ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archives de Annonces de colloques de l'année en cours

Musées et Jardins

Séminaire de muséologie, IRI (Centre Pompidou) Paris, France, 16 mai 2017, 17h30-20h

Malgré des différences marquées, musées et jardins entretiennent des liens étroits. Ces deux lieux sont ceux que le promeneur et le visiteur peuvent idéalement arpenter à leur propre rythme, espaces d’une temporalité différenciée du negotium quotidien, constituant des alcôves esthétiques et sensorielles qui ménagent les conditions d’une attention propice à la contemplation et, parfois, à la méditation. Deux lieux de savoir et de plaisir dont les éléments reflètent, de par leur histoires, différentes conceptions du monde. En effet, le jardin comme l’exposition sont des microcosmes qui renvoient à des cosmologies, à des univers symboliques, sensoriels et poétiques, qui servent de guides pour un certain usage du monde. Dans cette séance, au travers d’un questionnement avec Gilles Clément, jardiniste, et Coline Zellal, Commissaire de l’exposition « Jardins », il s’agira d’approcher les jardins à la lumière de la pratique et de la théorie du jardiniste autant que du point de vue de la muséographie et de la muséologie. 

Intervenants : 

– Coline ZELLAL : Conservatrice du patrimoine au Musée national Picasso-Paris, Commissaire de l’exposition « Jardins » aux côtés de Laurent le Bon (Musée Picasso) et de Marc Jeanson (MNHN)

– Gilles CLÉMENT : jardinier, paysagiste, entomologue, botaniste, biologiste et écrivain. Auteur notamment de « Le jardin en mouvement » ainsi que concepteur de nombreux jardins, parmi lesquels, celui du Musée du Quai Branly. 

 

 

Produits oubliés, produits menacés, produits disparus Causes et mécanismes du déclin, XIVe-XXIe siècle

Colloque international, Université Bordeaux Montaigne, 4-6 avril 2017

Dans le cadre du programme TERESMA qui s’intéresse aux liens entre produits de terroirs, territoires, espaces et marchés hier et aujourd’hui, ce colloque se propose d’essayer de comprendre les causes et les mécanismes du déclin de certains produits du XIVe au XXIe siècle. Si l’histoire et les sciences sociales en général se sont beaucoup intéressées aux success stories, aux produits qui ont réussi à se diffuser largement, à s’inscrire dans la durée, à assoir leur notoriété et à entraîner la croissance de secteurs économiques, d’entreprises ou de territoires, l’échec peut lui aussi être un objet historique permettant de mettre en lumière les transformations économiques, sociales et culturelles d’une époque et d’un espace. Étudier les multiples processus de déclin, de la menace latente sur un aliment à sa disparition définitive, conduit ainsi à interroger les choix alimentaires et leurs contraintes, les orientations du secteur agro-alimentaire ou les politiques menées dans ce domaine.

Programme sur le carnet de Teresma.

Séminaire Nature(s) et religion(s)

Séminaire coordonné par Marlène Albert-Llorca, Georges Favraud et Guillaume Rozenberg (LISST-Centre d’anthropologie sociale, UMR 5193), Université de Toulouse Jean-Jaurès, Toulouse, année 2017

Ce séminaire propose de poser la question, centrale pour les sciences humaines et sociales, du rapport à la nature en situant au premier plan de la réflexion le fait religieux. L’hypothèse est que les représentations et les pratiques religieuses, étant une clé de voûte du social, constituent un champ premier et déterminant de façonnage du rapport des groupes humains à leur milieu. Un champ où, en d’autres termes, les manières dont les groupes humains entrent en interaction avec les diverses composantes de leur milieu, aussi bien que les manières dont ils configurent ce milieu, se laissent saisir avec acuité. La réflexion se déploiera autour de trois grands dossiers, qui offrent trois points de vue féconds et complémentaires pour interroger les relations entre nature(s) et religion(s), et par là les processus variables de socialisation de la nature et de constitution du religieux : lieux et paysages sacrés ; conception et gestion de la vie ; modes de (re)sacralisation de la nature dans le monde occidental.

Programme

20 janvier 2017 (9h30-12h30)
Les dieux successeurs des astres ? Cultes de la nature et explication naturaliste des cultes
Jean-Pierre Albert (EHESS, LISST-Centre d’anthropologie sociale)

10 février 2017 (10h30-12h30)
De la perception aux représentations : intérêt et limites d’une phénoménologie du religieux.
Considérations à partir de l’appréhension totonaque de l’environnement (Mexique)
Nicolas Ellison (EHESS, Centre des Etudes Mexicaines et Centre-Américaines)

17 mars 2017 (10h30-12h30)
Sacrifice des volailles et oiseaux sentinelles. Lévy-Bruhl, Lévi-Strauss et la grippe aviaire
Frédéric Keck (CNRS, Laboratoire d’anthropologie sociale / Musée du quai Branly)

28 avril 2017 (14h-16h)
Le chemin et le champ. Rites sacrificiels et théorie de la vie chez les Mixe de Oaxaca (Mexique)
Perig Pitrou (CNRS, Laboratoire d’anthropologie sociale)

19 mai 2017 (10h30-12h30)
Le monde perpétuellement en mouvement : des dieux que l’on cultive et des animaux qui
séduisent les hommes en pays mandingue (Afrique de l’Ouest)
Agnès Kedzierska-Manzon (LISST-Centre d’anthropologie sociale)

