ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archive pour Moyen-Orient

Assoiffés, les pistachiers iraniens se meurent

Article publié dans Sciences et Avenir, 07.09.2016

« Dans un village fantôme du sud de l’Iran, des machines agricoles rouillées et des maisons en ruine côtoient des champs de pistachiers asséchés et blanchis par le soleil. Logements et cultures ont été abandonnés il y a une dizaine d’années par les paysans, qui ont longtemps vécu de la culture de la pistache, deuxième produit d’exportation de l’Iran après le pétrole. Mais cette richesse s’est en partie évaporée, au fur et à mesure que les réserves souterraines d’eau s’asséchaient dans la province de Kerman, capitale de la pistache. La faute à des années de sécheresse mais aussi d’agriculture intensive peu régulée. « Les plantations sont en train de disparaître », se désole Hassan Ali Firouzabadi, qui habite dans la localité voisine d’Izadabad à quelques kilomètres. Et les habitants « sont partis en ville pour devenir ouvriers ou chauffeurs de taxi. Dans dix ans, il ne restera plus personne ». Dans son verger, certains pistachiers datent du 17e siècle, mais leurs feuilles tournent au jaune à cause de l’eau salée utilisée pour leur irrigation… »

Lire l’intégralité de l’article sur le site de la revue.

Les natures dans la ville du Moyen-Orient et du Maghreb

Appel à communication, IIe congrès du GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans » – projet d’atelier

Les villes du Maghreb et du Moyen-Orient comptent parmi les plus vieilles du monde, où la nature a toujours eu une place privilégiée : les jardins de Babylone, de Damas, de Marrakech et de Bagdad, dont les modèles sont issus à la fois de l’héritage perse et des descriptions du Coran, ont marqué les imaginaires et étaient des éléments-clés de la ville islamique (Gillot 2006). Au-delà de la fonction d’agrément, la fonction agricole, à travers l’agriculture urbaine et périurbaine, a toujours été constitutive du fait urbain dans le monde arabe (Nasr & Padilla 2004)…

Lire l’intégralité des modalités sur Calenda.

La filière oléicole obstacle: adaptations et contournements socio-économiques palestiniens face à l’occupation israélienne

Thèse de Arnaud Garcette, Sociologie. Aix-Marseille Université, 2015, 443 p.

Cette recherche porte sur l’adaptation de la filière oléicole palestinienne face aux dispositifs de contrôle et de séparation israéliens entre 1993 et 2013. Elle s’attache à en analyser les répercussions en termes de structuration des rapports de pouvoirs et des réseaux relationnels au niveau local, régional mais aussi international, en interrogeant notamment la place qu’occupent les acteurs étrangers dans ce processus d’adaptation.

Thèse intégralement accessible en version PDF (13,73 Mo)  sur Hal-Shs.

Jardins d’Orient

Exposition, Institut du Monde Arabe (Paris, France), avril à septembre 2016

Saviez-vous que la tulipe, bien avant de devenir un emblème des Pays-Bas, était celui des sultans ottomans ? Que le parc public est une innovation récente en Orient ? Et qu’il est aujourd’hui à la pointe des projets de développement durable de mégalopoles du monde arabe ? Saviez-vous que dans une des anciennes langues de la Perse, le mot jardin, pairi-daeza, a donné… paradis ? 

Lire la présentation de l’exposition sur le site de l’IMA.

« L’arbre sans rival ». Palmiers dattiers et palmeraies au Moyen-Orient et en Égypte de la préhistoire à nos jours

Article de Margareta Tengberg, Claire Newton, Vincent Battesti paru dans la Revue d’ethnoécologie, n°4, 2013

Article d’introduction au numéro thématique de la la revue consacrée au palmier dattier.

Article intégralement accessible en version PDF (308,79 Ko) sur HAL-SHS.

Le jardinier et le citadin. Ethnologie d’un espace agricole urbain dans la vallée de l’Oronte en Syrie

Ouvrage de Thierry Boissière, Presses de l’Ifpo, Damas, 2005, 479 p.

Thierry Boissière étudie le monde social des jardins urbains de l’Oronte, dont il nous restitue les systèmes techniques, la structure et l’organisation socioprofessionnelles, les liens étroits avec la ville ainsi que l’évolution depuis une cinquantaine d’années. Il illustre les différentes facettes des relations entre jardiniers et notables propriétaires, éclaire leurs mutations, à Homs et à Hama, met en évidence les transformations qui ont abouti au renversement des rapports de pouvoir sous l’effet de la réforme agraire, et notamment des lois sur les contrats agricoles et les coopératives. Au « temps des notables » a succédé un « temps des jardiniers », et peut être aujourd’hui « un temps des urbanistes », soucieux de développer dans des villes en pleine expansion des espaces verts pour tous. Dans un va-et-vient entre les deux villes, dans les variations d’échelle entre le local et le global qu’opèrent les récits et l’analyse, l’ethnologue éclaire ainsi tout un pan de l’histoire socio-économique de la Syrie.

Possibilité d’en lire des extraits sur OpenEdition Books.

Le palmier dattier

Numéro spécial de la Revue d’Ethnoécologie, n°4, 2013

Le palmier dattier (Phoenix dactylifera L.) constitue une espèce emblématique des régions chaudes et arides de l’Ancien Monde où il est cultivé depuis la Préhistoire. Malgré son rôle économique primordial, en tant qu’espèce nourricière et élément structurant dans les cultures en palmeraie, son origine et l’histoire ancienne de son exploitation avaient jusqu’alors fait l’objet de très peu de recherches.

palmier dattier

Dans ce numéro spécial, nous avons rassemblé onze textes qui abordent ces thématiques de perspectives très diverses, reflétant les travaux des auteurs venant d’horizons disciplinaires variés. Les questions centrales sont celles de la domestication et de la culture ancienne du palmier dattier, approchées par l’archéologie, l’archéobotanique, la morphométrie géométrique, la génétique et l’iconographie. À ces contributions percevant le palmier dattier dans une perspective historique s’ajoutent deux textes portant sur la gestion de l’agrobiodiversité et des ressources en eau dans des palmeraies actuelles en Oman et en Égypte.

Intégralité du numéro en accès libre sur le site de la revue.