ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Etude ethnobotanique au Moyen Atlas central

Article de D. Amine, B. Lamiae, B. Mohamed, I. Jamal, N. Laila paru dans  European Scientific Journal, vol. 11, n°24, aug. 2015, pp. 226-242

Cette présente étude s’inscrit dans le cadre de la valorisation des ressources du Moyen Atlas marocain, en plantes médicinales et du savoir faire traditionnel. Ainsi, une enquête ethnobotanique a été menée pendant 7 mois (janvier-juillet 2013), auprès des acteurs de la médecine traditionnelle, dans les villes de Meknès, Elhajeb, Azrou, Ifrane, Khénifra, Mrirt et Timehdit. Un total de 1042 fiches questionnaires fut rempli et 125 plantes furent inventoriées, réparties en 50 familles et 111 genres, avec une légère dominance des Astéracées. L’analyse des résultats montre que les plantes les plus sollicitées dans la région sont essentiellement, Akir karha (Anacyclus pyrethrum DC.) (4.41%), Bereztam (Aristolochia longa L.) (3.07%), Hariga (Urtica sp) (2.97%), Serguina (Corrigiola telephiifolia L.) (2.87%). Aussi, la feuille est la partie des plantes la plus utilisée (39.3%) et la majorité des remèdes est préparée sous forme de décoction (44%). Par ailleurs, le calcul de l’indice de fidélité «IF» relatif aux affections digestives, pathologies les plus traitées par les plantes médicinales dans la zone d’étude a révélé que Bereztam (Aristolochia longa Pomel.) et Carum carvi L. occupent la première place avec un IF égal à 29.31%.

Article intégralement accessible en version PDF sur le site du journal.

Advertisements

%d blogueurs aiment cette page :