ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur le sujet

Assoiffés, les pistachiers iraniens se meurent

Article publié dans Sciences et Avenir, 07.09.2016

« Dans un village fantôme du sud de l’Iran, des machines agricoles rouillées et des maisons en ruine côtoient des champs de pistachiers asséchés et blanchis par le soleil. Logements et cultures ont été abandonnés il y a une dizaine d’années par les paysans, qui ont longtemps vécu de la culture de la pistache, deuxième produit d’exportation de l’Iran après le pétrole. Mais cette richesse s’est en partie évaporée, au fur et à mesure que les réserves souterraines d’eau s’asséchaient dans la province de Kerman, capitale de la pistache. La faute à des années de sécheresse mais aussi d’agriculture intensive peu régulée. « Les plantations sont en train de disparaître », se désole Hassan Ali Firouzabadi, qui habite dans la localité voisine d’Izadabad à quelques kilomètres. Et les habitants « sont partis en ville pour devenir ouvriers ou chauffeurs de taxi. Dans dix ans, il ne restera plus personne ». Dans son verger, certains pistachiers datent du 17e siècle, mais leurs feuilles tournent au jaune à cause de l’eau salée utilisée pour leur irrigation… »

Lire l’intégralité de l’article sur le site de la revue.

%d blogueurs aiment cette page :