16 juin 2017 (10h30-12h30)
La fonction naturelle de la religion chez Bergson
Pierre Montebello (Université Toulouse-Jean Jaurès, ERRAPHIS)

L’homme des bois et l’homme vert. L’imaginaire de l’homme sylvestre dans la littérature et les arts

Colloque international, Université de Toulouse, 8 et 9 février 2017

Ce colloque international représente le dernier volet d’un projet de recherche engagé sur trois ans (2015-2017) et ayant pour objet l’étude diachronique et transdisciplinaire de la représentation de l’homme et de la femme sauvages. Après avoir analysé les caractéristiques physiques et morales de l’homme sauvage allogène (soit le représentant des habitants des confins de la terre, ou le barbare envahisseur, étranger à toute norme et à la civilisation) ou indigène (soit le représentant des « enfances » de la civilisation, ou l’habitant des territoires « découverts » par le voyageur-colonisateur), il s’agit à présent d’interroger des aspects spécifiques liés à l’imaginaire de l’homme sauvage : son interdépendance avec la nature « sauvage » d’une part et son caractère ambivalent et souvent instable de l’autre.

Programme et informations ici.

[Info Calenda]

Forêt, arts et culture, l’esprit des lieux

Journée d’étude du GHFF, Sorbonne (Paris), 28 janvier 2017

La journée d’études sera précédée le 27 janvier d’une soirée cinéma avec conférence. Nul besoin de présenter le film « Lady Chatterley », réalisé par Pascale Ferran en 2006. Ses nombreux prix attestent sa notoriété. Mais peu savent que ses paysages ont été filmés dans les forêts limousines. La forêt tient une place majeure et abrite plusieurs scènes essentielles. L’esprit de la forêt habite les personnages…

Le paysagiste Gilles Clément abordera l’idée d’un génie naturel des écosystèmes forestiers et les questions soulevées par leur mise en paysage. Sa contribution au choix des paysages du film de Pascale Ferran illustre les enjeux de la spatialité forestière.

Télécharger le flyer avec la totalité du programme : flyer-programme-j2-051216

 

Journée Plantes et philosophie

Séminaire Philosophie et biologie, Université de Bordeaux, mardi 13 décembre 2016

Programme

  1. Les plantes sont-elles malades ?, Marie-Laure Loustau, UMR Biogeco, Inra, Université de Bordeaux
  2. Les différents types de modèles savants de la maladie des plantes à l’époque moderne, Gilles Denis, UMR Savoirs Textes Langage, CNRS, Universités Lille 1 et Lille 3
  3. Les plantes cultivées cachent-elles la forêt ? Un coup d’œil génétique, Sophie Gerber, UMR Biogeco, Inra, Université de Bordeaux
  4. La plante, un holobionte ? Une approche critique, Marc-André Selosse, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, Universités de Gdansk (Pologne) & Viçosa (Brésil)
  5. Les semences entre critique et expérience, Élise Demeulenaere, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris
  6. Quels sont les enjeux d’une réflexion philosophique sur le végétal ?, Quentin Hiernaux, FNRS, Université Libre de Bruxelles

Informations ici.

Hommes, plantes et animaux : usages, mythes et représentations de la nature

Séminaire de l’Ecole des Chartes (Paris, France), année 2016-2017

À l’ère de l’« Anthropocène », des nouvelles disciplines, comme l’histoire de l’environnement, nous interrogent sur la trajectoire commune entre l’homme et les autres êtres vivants.

Programme

Le programme est disponible ici

Lundi 12 décembre 2016

  • Introduction et présentation / Une nouvelle discipline : l’histoire de l’environnement par Grégory Quenet, membre junior de l’Institut Universitaire de France

Lundi 16 janvier 2017

  • Penser l’homme dans la nature à l’ère de l’Anthropocène par Dominique Lestel, philosophe

Lundi 30 janvier 2017

  • L’historien face à l’animal : l’exemple du Moyen Âge par Michel Pastoureau, directeur d’études à l’Éphé

Lundi 27 février 2017

  • Hommes, plantes et animaux : pratiques et représentations en France Équinoxiale sous l’Ancien Régime par Egle Barone Visigalli, responsable de la formation continue

Lundi 13 mars 2017

  • Société et prédation : le sacrifice par substitution et le loup-garou par Jean-Michel Leniaud

Lundi 27 mars 2017

  • Humains et non humains dans l’univers de la chasse (chiens, hommes et chevaux) par Philippe Dulac, président de la fondation Sommer

Lundi 24 avril 2017

  • Esthétiques de la vénerie, représentations et rituels par Charles-Éloi Vial, conservateur

Lundi 15 mai 2017

  • L’arbre médiéval : discours savant et dimension symbolique (XIIIᵉ – XVᵉ siècle) par Alice Laforêt, conservateur des bibliothèques stagiaire

Lundi 29 mai 2017

  • Vigne, vin et hommes : utilisation du tastevin par Maurice Dussort, antiquaire

Lundi 5 juin 2017

  • Le Sublime, la Raison et le Sentiment dans la nature par Gabrielle de Lassus, docteur en histoire de l’art, chef du service de la scolarité