ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archive pour Annonces de colloques de l'année en cours

Jardins de demain

Colloque international, 3-4 juillet 2017, Paris et Villetaneuse (France)

Le jardin, dans sa dimension sociale et spatiale, dans sa conception et son vécu, dans sa tradition et sa nouveauté, dans son contexte urbain, péri-urbain, rural, autorise un large champ d’interprétations.

Quels jardins nos sociétés produisent-elles aujourd’hui et quels jardins créeront-elles demain ? Ces jardins ne sont pas seulement issus de la commande publique et de l’initiative des aménageurs et des paysagistes, il résulte aussi de son appropriation par les habitants ou les passants, suscitant de nouvelles formes de sociabilité et de paysage.

Le colloque Jardins de demain examinera les différentes formes prises par les jardins qui condensent des fonctions plurielles, à la fois écologiques, muséales, sociales et productives. Le jardin devient ainsi un lieu d’expérimentation dans lequel se nouent des rapports écologique et/ou social à l’autre.

A priori lieu clos et de taille réduite, le jardin s’est souvent affranchi de ses barrières et s’entend aujourd’hui à toutes échelles. L’espace jardiné est également un espace de circulation qui contribue à la constitution du paysage urbain et à son articulation avec le périurbain, favorisant échanges et mobilité. Le jardin contemporain relève à la fois de l’espace « intégré », à l’échelle de la ville dans les plans d’urbanisation et de l’espace interstitiel (anciennes friches ou terrains vagues, jardins partagés). Il est ce lieu paradoxal qui comble l’interstice dans le tissu urbain, ou entre monde rural et urbain. « Fracture », apportant la nature en ville, il peut en même temps être conçu comme assurant une « continuité » tolérable à la ville ou une cohérence à l’échelle d’un quartier, ou encore en liant entre eux les quartiers (« ceintures », « coulées », « trames vertes »). 

Le colloque Jardins de demain a aussi pour ambition de renforcer les passerelles entre chercheurs et praticiens. Il s’agit de dépasser les frontières entre les disciplines (histoire, géographie, écologie) et les métiers liés au jardin (architecte, paysagiste, conservateur du paysage) pour faire du colloque un lieu de dialogue. Pour cela, les débats s’organiseront autour de quatre axes thématiques:

  • Axe 1 : Quels héritages pour les jardins demain ?
  • Axe 2 : Le global et le local
  • Axe 3 : Oser la marge
  • Axe 4 : Jardiner au XXIe siècle

Voir les conditions de participations et l’intégralité du programme ici.

[Info Calenda]

Des plantes et du droit. Approches juridiques de l’environnement végétal

Rencontres Montpellier – Sherbrooke, Faculté de Droit et de Science politique, bât 2, amphithéâtre 201 – 39 rue de l’Université
Montpellier (France), 22 Juin 2017

Le végétal représente un enjeu majeur pour notre époque. Les contributions tenteront de rendre compte de la manière dont le droit appréhende le végétal, de la garantie d’une justice redistributive au brevetage du vivant. Qu’il nourrisse directement ou indirectement les hommes et les animaux, le végétal – et le droit qui le protège, encadre sa production et son utilisation, sont au cœur de problématiques vitales qui vont de la sécurité alimentaire mondiale, au commerce international des denrées, aux modes de production agricole anciens, actuels et futurs, ou bien encore à la reconnaissance des valeurs de la biodiversité et de leur impact sur la santé. D’un autre côté, le vivant végétal en devenant un matériau pour certaines industries et l’objet d’appropriation aux modalités les plus variées, suscite de nouveaux risques pour le patient et le consommateur, que ce soit en matière pharmaceutique, cosmétique, agricole ou agro-alimentaire, risques dont le droit devrait pouvoir se saisir par anticipation.

