ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Economie végétale et pratiques agricoles au Bronze final et au premier âge du Fer, de la côte de l’Île-de-France à la côte de Champagne

Thèse de Françoise Ferrage, Archéologie et Préhistoire. Université Panthéon-Sorbonne – Paris I, 2013, 605 p.

Les âges du Bronze final et du premier Fer constituent, pour la Champagne, une phase d’expansion des installations humaines. C’est également au Bronze final que se généralise, à l’échelle européenne, l’adoption de nouvelles plantes cultivées, les millets, l’épeautre, l’ers, la féverole et la caméline. L’étude carpologique de 21 sites localisés dans la Plaine de Troyes, le Pays remois et la Bassée, livre des informations sur l’agriculture qui accompagne cette expansion, et sur la façon dont elle intègre les changements observés à l’échelle européenne. Dès le début du Bronze final, une agriculture diversifiée est en place. Elle inclue les nouvelles plantes, qui prennent une part importante aux productions régionales basées sur l’orge vêtue, le millet commun, et les blés vêtus, dont l’épeautre et le «new» glume wheat, blé jusqu’alors inconnu en France. La lentille, l’ers et la caméline jouent un rôle notable, complémentaire à celui des céréales. L’agriculture est stable pendant les 9 siècles étudiés. Les parcelles sont cultivées de manière permanente et plutôt intensive, sans baisse de la fertilité des sols. Une expansion des espaces pâturés est probable au cours du premier âge du Fer, peut-être sous forme de jachères. Les systèmes de culture semblent capables de répondre aux besoins de subsistance et de se perpétuer. Des pratiques sociales de repas collectifs sont attestées. Les différences qui existent entre les productions végétales, selon les secteurs géographiques, peuvent être liées aux contraintes du milieu, ou à certaines affinités culturelles.

Thèse intégralement accessible en version PDF (27,65 Mo) sur Tel.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :