ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archives de Méditerranée

Les céréales dans le monde antique . Cultiver, stocker, transformer et redistribuer

Colloque international, Université Paris-Sorbonne – Paris IV, Paris, 5-6 novembre 2015

Le rôle fondamental des céréales dans les sociétés antiques n’est plus à démontrer. Longtemps influencées par l’iconographie léguée par ces civilisations, les études se sont surtout focalisées sur les étapes de la mise en culture des champs ou de la fabrication du pain et de la bière. Cependant, rares ont été les travaux mêlant les différentes sources disponibles permettant de proposer des synthèses sur l’impact des céréales dans les économies antiques. C’est donc avec une approche comparative et transversale que ce colloque propose d’étudier la question des rôle politique et économique des cultures céréalières dans le monde méditerranéen ancien.

Programme

Jeudi 5 novembre 2015

9h – 9h30 Accueil

  • 9h30 – 10h Juan Carlos Moreno García (CNRS), Céréales et cultures alternatives en Égypte pharaonique
  • 10h – 10h30 Hussein Medina (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Les activités agricoles et les relations commerciales entre l’Égypte et une zone périphérique. Étude préliminaire des restes archéobotaniques de l’Âge du Bronze récent à l’Âge du Fer (Tell Quiela, Hébron et Cisjordanie)

10h30 – 11h Pause-café

  • 11h – 11h30 Charlène Bouchaud (CNRS – MNHN), Productions céréalières au Moyen-Orient (Égypte, Nubie, Levant, Arabie), Ier millénaire avant J.-C. – Ier millénaire après J.-C. : apport de l’archéobotanique et approche comparative
  • 11h30 – 12h Francis Joannès (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Céréales et divination en Babylonie au Ier millénaire 

12h – 12h30 Discussions

12h30 – 14h Déjeuner

  • 14h – 14h30 Julie Masquelier-Loorius (CNRS), Les greniers au Nouvel Empire (v. 1500 – 1100 avant notre ère)
  • 14h30 – 15h Guillaume Huitorel (Université Paris Ouest – La Défense), Stocker les céréales dans les établissements ruraux du nord de la Gaule à l’époque romaine. Greniers et granges à l’épreuve de l’archéologie
  • 15h – 15h30 Séverine Marchi (CNRS), Entre arrière-pays et capitale, l’approvisionnement et le stockage des céréales dans le Royaume de Kerma (Soudan)

15h30 – 16h Pause-café

  • 16h – 16h30 Julien Zurbach (École Normale Supérieure), Le stockage des céréales en Grèce à l’époque archaïque
  • 16h30 – 17h Leslie A. Warden (Roanoke College), Grain, the pottery of production, and silos: a complex economic relationship

17h – 18h Discussions

Vendredi 6 novembre 2015

  • 9h – 9h30 Nicolas Monteix (Institut universitaire de France), L’évolution des formes de consommation de céréales au prisme des boulangeries Pompéiennes
  • 9h30 – 10h Antoine Pietrobelli (Université de Reims Champagne-Ardenne), La ptisane des Grecs : transformation des céréales et représentations physiologiques
  • 10h – 10h30 Teodozja Rzeuska (Polish Academy of Sciences), Daily Bread in Elephantine during the Middle Kingdom

10h30 – 11h Pause-café

  • 11h – 11h30 Florence Bourbon (Université Paris-Sorbonne – ESPE), Orge et blé – farine et son – dans les remèdes de la Collection hippocratique
  • 11h30 – 12h Xavier Faivre (CNRS), Les céréales dans l’Orient ancien : accumulation, transformation, consommation

12h – 12h30 Discussions

12h30 – 14h Déjeuner

  • 14h – 14h30 Aurore Ciavatti (Université Paris-Sorbonne – Paris IV), L’économie céréalière des temples royaux à la Ve dynastie
  • 14h30 – 15h00 Pierre Tallet (Paris-Sorbonne – Paris IV), Du pain et des céréales : l’approvisionnement des équipes royales sous le règne de Chéops selon les papyrus du Ouadi el-Jarf

15h – 15h30 Pause-café

  • 15h30 – 16h00 Adeline Bats (Université Paris-Sorbonne – Paris IV), Le transport fluvial du grain en Égypte ancienne
  • 16h – 16h30 Damien Agut-Labordère (CNRS), Michel Chauveau (EPHE), Prélèvement et redistribution du blé et de l’orge par le temple d’Osiris – jw à El-Manawir (450 avant J.-C. – 370 avant J.-C.)

