ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archive pour mars, 2017

Forêts, arts et culture: critiques et utopies

Appel à communications, journée d’étude organisée par le GHFF, 26 janvier 2018

Après « L’épreuve des sens » en 2016, puis « L’esprit des lieux » au début de cette année, le Groupe d’Histoire des Forêts Françaises entend clôturer sa trilogie « Forêt, arts et culture » en scrutant les critiques et utopies exprimées par les ambiances et sensibilités forestières.

Consulter l’appel à communications dans son intégralité

Les propositions seront d’une page maximum, suivie d’une bibliographie indicative, et d’un bref curriculum vitae du ou des auteurs. Elles sont à envoyer avant le 31 mai 2017 aux adresses suivantes :
dassie@mmsh.univ-aix.fr
yves.poss@gmail.com
ghff@gmail.com

Publicités

La filière palmier à huile au Burundi : acteurs et territoires

Thèse de Érasme Ngiye, Géographie. Université Toulouse le Mirail – Toulouse II, 2015, 344 p.

Cette thèse porte sur l’étude de la filière palmier à huile au Burundi. Son enjeu principal est d’analyser la manière dont cette culture construit son territoire. Elle étudie les acteurs de la filière palmier à huile, leurs stratégies et la manière dont ils sont organisés ainsi que l’espace territorialisée par cette filière. La filière palmier à huile au Burundi a connu deux importants modes de cultures. Le mode de culture traditionnelle dominé par l’ancienne variété « dura », il était caractérisé par la polyculture extensive. Entre des palmiers espacés, la culture du vivrier était possible. Le deuxième mode de culture concerne la monoculture du palmier à huile qui est uniquement destinée à produire de l’huile de palme. Il consiste à la culture de la nouvelle variété « tenera » jugée plus productive que l’ancienne variété. La transition de l’ancien au nouveau mode d’exploitation agricole ne s’est pas faite sans conséquences sur les modes de vie des paysans des principales zones palméicoles burundaises (Rumonge et Nyanza-Lac). L’installation de la nouvelle variété « tenera » à Rumonge et à Nyanza lac a certes, généré une véritable agriculture marchande, mais elle s’est faite au détriment d’autres cultures vivrières. Dans ce travail nous montrons les bouleversements socio-économiques que la culture a engendrés sur les modes de vie des paysans, notamment l’exacerbation des conflits fonciers. La culture du palmier à huile ne cesse de s’étendre sur d’autres régions du pays. Par une analyse historique, nous montrons comment la construction du territoire du palmier à huile s’est faite autour des acteurs qui n’ont ni les mêmes moyens financiers ni les mêmes objectifs. Les modes d’organisation et les stratégies varient en fonction de chaque groupe d’acteurs et de son capital financier initial. La faible organisation de petits palméiculteurs observée à l’Imbo-sud n’augure pas un bon avenir pour eux. Enfin, l’étude montre comment les détenteurs de capitaux accèdent à la filière palmier à huile en passant par la simple location de terres de pauvres paysans.

Thèse intégralement accessible en version PDF (11.71 Mo) sur Hal-Shs.

L’habiter citadin interrogé par l’agriculture urbaine

Thèse de Paula Nahmias, Géographie. Université Rennes 2, 2017, 409 p.

Dans le cadre d’une recherche en géographie sociale, cette thèse s’intéresse aux agricultures urbaines, particulièrement à celles pratiquées ou vécues par les citadins : agriculture professionnelle formant les paysages périurbains, agriculture de proximité en circuits courts, agriculture de loisirs, jardins familiaux et jardins partagés, espaces publics mis en production. Sur la base de critères de localisation, de fonctionnalités réciproques et de gouvernance métropolitaine, nous avons proposé une définition de l’agriculture urbaine qui intègre de manière constructive les espaces intra- et périurbains, les agricultures professionnelles et non professionnelles, les espaces agricoles privés, publics et auto-appropriés.La réflexion a été menée dans la ville de Rennes, en Bretagne, sur la base d’études exploratoires, d’observation participante et de douze entretiens approfondis avec des citadins jardiniers qui vivent le rapport ville campagne en termes d’activités productives mais aussi de sociabilités, de pratiques alimentaires et d’initiatives agro-écologiques. Les principaux résultats de la thèse sont au nombre de quatre. Premièrement, la description détaillée des modes d’investissement de l’espace-enjeu que représente aujourd’hui la nature productive dans la ville. Deuxièmement la mise en évidence, grâce à une approche topologique et à la cartographie associée, de la richesse des espaces vécus des habitants-jardiniers, espaces vécus qui dépassent largement le seul jardin du moment. Troisièmement, les « réseaux polytopiques » construits par les expériences agricoles des citadins, facteurs de questionnement non seulement sur les modes d’agriculture mais aussi sur l’alimentation et sur leur contribution à la construction de la ville. Quatrièmement, la production agricole construite comme une fonction urbaine qui renouvelle les modes d’habiter en reconnectant l’habitant à son milieu, par une déclinaison d’« attitudes jardinières » : « jardinier malin », « jardinier rurbain » et « jardinier militant ».

