ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Le jardin extraordinaire

Reportage de Rémi Douat, émission Les Pieds sur Terre, radio France Culture, 17.07.2017 (rediffusion du 27. 05 .2011)

Coincé entre deux immeubles du 18ème arrondissement de Paris, le ravissant jardin partagé du « Square des deux Nèthes », à deux pas de la place de Clichy, est le terrain d’une petite lutte entre les jeunes fumeurs de pétards et les néo réacs ou quasi bobos. Les jeunes fumeurs de pétards viennent y prendre leurs aises et les néo réacs’ ou quasi bobos du quartier veulent les chasser pour cultiver leur jardin en paix.

A ré-écouter ici.

La culture du riz dans le delta du Tonkin

Ouvrage de René Dumont, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Prince of Songkla University, Paris, 1995, 596 p.

C’est en Indochine, dans les rizières du Tonkin – le nord de l’actuel Vietnam – que le célèbre agronome a débuté sa carrière en 1929. Au terme de trois années de terrain, il a acquis une connaissance rare de la situation agricole régionale.
Dans une langue limpide. René Dumont nous fait découvrir avec profondeur et force l’une des civilisations du riz, aliment vital et élément culturel primordial au Vietnam et dans toute l’Asie du Sud-Est où « manger le riz » signifie « se nourrir ».
Rien n’y manque descriptions techniques, analyses agronomiques, observations économique s et sociologiques, réflexions politiques et sur le développement – confirmées par les faits – se conjuguent avec bonheur pour former un témoignage exceptionnel par sa densité et sa modernité. Cet ouvrage de référence n’avait jusqu’à présent jamais été réédité. Augmente d’autres écrits de l’auteur sur le Vietnam, il est illustré par des photographies anciennes et des cartes d’époque.
Pour la première fois, la bibliographie de René Dumont – près de mille dent cents litres publiés et inédits présentée ici comme un hommage à ce personnage hors du commun.

Ouvrage intégralement accessible sur OpenEdition Books.

Ethnobotanique et herboristerie paysanne en France. Anthropologie de la relation des hommes au végétal médicinal (deuxième moitié du XXe siècle – première moitié du XXIe siècle)

Soutenance de thèse de Carole Brousse, MMSH, Aix-en-Provence, 13.07.2017 à 13h

L’herboristerie, activité consacrée à la préparation et à la vente de plantes médicinales, se renouvelle depuis les années 1970 autour d’acteurs aux pratiques techniques et approches scientifiques divergentes. Parmi eux, des paysans-herboristes cultivent, cueillent puis transforment eux-mêmes les espèces végétales qu’ils commercialisent tout en mobilisant les usages de la médecine végétale populaire transmis par l’ethnobotanique pour qualifier leurs qualités thérapeutiques. L’ethnobotanique est une discipline vouée à l’étude des relations flore-société investie notamment par des acteurs non-académiques qui travaillent sur le recueil des savoirs naturalistes populaires. La thèse met en lumière les ressorts de la relation que les paysans-herboristes tissent avec le végétal et la façon dont ils utilisent l’ethnobotanique pour asseoir la légitimité de leurs pratiques. En échangeant des savoirs sur les propriétés médicinales du végétal, il apparaît que les institutions de la recherche et du patrimoine d’une part, les paysans-herboristes et les ethnobotanistes d’autre part, participent à un processus de production collective de connaissances sur les plantes orienté vers le développement de l’autonomie thérapeutique. La thèse met également en évidence l’attention particulière des paysans-producteurs aux vulnérabilités humaines et végétales et la prise en compte de l’intentionnalité des plantes qui caractérise leur pratique de l’herboristerie. Les données de terrain ont été recueillies dans différents contextes entrelacés : les institutions patrimoniales et scientifiques (séminaires de l’ethnopôle de Salagon, collections ethnobotaniques du musée du quai Branly et du Muséum national d’Histoire naturelle), les arènes de l’herboristerie française et les fermes des paysans-herboristes.