Programme

09h15 | Introduction |

  • Éric de Mari, Histoire du droit, Université de Montpellier, UMR 5815 Dynamiques du droit)
  • David Gilles, Histoire du droit, Université de Sherbrooke)

| Session 1 | Président de séance : Jacques Tassin, Ecologue, CIRAD

  • Catherine Ribot, Droit public, Université de Montpellier, « La mise en œuvre de la loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages »
  • Elisabeth Tardieu, Droit privé, Université de Montpellier, « Une approche de droit privé des textes relatifs à la biodiversité »
  • Luc Grenon, Droit fiscal, Université de Sherbrooke, « Les politiques éco-fiscales : vert comme végétal ? »
  • Aliènor Bertrand, Philosophie, UMR 5815 Dynamiques du droit, Université de Montpellier, « La nature végétale nassée par le droit »
  • David Gilles, Histoire du droit, Université de Sherbrooke, « Droit de buchage et foresterie : le végétal comme outil de colonisation (Canada 1664-1867) »
  • Catherine Choquette, Droit de l’environnement, Université de Sherbrooke, « Le droit de la foresterie face aux changements climatiques »

14h00

| Session 2 | Président de séance : Eric Vindimian, Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD)

  • Claire Vial, Droit public, Université de Montpellier, « Concurrence et circularité entre animaux et humains dans l’usage du végétal »
  • Pierre François Mercure, Droit de l’environnement, Université de Sherbrooke, « L’évolution du régime commercial des produits agricoles de base dans une perspective Nord-Sud »
  • Pascal Vielfaure, Histoire du droit, Université de Montpellier, « La réglementation de la vente des plantes médicinales au XIXe siècle »
  • Cécile Le Gal Fontès, Droit et économie de la santé, UMR 5815 Dynamiques du droit, Université de Montpellier, « L’utilisation médicale des plantes et leur arrivée sur le marché »
  • Hervé Cassan, Droit international, Université de Sherbrooke, « Les plantes psychotropes et le droit international du développement : Carences normatives et effervescence opérationnelle »
  • Sébastien Lanctot, Droit des assurances, Université de Sherbrooke, « Les impacts assuranciels de la culture de la marijuana : des protections qui peuvent s’envoler en fumée ?

[Info Calenda]

Jardin et mélancolie

Colloque, Caen, 1er et 2 juin 2017

Le jardin apaise et repose les âmes, il  est le lieu d’une activité humaine « universelle » – le soin. Dès les Lumières, il devient un élément de politique hygiéniste. La médecine et la psychiatrie s’en servent à des fins thérapeutiques. Le jardin imaginé par les poètes et autres artistes a, lui-aussi, cette fonction thérapeutique, et par là un lien avec la mélancolie. Lui aussi apaise et libère, concentre et distrait – le créateur comme son public – par sa double nature d’espace clos contenant l’infini, à la fois bien réel et onirique par essence.

Ce colloque éclairera sous divers angles le lien qu’entretient le jardin avec la mélancolie, afin de mieux comprendre l’intérêt constant voire croissant que lui portent artistes, médecins, pédagogues et hommes et femmes politiques et de comprendre aussi en quoi cette référence au jardin se métamorphose au fil des époques.

Programme

Jeudi, 1er juin 2017

  •  9.30-10.00  Introduction : Hildegard Haberl
  • 10.00-10.45 Conférence inaugurale : Hervé Brunon (Centre André Chastel, Université Paris Sorbonne), Conjurer la mélancolie, ou la physiologie de l’allégresse dans l’Italie du XVIe siècle

10.45-11.00 Café

Modération : Elsa Jaubert (Université de Caen Normandie)

  • 11.00-11.45 Eugénie Jamet (Université Paris Sorbonne), Réalité et illusion mélancolique au jardin en Angleterre au XVIIème siècle
  • 11.45-12.30 Valentina Vestroni (Paris) : Nourrir la mélancolie: promenades au jardin dans le roman français du XVIIIème siècle

12.30-14.00 Déjeuner

Modération : Anne-Marie Pailhès (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense)

  • 14.00-14.45 Adrian von Buttlar (TU Berlin), Szenen der Trauer und der Melancholie im Landschaftsgarten
  • 14.45-15.30 Eric Leroy du Cardonnoy (Université de Caen Normandie) : Le jardin dans deux textes d’Adalbert Stifter, « L’arrière-saison » et « Fleurs des Champs »

15.30-16.00 Café

16.00-16.45 Annemarie Gresser (Université de Caen Normandie) : Du jardin comme destin : l’irrésistible itinéraire du Petit Monsieur Friedemann 

