ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Enquête ethnobotanique sur la prise en charge traditionnelle de l’infertilité féminine dans la région sanitaire des savanes au Togo

Article collectif, European Scientific Journal, janvier 2018, vol. 14, n°3

La prise en charge de l’infertilité féminine en médecine conventionnelle est assez onéreuse et inaccessible aux couches sociales très pauvres. En Afrique, il existe un grand recours aux plantes utilisées pour les soins.

Objectif : La présente étude a été menée pour recenser les remèdes traditionnels anti-infertilité féminine, utilisées dans la Région sanitaire des Savanes du Togo.

Méthodologie : L’interview semi structurée a été utilisée pour la collecte des données. Les données ont été traitées et analysées par des techniques quantitatives ethnobotaniques. Les espèces retenues ont été essentiellement sélectionnées par élimination progressive (SEP). Résultats : Chez 51 praticiens, 79 recettes constituées par 87 espèces appartenant à 48 familles, ont été recensées. Les Combretaceae (12,64%) et les Rubiaceae (5,7%) ont été les familles plus fréquentes. Les arbres (36,78%), les arbustes (27,58%) et les herbes (24,14%) ont été les types biologiques majoritaires. Les racines (29,17%) et les feuilles (27,5%) ont été les organes plus utilisés. Les recettes ont été fréquemment préparées par décoction (51,88%) et poudre (38,12%), et administrées par voie orale (47,28%) et par bain corporel (43,48%). Infections sexuellement transmissibles (IST) (143 citations) et règles douloureuses (RD) (108 citations) ont été les pathologies les plus fréquentes. Les facteurs de consensus les plus élevées ont été de 0,61 et 0,56 respectivement pour IST et RD. Les degrés de fidélité les plus importants ont été de 25,49% pour IST par rapport à Capsicum frutescens et Piper guineense, de 19,61% pour ITS et RD relativement à Aframomum melegueta, Piper guineense et Zanthoxylum zanthoxyloides. Blighia sapida, Ganoderma colossus, Kigelia africana et Mangifera indica ont été sélectionnées.

Conclusion : Les plantes avec des degrés de fidélité élevés et celles sélectionnées par la SEP feront l’objet d’analyses expérimentales.

Article intégralement accessible en version PDF (953 Ko) sur le site de la revue.

Publicités

No comments yet»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :