ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archive pour économie

Ruralités contemporaines

Séminaire interdisciplinaire de recherches, EHESS, 105 Bd Raspail, Paris, année 2017-2018

C’est à l’échelle européenne et dans une perspective pluridisciplinaire que ce séminaire interroge les ruralités contemporaines. L’évolution de l’agriculture, la diversification des activités professionnelles, les nouvelles configurations des territoires témoignent des transformations remarquables du monde rural. L’émergence de l’expertise environnementale, les nouvelles formes d’habiter et de mobilités, la gestion et la valorisation des paysages, comme l’invention de nouveaux circuits de production et de commercialisation seront particulièrement observées.

Programme

19 octobre 2017
Les enjeux de l’eau au Portugal – Fabienne Wateau, ethnologue
Présentation : Sophie Bobbé

16 novembre 2017
Travailleurs saisonniers étrangers dans l’agriculture – Alain Morice et Emmanuelle Hellio, sociologues
Présentation : Martyne Perrot

21 décembre 2017
La pratique des tendelles sur les grands Causses, enjeux identitaires et patrimoniaux – Christophe Baticle, sociologue
Présentation : Françoise Dubost

18 janvier 2018
Agriculture et paysannerie laotienne au coeur des échanges mondiaux. Le circuit long des plantes médicinales – Audrey Bochaton, géographe
Présentation : Michel Streith

15 février 2018
L’Association des maires ruraux de France – Cédric Szabo, directeur de L’AMRF
Présentation : Aline Brochot et Martin de la Soudière

15 mars 2018
Une ethnologie impliquée : la montagne, le berger et l’ethnologue- Guillaume Lebaudy, ethnologue, directeur de « La Maison du berger » (Champsaur, Hautes Alpes)
Présentation : Bernadette Lizet et Martin De la Soudière

19 avril 2018
La paysannerie à l’épreuve du capitalisme – Pierre Bitoun et Yves Dupont, sociologues, auteurs du livre Le sacrifice des paysans, 2016, éditions L’Échappée.
Présentation : Pierre Alphandéry et Bernadette Lizet

17 mai 2018
Le rural en question
Séance préparée par des membres du séminaire Ruralités contemporaines

 

Publicités

Roses d’Afrique, roses du monde

Article de Léa Benoît, Bernard Calas, Sylvain Racaud, Olivier Ballesta et Lucie Drevet-Demettre paru sur  GéoConfluences, 11.09.2017

« Le marché mondial de la rose fonctionne sur le principe du « juste à temps » qui doit répondre à des pics de consommation annuels tout en produisant à contre-saison. Le Kenya s’est spécialisé dans une rosiculture à hauts rendements, intensive en capital et en travail. Ses atouts sont une main d’œuvre formée, un aéroport de fret important à Nairobi et des conditions agronomiques propices. Une politique de gestion de l’eau s’est toutefois avérée nécessaire pour traiter les effets environnementaux de cette monoculture.

Impeccables, orthogonales, alignées, ces serres plastifiées devant lesquelles broutent tranquillement des zèbres dans la lumière matinale du Rift africain contredisent l’image habituelle de l’agriculture africaine. Cet insolite oblige à s’interroger sur l’activité qui y règne, les raisons de ces investissements coûteux à cet endroit – en l’occurrence les rives du lac Naïvasha, au Kenya, à 1800 m. d’altitude, sur l’équateur exactement – et les enjeux géographiques, c’est-à-dire sociaux-spatiaux, de cette agriculture.

En écho, à 7 000 km de Nairobi, en Suède (ce qui explique que le prix soit indiqué en couronnes, qui équivaut à 20 €), ces bottes présentées chez un fleuriste (et dont l’origine est indiquée, chose rare), par –18°C en plein février rappellent que la production horticole kenyane est une production de contre-saison, destinée principalement aux marchés européens, ce qui insère les bassins de production africains dans une circulation mondiale.

Comment sont produites ces roses africaines, pourquoi sont-elles produites là, quels enjeux géographiques – c’est-à-dire socio-spatiaux – ces productions soulèvent-elles en Afrique, en Europe et pour le Monde ? »

Lire l’intégralité de l’article ici.