16h30 – 17h30 Discussions

Infos sur ce site.

Tannerie et teinturerie en Méditerranée médiévale et moderne

Journée d’études internationale, MMSH, Aix-en-Provence, 31 mars 2015

Cette journée d’études internationale et pluridisciplinaire vise à faire un état des lieux des recherches actuelles sur les artisanats de tannerie et de teinturerie sur les deux rives de la Méditerranée, aux époques médiévale et moderne.

Programme

  • 9h-9h15 : Sylvain Burri, Mohamed Ouerfelli, Henri Amouric (AMU-CNRS, LA3M UMR 7298) Introduction
  • 9h15-45 : Catherine Verna (Université Paris 8), Teinturiers et teintureries du district du Vallespir, XIVe et XVe siècles
  • 9h45-10h15 : Ricardo Cordoba de la Llave (Université de Cordoue), Recettes médiévales hispaniques sur la teinture des draps et des peaux
  • 10h15-10h45 : Rafael J. Díaz Hidalgo (Université de Cordoue) Expérimentation archéologique des processus décrits dans quelques recettes médiévales hispaniques

10h45-11h : Discussions

11h-11h15 : Pause

  • 11h15-11h45 : Elisa Pruno, Chiara Marcotulli (U. Florence/LA3M UMR 7298), (Université de Florence) Teindre ou ne pas teindre. Là est le problème! Le cas du site de Shawbak (Jordanie)
  • 11h45-12h15: Sylvain Burri (CNRS, LA3M UMR 7298) Teintures et tanins végétaux en Provence à la fin du Moyen Âge
  • 12h15-12h45 : Vianney Forest (INRAP/CNRS, UMR 5608) De l’os au cuir : une gageure archéozoologique

12h45-13h00 : Discussions

13h00-14h : Repas

  • 14h-14h30 : Yassir Benhima (Université Paris 3/CIHAM) La tannerie en Occident musulman médiéval d’après les sources juridiques
  • 14h30-15h : Mohamed Hassen (Université de Tunis) Tannerie et teinturerie en Ifrîqiya hafside (XIIIe-XVe s.)
  • 15h-15h30 : Olatz Villanueva (Université de Valladolid) Fouilles archéologiques des tanneries de la ville de Zamora (Espagne)

15h30-15h45 : Discussion

15h45-16h : Pause

  • 16h-16h30 : Nicolas Guinaudeau, Jérôme Ros (ACTER archéologie/CNRS, UMR 5607), (CNRS, UMR 7209/MNHN) Une tannerie médiévale dans le village de Chalamont (Ain) : présentation des premiers résultats de la fouille archéologique et des études spécialisées
  • 16h30-17h : Brigitte Marino (CNRS-IREMAM) Tanneurs de Damas au XVIIIe siècle. Organisation et frontières d’une corporation de métier
  • 17h00-17h30 : Nicolas Maughan (AMU/I2M, CNRS UMR 7373/ECCOREV) Toxicité et nuisances des tanneries Marseillaises : essai d’écologie historique sur l’impact d’une activité artisanale polluante en zone urbaine (XVIIIe-XIXe siècles)
  • 17h30-18h00 : Discussions et conclusion

    [Info Calenda]

Tannerie et teinturerie en Méditerranée médiévale et moderne

Appel à communication pour une Journée d’étude  organisée par le Laboratoire d’archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M UMR 7298 / université d’Aix-Marseille), 31 mars 2015, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence.

Les activités de tannerie et de teinturerie occupent une place fondamentale dans l’économie et société médiévale. Malgré de récentes synthèses diachroniques et interdisciplinaires, peu nombreuses demeurent encore aujourd’hui les recherches conduites sur ces artisanats pour l’époque médiévale et moderne en Méditerranée. Cette journée vise à faire un état des lieux des recherches historiques et archéologiques actuelles, dynamisées notamment par l’augmentation des fouilles préventives en milieu urbain comme rural. La pluralité disciplinaire est souhaitée (histoire, archéologie, zooarchéologie, étude d’objets manufacturés en cuirs et tissus teints, archéobotanique, chimie…).

