ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archive pour Actualités

Le poivre, de l’Antiquité à l’époque moderne : un luxe populaire ?

Colloque international, Ecole normale supérieure, Campus Jourdan, Grand amphithéâtre – 48 boulevard Jourdan
Paris, France, 23-25 novembre 2017

Le poivre – dont la circulation et le commerce font l’objet du colloque – est un produit phare et un bon marqueur archéologique des échanges. Le poivre a déjà donné lieu à de nombreuses études, mais celles-ci restent le plus souvent segmentées d’un point de vue chronologique et géographique. Prenant comme point de départ la période antique, notre recherche entend s’inscrire dans la longue durée des échanges entre la Chine, l’Inde et secondairement l’Insulinde, et le monde méditerranéen, en multipliant les comparaisons entre les époques. En décloisonnant l’étude du commerce du poivre nous visons à repérer les évolutions et les déplacements significatifs et à faire progresser les connaissances et la réflexion sur des pans encore mal connus de la question.

Voir le programme ici.

Publicités

Des arbres et des hommes

Conférence de Josiane Ubaud, Maison de la Région à Béziers (France), 13 décembre 18h30

La Région OCCITANIE/Pyrénées-Méditerranée organise à la Maison de Région à Béziers une conférence littéraire pour la présentation de l’ouvrage de Mme Josiane UBAUD « Des arbres et des hommes » (ed. Edisud).

De formation scientifique, professeur de mathématiques pendant 8 ans, puis lexicographe en domaine occitan, elle mène depuis 25 ans des recherches en ethnobotanique occitane, par dépouillements des sources et enquêtes sur le terrain, pour analyser le regard occitan sur l’environnement.
Interventions dans des séminaires et colloques sur les paysages ou les plantes de la garrigue.

L’arbre qui a vu l’Homme (2)

Émission « Les pieds sur terre », radio France Culture, reportage d’Elise Andrieu, 13. 11. 2017

Le premier ne veut pas se laisser prendre en photo, le deuxième menace de tomber, le troisième est millénaire et se trouve soudain arrosé de « round up »…

Trois récits autour de la vie des arbres, racontés par ceux qui les regardent.

Reportage à (re) écouter ici.

Premier feuilleton à réécouter .

 

Cueilleurs de sens

Projection, mairie de Montgaillard (Hautes-Pyrénées, France), 12.11.2017 à 16h30

L’équipe de la bibliothèque-médiathèque de Montgaillard propose, avec le concours de la médiathèque départementale, une projection-débat, ce dimanche 12 novembre, à 16 h 30, au premier étage de la mairie de Montgaillard. La projection de «Cueilleurs de sens», film documentaire réalisé dans les Hautes-Pyrénées, sera suivie d’une rencontre avec les deux réalisateurs, Sofian Achabe et Vanessa Zarattin, et Pascale Ferrari, cueilleuse de nature. Un buffet façon «auberge espagnole sauvage» viendra clôturer l’après-midi. Pensez donc à amener vos plats faits, si possible, de plantes sauvages comestibles. Présenté en avant-première au Festival des bonnes herbes du Centre ethnobotanique de l’étang de Virelles (Belgique) en juillet 2017, ce film documentaire est né d’une rencontre entre deux regards, l’un issu du cinéma, l’autre de l’ethnologie. Les cueilleurs de sens, ce sont celles et ceux qui sortent de chez eux pour partir en quête de plantes sauvages. En chemin, c’est leur solitude qu’ils rencontrent. Avec eux, la cueillette prend une teinte nourricière, médicinale ou récréative, mais elle reste avant tout prétexte à une escapade, à un rapport intime à la nature. Pascale Ferrari et Geoffroy de Valensart (naturopathe et apiculteur dans les Baronnies) incarnent ici cette approche du végétal. Ils nous mèneront, au fil de leurs pensées sauvages et de leur quotidien, à la rencontre d’eux-mêmes, à la recherche du sens de leurs cueillettes.

À noter que Vanessa Zarattin, passionnée d’ethnobotanique, a été chargée d’enquête ethnobotanique au Conservatoire botanique des Pyrénées et Midi-Pyrénées de Bagnères-de-Bigorre.

Entrée libre. Renseignements au 05.62.91.54.26. et sur http ://www.hapybiblio.fr

 

De la plante au médicament

Émission LSD, radio France Culture, du 30.10 au 2.11.2017

  • Les pharmacopées traditionnelles : Dès l’antiquité, puis au moyen-âge, la culture des plantes médicinales se développe et s’enrichit avec les explorations.
  • De la plante à la molécule de synthèse : Avec la chimie scientifique, c’est l’industrialisation qui fait son entrée dans l’histoire du médicament au début du XIXe siècle.
  • Le long parcours du combattant d’une pilule : La législation en matière de médicaments en France est extrêmement réglementée pour les raisons de sécurité que l’on imagine bien. Ce parcours s’appelle l’AMM : l’autorisation de mise sur le marché.
  • Soigner ou vendre : Les dérives du marketing, des stratégies de ventes et du conditionnement du médicament démontrent l’implacable mécanique des lobbies pharmaceutiques.

Reportages à (ré) écouter à partir de la page de l’émission.

Quinoa, prenez-en de la graine

Documentaire de Clémentine Mazoyer, France 5, 22.10.2017

Depuis vingt ans, les consommateurs occidentaux découvrent les vertus nutritives du quinoa et la consommation de cette graine a littéralement explosé. Dans les grandes surfaces, aux cartes des restaurants, elle fait désormais partie du quotidien. Aujourd’hui, une partie est toujours produite dans la cordillère des Andes, à près de 4000 mètres d’altitude. Sa culture s’effectue dans la pure tradition andine, à la main et sans produit chimique, car c’est une plante ultra-résistante. Mais son succès a fait des envieux. Il y a dix ans, le Pérou s’est lancé dans la course. Les méthodes de production ont évolué.

Documentaire à revoir pendant une semaine ici.

Les Français et la nature, amour ou indifférence ?

Émission de radio De cause à effets, le magazine de l’environnement, radio France culture, 22.10.2017

La campagne présidentielle 2017 fut globalement, sur le plan de l’environnement, l’illustration même du manque d’intérêt en haut lieu pour les questions relatives à la nature et au devenir de la planète. Peu de débats ont donné l’occasion d’entrer dans le vif du sujet, et les questions des journalistes politiques, à ce sujet, n’étaient pas légion…

On dit que les Français seraient indifférents à la nature et à sa protection… Lieu commun ou réalité de terrain ? Il est vrai que les Français s’intéressent moins à la nature que leurs voisins anglophones et germanophones, et qu’il est souvent plus difficile de les mobiliser pour la sauvegarde de la faune et de la flore au sein d’associations.

Comment la culture française s’est-elle construite dans son rapport à l’environnement ? Quelles sont les différences avec nos voisins européens ? Français et nature, quelles sont les raisons de ce désamour ?

C’est à cette complexité et à ces questions historico-politico-culturelles que notre invitée, Valérie Chansigaud (historienne des sciences et de l’environnement, chercheuse associée au laboratoire SPHERE, Paris Diderot-CNRS), spécialiste de l’histoire des relations entre l’espèce humaine et la nature. a décidé de répondre dans son dernier livre Les français et la nature, pourquoi si peu d’amour ?” paru chez Actes Sud.

Emission à ré-écouter ici.