Thèse en accès intégral, version PDF (20.4 Mo) sur Hal-Shs.

Gilles Clément

Émission « A voix nue », radio France Culture, du 27 au 30 mars 2017

Paysagiste, écrivain, jardinier, Gilles Clément enseigne à l’École nationale supérieure du paysage, à Versailles. Outre des jardins privés, on lui doit le parc André Citroën, le jardin du musée des Arts premiers ou encore le jardin du Rayol, à Hyères. Il raconte son parcours.

Rediffusion des émissions de 12.2009, à ré-écouter ici.

 

Les fleurs en 10 morceaux classiques pour célébrer le printemps

Le 20 mars 2017 l’hiver est officiellement fini. Pour annoncer l’arrivée du printemps en musique, laissons la place aux roses, lilas et jasmins dans une sélection musicale fleurie de France Musique.

A écouter ici.

En images : Patrick Blanc, des sous-bois tropicaux aux murs végétaux

Portfolio, Le Monde, 20.03.2017

Inventeur du mur végétal, le biologiste et botaniste Patrick Blanc parcourt depuis quarante ans les sous-bois tropicaux de la planète. Et c’est une de ses installations végétales qui accueille les visiteurs de l’exposition « Jardins », au Grand Palais, à Paris, jusqu’au 24 juillet. Voici quelques-unes de ses plus spectaculaires réalisations.

A regarder ici.

Week-end spécial « Jardins » sur France Culture

Radio France Culture, 18 et 19 mars 2017

À l’occasion de l’exposition « Jardins » au Grand Palais (15 mars-27 juillet 2017) et de celle du Centre Pompidou de Metz (« Jardin infini. De Giverny à l’Amazonie », du 18 mars au 28 août 2017), France Culture dédie un week-end spécial les 18 et 19 mars 2017. A l’antenne, des écrivains, des paysagistes, des artistes, des chercheurs évoqueront des jardins extraordinaires, historiques, imaginaires. Herbe, râteau, jardinage…

AU PROGRAMME

De Babylone à Versailles : l’enchantement des jardins

Mythiques, originels, imaginaires ou encore sources d’inspiration pour la littérature : de l’Eden à Versailles en passant par Babylone, archives de jardins enchanteurs en compagnie de Pierre Grimal.

Vendredi 17 mars
LES CHEMINS DE LA PHILOSOPHIE, 10h-10h53 / Adèle Van Reeth

Avec Emanuele Coccia, auteur de La vie des plantes : une métaphysique du mélange (éd. Rivages)

Samedi 18 mars

LA MATINALE DU SAMEDI, 7H-9H / Caroline Broué
L’invité culture : Marc Jeanson. Botaniste, il est le responsable de l’herbier du Museum national d’histoire naturelle, plus grand herbier au monde avec ses 8 millions d’espèces. Marc Jeanson est aussi commissaire associé de l’exposition « Jardins » au Grand Palais.

LE TEMPS DES ECRIVAINS, 17h-18h / Christophe Ono-dit-Biot
Avec Christine Jordis, Eric Orsenna, et Laurent Le Bon , commissaire de l’exposition « Jardins » au Grand Palais.

