ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archive pour Aline Durand

Regard pluriel sur les plantes de l’héritage arabo-islamique en France médiévale

Article de Marie-Pierre Ruas, Perrine Mane, Carole Puig, Charlotte Hallavant, Bénédicte Pradat, Mohamed Ouerfelli, Jérôme Ros, Danièle Alexandre-Bidon,  Aline Durand paru dans Richarte Catherine, Gayraud Roland-Pierre et Poisson Jean-Michel (dir.). « Héritages arabo-islamiques dans l’Europe méditerranéenne », La Découverte, Paris, 2015, pp.347-376

Après la conquête musulmane d’une partie de l’ex-Empire romain occidental, plusieurs plantes d’origine africaine et orientale ont enrichi le patrimoine agroalimentaire des élites de l’Europe médiévale. A partir de travaux fondés sur une étude critique des données textuelles, bioarchéologiques, iconographiques et textuelles, il s’agit de réfléchir à la notion d’arrivée, de perception, d’introduction et d’intégration de ces plantes dans le patrimoine agraire, arboricultural et alimentaire de l’Occident médiéval. C’est ainsi que l’histoire de 21 plantes alimentaires de ce patrimoine agrovivrier est retracée sur la longue durée. 

Article intégralement accessible en version PDF (3.81 Mo) sur Hal-Shs.

La gestion de la forêt pour la mine et le charbonnage dans la Haute-Durance du Xè au XIIIè siècle

Article de Vanessa Py, Bruno Ancel, Aline Durand, Colloque du Groupe d’Histoire des Forêts Françaises: « Forêt et montagne : évolution et aménagement », Sept. 2012, Chambéry, France. L’Harmattan, pp.53-75, 2015

La Haute-Durance est l’une des plus importantes régions minières des Alpes du sud occidentales au Moyen Age. Dès le XIè siècle, des aventuriers ont tenté l’entreprise minière du fait du morcellement du droit régalien. En parallèle, les besoins en minerais argentifères pour la production monétaire ont augmenté. Ceci a engendré une expansion de l’activité minière. On note que l’abattage par le feu a été choisi pour creuser les roches et extraire ainsi les minerais. Cette technique qui est grande consommatrice de bois aurait été un facteur déterminant du déboisement dans les Alpes du Sud.

Article intégralement accessible en version PDF (3,48 Mo) sur Hal-Shs.

À la recherche du paysage médiéval

Article de Aline Durand paru dans Cursente Benoît et Mousnier Mireille, « Les territoires du médiéviste », Presses universitaires de Rennes, pp.363-379, 2005

L’historien et l’archéologue des paysages entretiennent un rapport particulier avec l’espace. En effet, le paysage est d’abord une étendue. À la différence du territoire, cette étendue n’est bornée que par l’horizon et parcourue seulement du regard. Pourtant, elle est faite d’un emboîtement ou d’une juxtaposition de territoires dont la lisibilité paysagère est loin d’être systématique. Une synthèse globale sur le découpage spatial, son évolution, sa perception médiévale et historiographique, ne pouvait pas ne pas aborder cette dimension plus englobante, quand bien même son inscription concrète ne passe ni par l’arpentage, ni par la désignation textuelle. Autant la territorialisation et la hiérarchisation de l’espace sont des concepts familiers à la société médiévale qui leur donne corps au travers de pratiques de parcours et d’expressions plus ou moins limpides et figées. Autant celui de paysage lui est inconnu dans sa formulation comme dans sa matérialisation. Or le paysage est aussi une forme ultime de construction territoriale qui repose sur une organisation spatiale et sociale. Il convenait donc d’engager une réflexion sur ce sujet, qui prenne en compte le renouvellement du discours scientifique intervenu durant la dernière décennie. Il fallait clarifier aussi les positions épistémologiques liées aux mutations des manières de pratiquer la recherche dans ce secteur, le croisement et la redéfinition permanente des rapports disciplinaires changeant profondément les approches et les choix scientifiques.

Article intégralement accessible en version PDF (86,7 Ko) sur Hal-Shs.

L’émergence d’outils empruntés aux sciences biologiques végétales en archéologie médiévale en France

Article de Aline Durand paru dans « Trente ans d’archéologie médiévale en France Un bilan pour un avenir » (ss. dir. Jean Chapelot), CRAHM, 2010, pp.25-38

L’émergence d’outils biologiques dans l’archéologie médiévale est un phénomène récent dont il convient tout à la fois de prendre la mesure et de retracer l’histoire tout en montrant les perspectives de recherches. Cet article cherche donc à faire la synthèse sur ces aspects durant les 30 dernières années.

Accessible en version PDF sur HAL-SHS.