Nous proposons trois principaux thèmes en suivant la chaîne opératoire technique de la tannerie et de la teinturerie, depuis l’acquisition des matières premières animales et végétales jusqu’à la confection d’objets manufacturés.

  • Des bois à l’atelier
    • Peaux
    • Tanins
    • Colorants 
  • À l’atelier :
    • Organisation spatio-fonctionnelle des unités de production
    • Chaîne opératoire technique
    • Productions 
  • Tanneurs et teinturiers dans la société rurale et urbaine
    • Statut social
    • Spécialisation/pluriactivité
    • Transmission des savoir-faire

Conditions de soumission : vous êtes invités à envoyer vos propositions (titre et court résumé) en précisant votre rattachement institutionnel au plus tard le 15 décembre 2014, à l’adresse suivante : burri@mmsh.univ-aix.fr

Organisateur scientifique : Sylvain Burri, historien et archéologue, Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée (LA3M UMR 7298/Université d’Aix-Marseille).

Herbes, drogues et épices en Méditerranée. Histoire, anthropologie, économie du Moyen Âge à nos jours

Ouvrage collectif, Iremam, ed. CNRS, 1998, 186 p.

Des jardins d’Adonis aux tiroirs des apothicaires et aux boutiques des commerçants, les herbes, drogues et épices ont toujours nourri les rêves et entretenu les comptes. Elles furent l’objet d’une curiosité particulière puis d’un engouement et d’un commerce aussi actif que lucratif ; la cause aussi de grandes rivalités entre marchands. Ainsi les retrouvons-nous dans les livres de commerçants juifs, dans les souks du Caire, dans les entrepôts de Smyrne, dans les cales des clippers américains ou dans les containers du port de Marseille. Mythes et réalités se côtoient dans cet ouvrage comme ils furent toujours liés dans le quotidien à travers les siècles et les continents. Par les aspects économiques mais aussi botaniques, sociaux et culturels de leur histoire, se précise le rôle important qu’ont tenu et que tiennent encore les Herbes, Drogues et Épices dans les sociétés méditerranéennes. L’Institut de Recherches Méditerranéennes d’Aix-en- Provence et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille ont entrepris depuis une décennie l’étude des grands produits de consommation tels le café, l’huile d’olive, le sucre, les céréales, qui, malgré leur usage quotidien, restent finalement peu ou mal connus du public.

Accès intégral au livre sur OpenBooks Edition.

Fruits et légumes de part et d’autre de la Méditerranée 15e-20e siècle

Colloque international organisé par la Chaire Unesco Sauvegarde et valorisation des patrimoines culturels alimentaires de l’université François-Rabelais de Tours et l’université Ibn Tofaïl de Kénitra, 30, 31 octobre et 1er novembre, Salle des conférences, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (Kénitra, Maroc)

Ce colloque s’intéresse à un patrimoine spécifique, celui des fruits et légumes qui, de part et d’autre du bassin méditerranéen, ont toujours occupé une place majeure. D’une rive à l’autre, on relève des ressemblances et des dissemblances : pratiques arboricoles et maraîchères, productions et consommations, systèmes d’adaptation et d’adoption des plantes, fonction sociale et culturelle de leur consommation, etc. Le temps long (15e-20e siècle) constitue la toile de fond de notre problématique comparatiste : les découvertes de nouveaux mondes, les innovations techniques, le mouvement de (dé)colonisation ont entraîné des changements notables dans les pratiques agraires et les consommations alimentaires. Notre problématique est tout aussi ouverte aux questions du temps présent, à savoir le développement des productions des fruits et légumes dans les pays de la rive sud et les contraintes du commerce international, les enjeux de la biodiversité et la patrimonialisation des cultures alimentaires présentées comme « traditionnelles » (régimes alimentaires, spécialités régionales, légumes ou fruits emblématiques).

Programme

Mercredi 30 octobre 2013

19h Conférence inaugurale à l’Institut français de Kénitra (320 avenue Mohamed V) : Florent QUELLIER, Université François-Rabelais, France. « Bête comme chou ? Le jardin potager dans la culture alimentaire française ».

