ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille (à ne pas confondre avec une vieille dilettante…)

Archives de forêt

“Compter les arbres” : une histoire des forêts méridionales dans la première modernité

Billet de Sébastien Poublanc paru sur le Carnet "Devenir historien-ne", 18 avril 2014

"Travailler sur la forêt, lorsque l’on est historien, revient à heurter les certitudes : non, étudier les sylves n’est pas l’apanage des seuls géographes et autres biologistes ; non, elle n’est pas un objet abstrait que nous ne saurions nous approprier faute de formation. Elle est, bien à rebours, une ressource primordiale pour les Hommes de l’Époque moderne, à l’instar du pétrole et de l’électricité de notre siècle ; en tant que telle, elle génère à son corps défendant tout un entrelace d’interactions complexes qui font d’elle l’enjeu de luttes impitoyables pour se l’approprier. Communautés laïques, ecclésiastiques, nobles, particuliers… Tous ont en commun un féroce appétit pour le patrimoine ligneux. Une voracité que partage l’État monarchique, qui distingue dans le contrôle de la ressource sylvestre un moyen de s’implanter au plus près des populations les plus lointaines dans ce qu’elles ont de plus intime : leur rapport au bois. Ce sont ces interactions, entre sociétés et sylves, État et populations, forêts et individus, qui forment le cœur de ma thèse consacrée à la construction de l’État via le contrôle des étendues boisées dans l’espace méridional, tout au long de la première modernité…"

Lire la suite du billet sur le Carnet.

La forêt en jeu. L’extractivisme en Amazonie centrale

Ouvrage collectif sous la direction de Laure Emperaire, IRD Éditions, 1996, 231 p.

Souvent présenté comme une activité archaïque, l’extractivisme, c’est-à-dire l’exploitation de produits forestiers à des fins commerciales, pourrait n’être que le témoignage de l’un des divers cycles économiques que le Brésil a vécus.

Mais les mouvements des collecteurs de latex d’hévéa, aux revendications relayées par diverses institutions, et une opinion publique sensibilisée aux problèmes écologiques l’ont propulsé au centre des débats sur la gestion des écosystèmes forestiers. La question de sa place dans le développement régional est posée.

Foret en jeu

Mais que sait-on de sa viabilité écologique ? Comment peut-il s’adapter aux changements écologiques et sociaux qui affectent aujourd’hui l’Amazonie ? Dans un contexte mondial de mise en culture de nombreuses espèces, de fabrication massive de produits de synthèse, pourquoi un tel intérêt autour de cette activité ? Comment l’extractivisme peut-il participer à de nouvelles formes de gestion de la forêt associant conservation et mise en valeur ?

Livre en accès libre et intégral sur Open Edition books.

Quand les cases se mettent au vert. Nature et bande dessinée

Journée d’études organisée par le Laboratoire junior Sciences dessinées, ENS Lyon, 17 avril 2014

Matinée : IMAGINER ET REPRÉSENTER LA NATURE EN BD

  • 9h35-10h15 : Julie Le Gall (maître de conférences en géographie, ENS de Lyon). Le monde rural en BD : une approche militante
  • 10h15-10h55 : Paul Arnoud (professeur des Universités en géographie, ENS de Lyon). Le vivant mis en case. Arbres et forêts dans quelques bandes dessinées
  • Pause
  • 11h10-11h50 : Véronique Servat (professeur en histoire-géographie, collège Paul Eluard de Montreuil). Regards croisés sur la nature en bande dessinée, entre risques et ruralité
  • 11h50-12h30 : Frédéric Ducarme (doctorant au Musée national d’histoire naturelle). La nature dans Dragon Ball

Après-midi : BANDE DESSINÉE, NATURE ET ENGAGEMENT
14h00-17h30 : Grand entretien avec Etienne Davodeau

La forêt : imaginaires et territoires

Journée d’études organisée par Françoise Aubès (GRELPP) et Catherine Heymann (GRECUN), Nanterre, 5 avril 2014

Voir ici le programme détaillée de la journée.

[Info Le Ruche].

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 74 followers