Jury composé de :
– Nicolas ADELL, Maître de conférences HDR, LISST, Université de Toulouse II Le Mirail, Examinateur.
– Serge BAHUCHET, Directeur de recherche, Éco-anthropologie et Ethnobiologie, CNRS, Rapporteur.
– Élise DEMEULENAERE, Chargée de recherche, Éco-anthropologie et Ethnobiologie, CNRS, Examinatrice.
– Valérie FESCHET, Maître de conférences HDR, IDEMEC, Université d’Aix-Marseille, Directrice de thèse.
– Jean-Paul GAUDILLIÈRE, Directeur de recherche et directeur d’études INSERM-CERMES3, EHESS, Rapporteur.
– Cyril ISNART, Chargé de recherche, IDEMEC, CNRS, Examinateur.

Teintures naturelles et teinturiers au Cambodge

Article de Bernard Dupaigne paru dans la Revue d’Ethnoécologie, n°11, 2017

À partir de notes prises lors de visites dans de nombreux villages du Cambodge à la fin des années 60, l’auteur explique comment les villageois teignaient alors de manière traditionnelle les écheveaux de fils de soie ou de coton, d’étoffes, dans les couleurs suivantes : jaune, rouge, indigo, vert, noir. La plupart des teintes sont obtenues à partir de plantes. Seul le rouge est obtenu à partir d’un produit animal, l’exsudat formé sur des branches d’arbre par des essaims d’insectes parasites, entretenus à cet effet. Pour chaque teinte, on trouve aussi bien des informations détaillées sur la collecte des produits de base, aussi bien les colorants que les adjuvants (mordants), la préparation de la teinture et les diverses étapes du travail du teinturier (proportions, temps, etc.).

Jardins et jardiniers : les pieds dans la terre, la tête dans les nuages. Une anthropologie du potager

Thèse de Vincent Larbey, Sociologie. Université Paul Valéry – Montpellier III, 2013, 460 p.

Depuis le XIXe siècle en France, l’opposition entre agrément et utilitaire détermine nos représentations du jardin. Ainsi, le potager s’inscrirait avant tout dans une logique de production, à l’opposé du plaisir créatif et distingué propre au jardin d’agrément. L’observation de nombreux jardins vivriers et des manières de faire de leurs jardiniers, montre que ces jardins sont chargés d’intentions et de symboles dépassant la seule préoccupation de produire de la nourriture. C’est le cas des jardins éloignés du domicile, tels les jardins collectifs, familiaux ou partagés, mais aussi d’autres jardins, vivriers en Papouasie et en Amazonie, transitoires à New York. L’intimité du jardin, la mémoire du lieu, le « contact » avec la terre, l’autoproduction de nourriture, la dimension collective et l’exposition au regard des autres sont sources d’un fort investissement symbolique, suscitant des formes particulières d’appropriation, de sociabilité et d’expression ; une façon de concrétiser sa présence au monde, sa relation au temps, à « l’environnement », aux autres et à soi-même. Sans doute le mythe paradisiaque se construit-il sur ces aspects, dont se saisissent aussi les philosophes et les poètes. Cette recherche a également pour objet de souligner le hiatus entre la conception des jardins proposés par les collectivités publiques et les pratiques quotidiennes des jardiniers.

Thèse intégralement accessible en version PDF (77.43 Mo) sur Tel.

Dans les pas d’un herboriste…

Emission CO2 mon amour, radio France Inter, 24.06.2017

Reportage dans le Massif des Monédières (qui appartient au Massif Central), dans les pas d’un herboriste passionné et spirituel, Jean Maison, fondateur du Comptoir d’Herboristerie -lequel s’inscrit dans la tradition des cueilleurs producteurs.

Emission à ré-écouter ici.

Revue Archéopages. Jardins

Revue Archéopages, n°37, avril 2013

Que les jardins soient privés ou publics, laïcs ou religieux, leur construction relève de modèles, de mode, d’innovations agronomiques et technologiques. Comment leurs architectes les articulent-ils avec le bâti ? Comment composent-ils avec les contraintes naturelles ? Quelle est la pérennité de ces installations ? Et pour quels usages les édifie t-on ?

Numéro en accès intégral et libre sur le site de la revue.