Jeudi 31 octobre 2013

8h45 Accueil des participants

9h-9h30 Mots d’accueil

Fruits et légumes, une identité méditerranéenne ? (9h30-11h10)

Président de séance : Abdelahad SEBTI

  • Cristina BRAGAGLIA, Université de Bologne, Italie. « Fruits et légumes dans le cinéma des deux côtés de la Méditerranée ».
  • Aïda KANAFANI-ZAHAR, Centre National de la Recherche Scientifique, France. « Légumes et herbes aromatiques dans le mezzé libanais ».
  • Halima FERHAT, Université Mohammed V, Maroc. « Consommation des légumes dans une société où la viande garde son prestige : anciens et nouveaux produits dans la cuisine marocaine ».
  • Najah NEZHA, Université Ibn Tofaïl, Maroc. « La place des légumes frais dans l’alimentation des Marocains ». Communication en langue arabe.

Des fruits et des sociétés (11h30-12h50)

Présidente de séance : Hélène ILBERT

  • Abdelmajid MOUKHLI, INRA-Centre Régional de la Recherche Agronomique de Marrakech, Maroc. « Introduction et diffusion de l’oléiculture au Maroc : une histoire complexe éclairée par les textes et par l’ADN ».
  • Laetizia CASTELLANI, Université Pasquale Paoli, France. « L’arboriculture en Balagne du début du XIXe siècle à aujourd’hui : mutations et enjeux ».
  • Corinne MARACHE, Université Michel de Montaigne, France. « Quand un fruit raconte l’histoire de son « pays » : la châtaigne, miroir des transformations économiques et sociales du monde rural (L’exemple de la Dordogne (France), XIXe – début XXe siècle) ».

Fruits, légumes et diététique(s) méditerranéenne(s) (14h30-16h50)

Président de séance : Najib GMIRA

  • Francesca PUCCI-DONATI, Université de Bologne, Italie. « Plaisir et santé dans les proverbes de la Méditerranée au Moyen Âge et à l’époque moderne ».
  • Philippe DUBOIS, Bucknell University, Etats-Unis. « Modernité alimentaire des cuisines à base de plantes ».
  • Antonio José MARQUES DA SILVA, Université de Coimbra, Portugal. « Idéal et pratiques alimentaires de Méditerranée : entre désir de chair et raison végétarienne ».
  • Badiaa LAFDAILLI, Université Ibn Tofaïl, Maroc. « Fruits et légumes dans l’imaginaire populaire marocain ». Communication en langue arabe.
  • Houria OULARBI-ABDENNEBI, Université Mouloud Mammeri, Algérie. « Les filières commerciales des plantes comestibles entre deux guerres dans le Djurdjura ».

Fruits et légumes de l’Autre de part et d’autre de la Méditerranée (17h-18h30)

Présidente de séance : Halima FERHAT

  • Luis FÉ CANTO, Université d’Orléans, France. « Manger dans les présides espagnols du Maghreb à la période moderne : une alimentation entre deux continents ? Deux alimentations autour d’une mer ? »
  • Faouzia BOURISSA, Université de Gafsa, Tunisie. « Cuisines et pratiques de table en Tunisie ».
  • Jamoussi HABIB, Université de Sfax, Tunisie. « Le régime alimentaire des Tunisiens à l’époque Moderne à travers les récits de voyages des Européens ».

Vendredi 1er novembre 2013

Intégration méditerranéenne de plantes vivrières venues d’ailleurs (9h-10h30)

Président de séance : Marc DE FERRIÈRE

  • Elisabeth MOTTE-FLORAC, Université de Montpellier, France. « De l’ail et du piment : variations méditerranéennes ».
  • Athéna-Hélène STOURNA, Université ouverte de Chypre, Grèce. « Introduction de la pomme de terre en Grèce (1828) : entre légende et faits historiques ».
  • Stefano MAGAGNOLI, Université de Parme, Italie. « La naissance de l’industrie de tomates à Parme ».

Des fruits et des sociétés (10h40-12h20)

Présidente de séance : Marie-Pierre RUAS

  • Gilles FUMEY, Université de Paris-Sorbonne, France. « Le melon de Cavaillon, une géohistoire agrocommerciale ».
  • Philippe MEYZIE, Université Michel de Montaigne, France. « Réputation et commerce des prunes en France (XVIIe-XVIIIe siècles) ».
  • Mohamed MONKACHI, Université Ibn Tofaïl, Maroc. « Raisins et raisins secs dans le Maroc précolonial ».
  • Younès HMIMSA, Université Abdelmalek Essaadi, Maroc. « Gestion et dynamique locale de la diversité variétale du Figuier (Ficus carica L.) dans les agroécosystèmes du Rif au Maroc ».

