ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archive pour Martine Chalvet

La vulnérabilité de la forêt provençale face aux incendies : naissance d’une notion (fin XIXe siècle)

Article de Martine Chalvet paru dans VertigO, vol. 16 n°3, décembre 2016

Au XIXe siècle, la notion de vulnérabilité environnementale n’est pas encore définie. Pourtant, l’idée de vulnérabilité des forêts face aux incendies en Provence commence à apparaître. L’article cherche à comprendre pourquoi et comment, les incendies sont perçus comme « un fléau » dans le nouveau contexte économique et technique de l’exploitation des lièges et de la gemme. Dans les années 1860, cette nouvelle perception des incendies entraîne la mise en place de groupes de pression efficaces. Les notables provençaux, comme Charles de Ribbe, et l’administration des Eaux et Forêts, dirigée par Henri Faré, se battent pour obtenir l’élaboration d’une politique publique et la reconnaissance d’une spécificité régionale des Maures et de l’Esterel, désormais appelés « la région du feu ». Dans le contexte scientifique et libéral de la fin du XIXe siècle, que recouvre véritablement cette nouvelle idée de vulnérabilité ? Quels acteurs construisent ce nouveau discours ? Quelles politiques et quelles législations sont proposées ? Et avec quel succès ?

Article intégralement accessible sur le site de la revue.

Publicités

La vulnérabilité de la forêt provençale face aux incendies : naissance d’une notion (fin XIXe siècle)

Article de Martine Chalvet paru dans VertigO, vol. 16, n°3, décembre 2016

Au XIXe siècle, la notion de vulnérabilité environnementale n’est pas encore définie. Pourtant, l’idée de vulnérabilité des forêts face aux incendies en Provence commence à apparaître. L’article cherche à comprendre pourquoi et comment, les incendies sont perçus comme « un fléau » dans le nouveau contexte économique et technique de l’exploitation des lièges et de la gemme. Dans les années 1860, cette nouvelle perception des incendies entraîne la mise en place de groupes de pression efficaces. Les notables provençaux, comme Charles de Ribbe, et l’administration des Eaux et Forêts, dirigée par Henri Faré, se battent pour obtenir l’élaboration d’une politique publique et la reconnaissance d’une spécificité régionale des Maures et de l’Esterel, désormais appelés « la région du feu ». Dans le contexte scientifique et libéral de la fin du XIXe siècle, que recouvre véritablement cette nouvelle idée de vulnérabilité ? Quels acteurs construisent ce nouveau discours ? Quelles politiques et quelles législations sont proposées ? Et avec quel succès ?

Article à lire librement et en intégralité sur le site de la revue.

Emission « A plus d’un titre » avec Martine Chalvet

Dans l’émission radiophonique de France Culture « A plus d’un titre », Jacques Munier s’entretient avec Martine Chalvet (maître de conférences à l’université de la Méditerranée, est spécialiste de l’histoire de l’environnement et des paysages) sur son ouvrage « Une histoire de la forêt » (Seuil, coll. L’Univers historique, 2011).


Paysages, environnement, rapports sociaux (XVIIIe-XXe siècle)

Numéro thématique de la revue Rives Méditerranéennes, n°23, 2006

Sous la direction de Laurence Americi et Olivier Raveux

Du conflit larvé qui empoisonne les relations sociales à l’insurrection jusqu’à la violence, la conflictualité relative à la transformation des paysages ou de l’environnement revêt de nombreuses formes. Cette perception et cette gestion de l’espace peuvent également s’inscrire dans un cadre différent et devenir affaire de compromis, de collaborations ou de solidarités entre les différentes composantes d’une même société. Dans un cas comme dans l’autre, les phénomènes étudiés permettent de porter l’attention sur le rôle des relations sociales et économiques dans la perception, la composition et la structuration des espaces, d’en décrypter les enjeux et les rapports de force. Ce sont les deux objectifs du présent numéro, dans le cadre de plusieurs études de cas, permettant des comparaisons dans le temps et dans l’espace.

Sommaire

– Laurence Américi et Olivier Raveux « Paysages, environnement, rapports sociaux (XVIIIe-XXe siècle) »

– Martine Chalvet « Paysages et conflits en Provence. Fin XVIIIe siècle – début XIXe siècle »

– Xavier Daumalin « Industrie et environnement en Provence sous l’Empire et la Restauration »

– Philippe Lavastre « Les permis de construire, un élément de formation des paysages urbains à Valladolid au XIXe siècle »

– Nicolas Marty « Eau minérale contre viticulture : une usine au milieu des vignes. Les conflits autour de la source Perrier à Vergèze »

– Alice Ingold « Ville d’eau, ville de ciment : jardins et usages du paysage à Milan sous le fascisme »

Tous les articles sont accessibles en texte intégral sur le site de la revue.