ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur le sujet

La ville dans ses jardins, l’urbain en bord de route

Rapport de Gregoire Chelkoff et Magali Paris, laboratoire du Cresson, 2012, 192 p.

Cette recherche propose d’évaluer l’impact urbain à grande échelle des jardins familiaux et partagés grenoblois (38) plus particulièrement dans les contextes d’urbanisation en mutation à proximité d’infrastructures de transport. Dans un espace urbain hétérogène et complexe, la proximité et la confrontation de ces fonctions (jardins et transports) créent des «chocs d’ambiances» et des situations sensibles paradoxales qu’il convient d’évaluer pour en déceler les potentialités d’évolution. En ce sens, l’approche multidisciplinaire développée porte un enjeu particulier : celui d’articuler les critères d’ambiance et ceux relevant de l’approche écologique de l’environnement. Les questions de la biocomplexité, des relations entre espaces, ambiances urbaines et pratiques sociales, de la gestion de territoires partagés entre différents acteurs et des perspectives de reconquête d’espaces en bord d’infrastructures de transport, sont ainsi au coeur de cette recherche. À partir d’un recueil ex-situ (donnés bibliographiques et entretiens réalisés avec des acteurs clefs) et in situ des jardins partagés grenoblois, d’une expérience pédagogique visant à caractériser les ambiances et les mutations potentielles des sites, il s’agit d’identifier des situations remarquables mettant en jeu les jardins familiaux ou partagés et des potentialités de développement. Ces situations sont explorées en couplant des méthodes d’observations et d’analyse empruntées aux sciences de l’homme, à l’architecture, à l’urbanisme et au paysage et aux sciences de la nature. Limitée à un territoire et construite en instaurant un dialogue entre les différents acteurs impliqués (habitants, bailleurs sociaux, services municipaux, experts, concepteurs), cette recherche a pour objectif de proposer des leviers, des modes d’actions, des stratégies de développement urbain explorant les possibilités d’une cohabitation du vivant avec son environnement en les croisant aux qualités d’ambiance vécues. Les éléments recueillis contribuent à élaborer un outil de travail transversal en cours d’élaboration, la carte des potentialités territoriale.

Rapport intégralement accessible en version PDF (13.63 Mo) sur Hal-Shs.

%d blogueurs aiment cette page :