12h20-12h40 : Conclusions par Hélène ILBERT, Institut Agronomique Méditerranéen, France.

Inscriptions :  flk@univ-ibntofail.ac.ma

[Info Calenda]

Histoire environnementale et sociale du végétal

Séminaire organisé par Le Réseau Universitaire des Chercheurs en Histoire Environnementale (Le RUCHE), 15 mars 2013, l’EHESS, Paris

Programme
11h00 – 13h00 
– Patrick FOURNIER (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), Émilie-Anne PEPY 
(Université de Savoie) – Accueil, présentation des problématiques 
– Samir BOUMEDIENE (ENS Lyon/Casa de Velázquez) – Du végétal au médical, l’histoire des plantes médicinales 
– Jean GORMO (Ecole Normale de l’Université de Maroua, chercheur au CEAUP) – Plantes et transmission du savoir endogène au Nord-Cameroun 

14h30 – 17h30
– Cristiana OGHINA-PAVIE (Université d’Angers, CERHIO) –  Du patrimoine à la recherche interdisciplinaire. L’histoire du végétal dans le contexte angevin  
– Aline DURAND (Université d’Aix-Marseille, Laboratoire d’Archéologie Médiévale et 
Moderne en Méditerranée) – Histoire du végétal et bioarchéologie : approches croisées en Méditerranée nord-occidentale au Moyen Âge
– Valérie CHANSIGAUD (chercheuse en histoire environnementale)- Le végétal, élément mineur ou ignoré de l’histoire de la protection de la nature ?  

Présentation du séminaire et information sur Le RUCHE.

[Info Horticombio]

La dynamique des plantes à parfum : réseaux et territoires en région Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Méditerranée occidentale

Thèse de Romain Monge, Aix-Marseille Université (Géographie), 15/04/2013, Sylvie Daviet (Dir.), 433 p.

Cette thèse a pour objet d’étude la filière des plantes à parfum en Méditerranée occidentale et s’intéresse à sa capacité à valoriser les ressources naturelles. Depuis une dizaine d’années, les matières premières naturelles suscitent autant l’intérêt des fabricants de parfums et de cosmétiques que celui des consommateurs, dans un contexte proprice au développement durable. Elles font également l’objet de mises en valeur territoriales : paysages, techniques industrielles, pratiques locales. Autour de ces ressources naturelles s’agrègent des réseaux d’acteurs dont le rôle est d’assurer la compétitivité des systèmes productifs, face à la demande des utilisateurs et face aux nouvelles normes environnementales. Cet effet de réseau engendre des externalités économiques et culturelles ; nous formulons l’hypothèse que ces effets externes, générées par les systèmes productifs de la Méditerranée occidentale, peuvent être des vecteurs d’innovation. Afin de démontrer les synergies et les rapports de force qui se nouent entre les acteurs, et qui sont au cœur de la dynamique des territoires, la thèse propose une démarche comparative en s’appuyant sur les concepts de système productif, de milieu innovateur et d’économie culturelle. Elle emprunte aussi des éléments d’analyse patrimoniale et paysagère. L’étude concerne cinq pays de la Méditerranée occidentale à l’intérieur desquels nous avons sélectionné des territoires d’échantillon : la région française Provence-Alpes-Côte d’Azur, berceau de la parfumerie industrielle, la côte méditerranéenne de l’Espagne et l’axe Madrid-Murcie, l’axe Rabat-Fès et la Vallée du Dadès au Maroc, le Cap Bon en Tunisie, et la Calabre en Italie. Par ailleurs, cette thèse fournit des pistes de réflexion sur la coopération interrégionale selon une approche transméditerranéenne. Ce travail est mené en partenariat avec FranceAgriMer à Volx (Alpes-de-Haute-Provence, France), ex-Office National et Interprofessionnel des plantes à parfum, aromatiques et médicinales.

Thèse intégralement accessible en version PDF (64 Mb) sur HAL-SHS.