios ».  Le Comité a décidé que la culture traditionnelle et la production du mastiha sont une tradition particulière de Chios, elles constituent un exemple exceptionnel de croissance viable qui perdure au fil des années, et elles ont la capacité de s’adapter aux changements et évolutions.  Il est à noter que la Grèce est membre du Comité pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel depuis 2006, elle a été élue au Comité intergouvernemental et à l’Organe Consultatif du Comité.  

Matsiha, Stratis Voyatzis

Le mastiha, résine aromatique extraite de l’arbuste pistacia lentiscus, est cultivé sur l’île de Chios. La culture traditionnelle du mastiha est une occupation familiale : les hommes s’occupent de la fertilisation naturelle et de l’élagage des branches en hiver, et les femmes préparent le sol autour du tronc en été, avant de recueillir les larmes de mastiha. La culture du mastiha représente un fait social global, autour duquel se sont tissés des réseaux d’entraide et d’alliance.  

Voir la page du site de l’Unesco ainsi qu’un film, ou encore la page du site de l’Ambassade de Grèce qui lui est consacrée.