Espaces thérapeutiques

Modération : Hildegard Haberl et Annette Lensing (Université de Caen Normandie)

17.00-19.00 Dialogue : Le jardin thérapeutique entre soin et esthétique

  • Caroline Hurvy (Université de Caen Normandie) : Rêver au jardin et rêver le jardin : des vertus thérapeutiques du jardin comme espace transitionnel
  • Anne Chahine : Présidente de l’Association « Jardins et Santé »

Dîner convivial

Vendredi, 2 juin 2017

Modération : Valérie Dubslaff (Université de Caen Normandie)

  • 10.00 – 10.45 Iris Lauterbach (Zentralinstitut für Kunstgeschichte) : Le cimetière dans la métropole: le deuil et les espaces verts

10.45 – 11.00 Café

  • 11.00 – 11.45 Regine Bonnefoit (Université de Neuchâtel): Les représentations de jardins et de plantes dans l’œuvre de Paul Klee.
  • 11.45 – 12.30 Corona Schmiele (Université de Caen Normandie): « Arpenter à nouveau mes sombres jardins »: Les jardins mélancoliques de Gottfried Benn

12.30-14.00 Déjeuner

Modération : Didier Wirth (Institut Européen des Jardins et Paysages)

  • 14.00 – 14.45 Sophie Nezri-Dufour (Université d’Aix-Marseille) : Mémoire et mélancolie du Jardin des Finzi-Contini: espace personnel et microcosme universel
  • 14.45-15.30 Pascale Van Praet (Lycée Châtelet Douai et Université de Caen Normandie) : Le jardin ouvrier dans la littérature contemporaine germanophone : un laboratoire de vie et d’observation 

15.30-16.00 Café

16.00-16.45 Jürgen Ritte (Université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle): Mélancolie – jardin – mémoire

16.45-17.00 Discussion de clôture

[Info Calenda]

Musées et Jardins

Séminaire de muséologie, IRI (Centre Pompidou) Paris, France, 16 mai 2017, 17h30-20h

Malgré des différences marquées, musées et jardins entretiennent des liens étroits. Ces deux lieux sont ceux que le promeneur et le visiteur peuvent idéalement arpenter à leur propre rythme, espaces d’une temporalité différenciée du negotium quotidien, constituant des alcôves esthétiques et sensorielles qui ménagent les conditions d’une attention propice à la contemplation et, parfois, à la méditation. Deux lieux de savoir et de plaisir dont les éléments reflètent, de par leur histoires, différentes conceptions du monde. En effet, le jardin comme l’exposition sont des microcosmes qui renvoient à des cosmologies, à des univers symboliques, sensoriels et poétiques, qui servent de guides pour un certain usage du monde. Dans cette séance, au travers d’un questionnement avec Gilles Clément, jardiniste, et Coline Zellal, Commissaire de l’exposition « Jardins », il s’agira d’approcher les jardins à la lumière de la pratique et de la théorie du jardiniste autant que du point de vue de la muséographie et de la muséologie. 

Intervenants : 

– Coline ZELLAL : Conservatrice du patrimoine au Musée national Picasso-Paris, Commissaire de l’exposition « Jardins » aux côtés de Laurent le Bon (Musée Picasso) et de Marc Jeanson (MNHN)

– Gilles CLÉMENT : jardinier, paysagiste, entomologue, botaniste, biologiste et écrivain. Auteur notamment de « Le jardin en mouvement » ainsi que concepteur de nombreux jardins, parmi lesquels, celui du Musée du Quai Branly. 

 

 

Produits oubliés, produits menacés, produits disparus Causes et mécanismes du déclin, XIVe-XXIe siècle

Colloque international, Université Bordeaux Montaigne, 4-6 avril 2017

Dans le cadre du programme TERESMA qui s’intéresse aux liens entre produits de terroirs, territoires, espaces et marchés hier et aujourd’hui, ce colloque se propose d’essayer de comprendre les causes et les mécanismes du déclin de certains produits du XIVe au XXIe siècle. Si l’histoire et les sciences sociales en général se sont beaucoup intéressées aux success stories, aux produits qui ont réussi à se diffuser largement, à s’inscrire dans la durée, à assoir leur notoriété et à entraîner la croissance de secteurs économiques, d’entreprises ou de territoires, l’échec peut lui aussi être un objet historique permettant de mettre en lumière les transformations économiques, sociales et culturelles d’une époque et d’un espace. Étudier les multiples processus de déclin, de la menace latente sur un aliment à sa disparition définitive, conduit ainsi à interroger les choix alimentaires et leurs contraintes, les orientations du secteur agro-alimentaire ou les politiques menées dans ce domaine.

Programme sur le carnet de Teresma.

Séminaire Nature(s) et religion(s)

Séminaire coordonné par Marlène Albert-Llorca, Georges Favraud et Guillaume Rozenberg (LISST-Centre d’anthropologie sociale, UMR 5193), Université de Toulouse Jean-Jaurès, Toulouse, année 2017

Ce séminaire propose de poser la question, centrale pour les sciences humaines et sociales, du rapport à la nature en situant au premier plan de la réflexion le fait religieux. L’hypothèse est que les représentations et les pratiques religieuses, étant une clé de voûte du social, constituent un champ premier et déterminant de façonnage du rapport des groupes humains à leur milieu. Un champ où, en d’autres termes, les manières dont les groupes humains entrent en interaction avec les diverses composantes de leur milieu, aussi bien que les manières dont ils configurent ce milieu, se laissent saisir avec acuité. La réflexion se déploiera autour de trois grands dossiers, qui offrent trois points de vue féconds et complémentaires pour interroger les relations entre nature(s) et religion(s), et par là les processus variables de socialisation de la nature et de constitution du religieux : lieux et paysages sacrés ; conception et gestion de la vie ; modes de (re)sacralisation de la nature dans le monde occidental.

Programme

20 janvier 2017 (9h30-12h30)
Les dieux successeurs des astres ? Cultes de la nature et explication naturaliste des cultes
Jean-Pierre Albert (EHESS, LISST-Centre d’anthropologie sociale)

10 février 2017 (10h30-12h30)
De la perception aux représentations : intérêt et limites d’une phénoménologie du religieux.
Considérations à partir de l’appréhension totonaque de l’environnement (Mexique)
Nicolas Ellison (EHESS, Centre des Etudes Mexicaines et Centre-Américaines)

17 mars 2017 (10h30-12h30)
Sacrifice des volailles et oiseaux sentinelles. Lévy-Bruhl, Lévi-Strauss et la grippe aviaire
Frédéric Keck (CNRS, Laboratoire d’anthropologie sociale / Musée du quai Branly)

28 avril 2017 (14h-16h)
Le chemin et le champ. Rites sacrificiels et théorie de la vie chez les Mixe de Oaxaca (Mexique)
Perig Pitrou (CNRS, Laboratoire d’anthropologie sociale)

19 mai 2017 (10h30-12h30)
Le monde perpétuellement en mouvement : des dieux que l’on cultive et des animaux qui
séduisent les hommes en pays mandingue (Afrique de l’Ouest)
Agnès Kedzierska-Manzon (LISST-Centre d’anthropologie sociale)

16 juin 2017 (10h30-12h30)
La fonction naturelle de la religion chez Bergson
Pierre Montebello (Université Toulouse-Jean Jaurès, ERRAPHIS)

L’homme des bois et l’homme vert. L’imaginaire de l’homme sylvestre dans la littérature et les arts

Colloque international, Université de Toulouse, 8 et 9 février 2017

Ce colloque international représente le dernier volet d’un projet de recherche engagé sur trois ans (2015-2017) et ayant pour objet l’étude diachronique et transdisciplinaire de la représentation de l’homme et de la femme sauvages. Après avoir analysé les caractéristiques physiques et morales de l’homme sauvage allogène (soit le représentant des habitants des confins de la terre, ou le barbare envahisseur, étranger à toute norme et à la civilisation) ou indigène (soit le représentant des « enfances » de la civilisation, ou l’habitant des territoires « découverts » par le voyageur-colonisateur), il s’agit à présent d’interroger des aspects spécifiques liés à l’imaginaire de l’homme sauvage : son interdépendance avec la nature « sauvage » d’une part et son caractère ambivalent et souvent instable de l’autre.

Programme et informations ici.

[Info Calenda]