SUR LA ROUTE, 18h10-19h / Julie Gacon
Sur la route des jardins ouvriers
On les appelle « jardins ouvriers » ou « familiaux », aujourd’hui « communautaires » ou « partagés » sur lesquels soufflerait un vent de bonnes intentions collectivistes, d’humanisme et d’écologie…
Mais est-ce le cas à Sedan, la ville de naissance de ces jardins ? De 600 parcelles au début du siècle, il en reste 240… Avec Jean-Paul Pascard, président de l’association des jardins de Sedan.
Reportage : Avec Brice Potier, conseiller municipal et maraîcher, et des jardiniers en herbe…

MAUVAIS GENRES, 22h-23h / François Angelier
Avec Olivier Barde Cabuçon, auteur du Moine et le singe-roi, polar historique sur les jardins de Versailles.

Dimanche 19 mars

ON NE PARLE PAS LA BOUCHE PLEINE, 12h-12h30 / Alain Kruger
La Fontaine (2ème partie) De Vaux à Versailles des festins dans un jardin avec Patrick Dantray, Président des amis de Jean de La Fontaine et professeur à la Sorbonne

DES PAPOUS DANS LE TETE, 12h50-14h / Françoise Treussard
Dimanche dans un jardin
Une récréation littéraire sur le thème des jardins enregistrée vendredi 3 mars en public au studio 105 de la Maison de la radio avec Jehanne Carillon, Lucas Fournier, Sophie Divry, Patrice Caumon, Patrice Delbourg, Eva Almassy, Hervé Le Tellier, Jacques Jouet, Odile Conseil, Jean-Bernard Pouy, et Gabrielle Godart au piano.
Au menu :
Jardins et jardinage, exercice de style « à la Proust » par Jean-Bernard Pouy.
L’amour au jardin et en chanson par Gabrielle Godart et Patrice Caumon.
Au jardin des épices par Eva Almassy et Sophie Divry.
Le jeu du « Bon débarras » avec les quatrains sur l’herbe tendre par Patrice Caumon, Eva Almassy, Patrice Delbourg, Jacques Jouet, Jehanne Carillon, Lucas Fournier et Hervé Le Tellier.
Madeleine, mais pourquoi tu déménages et pourquoi emporter un râteau ? 1er épisode d’un feuilleton par Jacques Jouet.
Les discours improvisés par Odile Conseil et Jean-Bernard Pouy.
Le DLA aux couleurs du jardin, par Lucas Fournier, Eva Almassy, Patrice Delbourg, Hervé Le Tellier, Jean-Bernard Pouy et Sophie Divry.

LES REGARDEURS, 14h-15h / Jean de Loisy et Sandra Adam
Avec Laurent Le Bon, président du musée Picasso, commissaire de l’exposition « Jardins » au Grand Palais

UNE HISTOIRE PARTICULIERE, 15h-16h
Dans mon jardin
Par Nedjma Bouakra – Réalisation : Julie Beressi
Histoires de jardins et de jardiniers.
Episode 1 : Asafumi Yamashita, Un maraîcher trois étoiles
Episode 2 : potager rural, jardins japonais, verticaux, urbains… A chacun son jardin idéal

RUE DES ECOLES, 17h-18h / Louise Tourret
J’ai mis un jardin dans mon école (Weekend « Jardins » / Expo au Grand Palais)
Les bénéfices éducatifs du jardinage
Reportage au collège Pierre Mendes France à Paris (XIXème) avec Nathalie Couegnas, principale, des enseignants, un jardinier et des élèves!
Focus : Le succès des formations au paysage, avec Vincent Piveteau, directeur de l’ENSP de Versailles
Et L’actualité de l’éducation avec Marie-Caroline Missir, directrice de la rédaction de l’Etudiant

DE CAUSE A EFFETS, 23h-minuit / Aurélie Luneau
Art et vertus des jardins
Avec Gilles Clément, jardinier, paysagiste, botaniste, ingénieur horticole et auteur de nombreux ouvrages dont le dernier, Le jardin en mouvement (Sens et Tonka, 2017), Olivier Pinalie, artiste plasticien, peintre et graveur, auteur de Chroniques d’un jardin solidaire (Confédération Nationale du Travail-RP)
Les Echos de la terre : En partenariat avec le magazine Soixante-Quinze dont le numéro de mars porte sur « la pollution et les solutions imaginées par de jeunes concepteurs », avec le rédacteur en chef adjoint Philippe Schaller, et, sous réserve : le professeur Bruno Housset, spécialiste des affections liées à la pollution.