Anthropologie. La mondialisation et le champignon

Article de Antoine Reverchon, Le Monde, 09.09.2017

« Le Champignon de la fin du monde. Sur les possibilités de vivre dans les ruines du capitalisme » (The Mushroom at the End of the World. On the Possibility of Life in Capitalist Ruins), d’Anna Lowenhaupt Tsing, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Philippe Pignarre, La Découverte, « Les Empêcheurs de penser en rond », 416 p., 23,50 €.

C’est l’histoire d’un champignon, appelé matsutake, dont raffolent les riches Japonais depuis des siècles, à tel point qu’il servait de cadeau précieux pour honorer alliances, mariages et amitiés. Mais l’exploitation industrielle des forêts japonaises, de la fin du XIXe siècle à 1945, conduisit à sa disparition totale à partir des années 1950. Or, cette même exploitation industrielle, dans un contexte écologique différent, l’a au contraire fait pousser en masse à l’autre bout du Pacifique, dans les forêts de l’Oregon, dès les années 1970. Une foule hétéroclite de cueilleurs s’est alors ruée sur cette manne : des hippies ou vétérans de la guerre du Vietnam fuyant les foules urbaines, des Latinos clandestins se cachant de la police, des montagnards des minorités ethniques d’Asie du Sud-Est (recrutés par l’armée américaine lors de sa croisade anticommuniste, aujourd’hui réfugiés politiques) cherchant mieux que les salaires de misère proposés dans les grandes villes. Via une cascade d’intermédiaires – acheteurs, trieurs, grossistes, revendeurs –, un trafic alimente désormais quotidiennement par avion boutiques et restaurants de luxe des mégapoles japonaises.

C’est cette histoire extraordinaire qu’Anna Tsing, anthropologue à l’université de Californie à Santa Cruz, raconte avec talent dans son ouvrage, où se mêlent étroitement l’étude ethnologique de ces communautés humaines précaires et l’étude écologique des équilibres instables entre espèces. Ces relations entre humains et non-humains, que l’auteur appelle des « agencements »…

Description de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Les vertus des plantes : deux films avec Rodolphe Balz

La Drôme a un potentiel extraordinaire de plantes qui peuvent servir à la fabrication d’huiles essentielles. C’en est au point que cette activité est devenue un point fort de l’économie départementale. Un des hommes qui a joué un rôle important dans cette redécouverte est Rodolphe Balz, fondateur, dans les années 70-80 de Sanoflore, à Gigors et Lozeron, puis de l’IRIS à Eygluy.  Dans un premier film, il décrit la richesse médicinale des plantes. Toute la vallée de la Gervanne a connu Sanoflore, entreprise spécialisée dans la production d’huiles essentielles qui fut une bénédiction pour l’emploi local et pour bien des paysans. En voici, dans un second film, Rodolphe Balz qui raconte toute cette aventure.

Films à visionner sur le site des productions de vidéos Val de Drôme.

 

Café Society

Émission « Cultures monde », radio France Culture, 29.05.2017

De la Colombie au Brésil en passant par le Vietnam, comment évolue le marché du café ? Régulé jusqu’en 1989 et en grande partie dédié à la consommation européenne, il se tourne désormais vers les pays émergents. Que nous dit l’industrie du café de l’état de l’économie mondiale ?

Découvert au XII siècle vers l’actuelle Ethiopie, le café est désormais cultivé dans toute la ceinture tropicale, mais consommé dans le monde entier. C’est la deuxième matière première la plus commercialisée en valeur – après le pétrole.

Ce qui en fait un enjeu économique majeur, les échanges mondiaux représentent entre 10 et 15 milliards de dollars, selon les années, mais aussi un enjeu social important car la production de café fait vivre directement quelques 25 millions de personnes et plus 100 millions si l’on regarde l’ensemble de la filière.

Si sa consommation stagne un peu dans les pays occidentaux, elle continue de progresser dans les pays émergents. Pourtant, les producteurs, eux, ne bénéficient de cette croissance.

Comment le comprendre ? Comment comprendre que le chiffre d’affaire du secteur progresse alors que la part revenant aux producteurs, elle, décélère – ce que les spécialistes appellent le « paradoxe du café » ?

Comment les pays producteurs font-ils face à cette crise du café ? Comment résistent-ils ? Les labels et autres certifications visant à les protéger des fluctuations du marché s’avèrent-ils efficaces ?

Les dernières années ont été difficiles pour les cultivateurs de caféiers. En effet, depuis 3 ans maintenant, la production caféière mondiale est inférieure à la consommation; ce qui tend à diminuer dangereusement les stocks mondiaux. Quels sont les effets de la diminution des réserves sur les cours du café ?

Et au-delà du contexte conjoncturel : Comment se structure le marché mondial du café ? Comment a-t-il évolué ces dernières années ? Et quels ont été les effets de sa dérégulation survenue en 1989 après plus de 35 ans de régulation défini par un accord international ?

Émission à re-écouter ici.

Ainsi que la suite « D’Addis-Abeba à Istanbul : les cérémonies du café », en ré-écoute .

Et encore « Les transformations de la caféiculture » en ré-écoute par là.

Et pour finir « De l’Inde au Guatemala : le goût de la rareté » en peau de cast aussi.

Du court, du local ! Une sociologie du gouvernement de la filière fruits et légumes

Thèse de Pierre Naves, Sociologie. Université de Bordeaux, 2016, 420 p.

La filière des fruits et légumes frais est aujourd’hui confrontée à la mise en question des institutions gouvernant ses rapports institués de distribution. De plus en plus, une partie des acteurs intervenant dans le gouvernement de cette filière (collectivités territoriales, producteurs, distributeurs, organisations professionnelles) cherchent à promouvoir de nouvelles formes de distribution, caractérisées par la réduction des distances sociales et / ou relationnelles entre producteurs et consommateurs. La fin des années 2000 a notamment été marquée par la mise en œuvre d’une politique publique nationale destinée à développer les« circuits courts » de commercialisation des produits agricoles, caractérisés par l’absence ou la présence d’un seul intermédiaire entre producteurs et consommateurs. Ces circuits courts sont, en outre, souvent associés par les acteurs à des dynamiques de relocalisation des processus de distribution. Historiquement peu concernée par ces modes de distribution, dont les titulaires de son gouvernement ont au contraire cherché à l’affranchir en les marginalisant économiquement, la filière des fruits et légumes frais redécouvre aujourd’hui de nouvelles manières d’organiser ses marchés et de qualifier les produits. Doit-on pour autant conclure au triomphe des challengers du gouvernement de cette filière, parce qu’ils auraient réussi à institutionnaliser de nouveaux rapports institués de distribution ? Nous prétendons justement montrer, à partir d’une sociologie du gouvernement de la filière inspirée des travaux de la sociologie économique et de l’économie politique, que la réalité est plus complexe et ambigüe. En effet, si, à l’échelle locale, ces challengers parviennent à mieux contrôler les opérations de problématisation, d’instrumentation et de légitimation des enjeux associés à l’institutionnalisation de nouveaux modèles de distribution des fruits et légumes, aux échelles nationale et communautaire, le gouvernement de la filière demeure contrôlé par les acteurs les plus puissants : producteurs spécialisés, organisations de producteurs, enseignes de la grande distribution. Finalement, plutôt qu’à une relocalisation des circuits de distribution de la filière, on assiste en réalité à une évolution des dynamiques de qualification, marquée par la stabilisation du « local » comme une nouvelle institution marchande, dont l’usage stratégique permet aux titulaires du gouvernement de conserver la mainmise sur la définition des enjeux légitimes à traiter, en particulier ceux relatifs aux modèles de développement agricoles à soutenir et encourager.

Thèse intégralement accessible en version PDF (3.67 Mo) sur Tel.

Le Livret A…rbre pour s’acheter un arbre dans la forêt

Émission « L’esprit d’initiative », radio France Inter, 19.04.2017

Une start-up bretonne propose aux particuliers comme aux entreprises d’acheter un ou des arbres dans ses forêts. Un investissement écologique de long terme. Eco Tree c’est le nom de cette jeune pousse qui propose aux particuliers comme aux entreprises d’acheter des arbres sur pied. Elle a ses racines en Bretagne et ses forêts dans plusieurs régions de France.

Il n’est pas utile d’avoir une âme de bûcheron, la société s’occupe de tout du début jusqu’à la fin, l’investissement devenant plus intéressant au fur et à mesure des années. Une solution écoresponsable qui devrait déjà permettre d’entretenir mieux les forêts.

Émission à ré-écouter ici.