ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archives de Amériques

Ecouter la forêt guyanaise

Série « Ecouter Paris, écouter les villes du monde » de Monica Fantini, radio RFI, 4.03.2017

Dans les années 1950, l’ingénieur géographe Jean-Marcel Hurault (1917-2005) a enregistré la forêt en Guyane française. La forêt est un écosystème, un lieu de vie, de ressources, de travail ; elle s’invite dans les créations humaines. Les hommes y travaillent le bois, partent en chasse ou bien encore se réunissent pour des rituels musicaux.

« Ecouter la forêt guyanaise » a été réalisé en collaboration avec les anthropologues de Milson, un programme du Centre de recherche en ethnomusicologie (CNRS) qui étudie et raconte la diversité des sociétés du monde à travers ses milieux sonores. Enregistrements sonores effectués par Jean Marcel Hurault, 1956-1958, Guyane française, population Boni (interprètes inconnus).

Forêt à écouter ici.

L’asclépiade, la plante miracle à tout faire

Article de Frédérique Féron paru dans Paris Match le 14.12.2016

« C’est une plante incroyable qui pousse comme du chiendent au Canada. L’asclépiade produit une fibre d’une douceur incomparable qui tient chaud sur les glaciers de l’Everest et peut dépolluer les océans… Un ingénieur québécois a redécouvert ce qui était au XVIIe siècle, à la cour de France, l’étoffe des rois. Et va ouvrir une nouvelle « route de la soie » qui sillonnera l’Amérique du Nord du Québec jusqu’au Mexique.

b_1_q_0_p_0

Moissonner un champ de mauvaises herbes, cela ne s’était encore jamais vu. Cet automne, au Canada, dans la vallée du Saint-Laurent, c’est pourtant ce qu’il s’est passé. De là à penser que les Québécois sont tombés sur la tête… Quelques dizaines d’agriculteurs se sont en effet laissé convaincre d’ensemencer l’asclépiade, une plante envahissante qui pousse comme du chiendent en Amérique du Nord, au bord des autoroutes et dans les terrains mal entretenus. La bête noire de tous les Canadiens, sauf pour François Simard. Ce n’est pas sa jolie fleur rose qui intéresse l’ingénieur mais son fruit en forme de gousse qui laisse flotter au vent comme des dizaines de fils blancs, plus doux que le coton, ce qui vaut à la plante le surnom de «soyer du Québec»… »

Lire l’intégralité de l’article ici.

La révolution des urbainculteurs

Émission de radio « De causes à effets, le magazine de l’environnement », radio France Culture, 19.02.2017

Près de 80% de la population française est citadine. Mais depuis quelques années, le béton fleurit. Ou du moins, certains s’attellent à rendre nos rues et nos modes de vie plus verts. Nous les appellerons, les urbainculteurs, et ce sont eux, qu’Aurélie Luneau reçoit.

La ville gagne, la vie citadine est le quotidien d’une majorité d’humains sur terre, un environnement « béton » qui a tendance, depuis une quinzaine d’année, à se verdir et à fleurir bon… à une époque où la qualité de l’environnement et les questions de santé publique sont devenues un moteur en ce domaine !

Dans le monde entier, des hommes et des femmes jouent les innovateurs, imaginent la campagne à la ville, entendent se nourrir autrement et parviennent à faire vivre une production agricole au coeur des villes. Des urbainculteurs d’aujourd’hui que la canadienne Jennifer Cockrall-King a rencontrés, parcourant le monde, à la découverte des fermes verticales, des balcons-potagers, des ruches sur les toits, des vignobles urbains, des jardins communautaires… Une nouvelle économie qui répond à une réelle attente !

Avec aussi, Eric Duchemin, professeur à l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université de Québec, et rédacteur en chef de la revue Vertigo, Florence Chaumontet, présidente de l’association Jardins Malins, du 13ème arrondissement de Paris, et Sébastien Goezler, co-fondateur de Vergers Urbains, urbaniste indépendant, spécialisé en permaculture urbaine.

Émission à (re) écouter ici.

Mapuche les hommes – plantes

Emission « Tout un monde », radio France Culture, 04.02.2017

Malgré les exactions coloniales, les spoliations territoriales, près de un million de Mapuche vivent au Chili. Leurs subtiles connaissances des plantes, les usages qu’ils en font pour l’artisanat, la construction, l’alimentation, la médecine ou les activités rituelles pratiquées par les machis (leurs chamanes), perdurent et même renaissent sous nos yeux. Dans cette perspective, l’émission fera le point sur l’application du protocole de Nagoya en matière de biodiversité dans le monde et sur l’appropriation illégale des ressources génétiques et des connaissances traditionnelles associées, sans partage des avantages issus de leur utilisation.

Émission à (re) écouter sur le site de la radio.

Le génie des plantes

Reportages, Arte, janvier 2017

Médicinales, aromatiques ou d’apparat, les plantes présentent mille vertus. Un tour du monde végétal en cinq épisodes.

  • Génie des plantes en Amérique du Sud
  • Génie des plantes dans les Alpes
  • Génie des plantes dans les Balkans
  • Génie des plantes en Inde
  • Génie des plantes en Provence

Série d’émissions à revoir ici.

Le séquoia millénaire « qu’on pouvait traverser » détruit par la tempête en Californie

Article de Luc Vinogradoff, Le Monde, 10.01.2017

« L’inhabituelle tempête hivernale en Californie du Nord n’a pas seulement provoqué d’importantes inondations, elle a eu raison d’un des arbres les plus impressionnants et connus de la région.

5060412_6_e50d_2017-01-10-36080ce-10011-8vutoy-u9g5a02j4i_23e0d3d481b710595884b65aaa8bc9de

Le Pioneer Cabin Tree était un séquoia majestueux de plus de 45 mètres qu’on pouvait traverser : son tronc avait été creusé à la fin du XIXe siècle, en faisant une attraction touristique mondiale et une icône pour les habitants du coin. Des générations de touristes et de locaux avaient traversé et retraversé le tunnel, se photographiant et laissant leurs initiales sur le tronc de 10 mètres de diamètre… »

Lire l’intégralité de l’article ici.

Découverte d’un champ de patates vieux de 3800 ans

Article, Tribune de Genève, 27.12.2016

« Canada. Des archéologues ont mis au jour la première preuve que les tribus de chasseurs-cueilleurs s’adonnaient au jardinage.

Des restes de pomme de terre découverts sur la côte pacifique du Canada sont la «première preuve» que les populations autochtones d’Amérique du Nord cultivaient déjà des potagers il y a presque quatre millénaires.

topelement

Le champ de tubercules, découvert sur les terres ancestrales de la tribu Katzie, devenues aujourd’hui la Colombie-Britannique, est la «première preuve» de jardinage par les tribus de chasseurs-cueilleurs de la région pendant cette période, selon une étude publiée dans l’édition de décembre du journal «Science Advances»… »

Lire l’intégralité de l’article ici.