ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Ces autres espaces. Les jardins publics dans les grandes villes du monde arabe : politiques et pratiques au Caire, à Rabat et à Damas

Thèse de Gaëlle Gillot, Géographie, Université François Rabelais – Tours, 2002, 515 p.

Les jardins publics dans le monde arabe sont des équipements récents, inspirés ou imposés par l’Occident. Leur présence modifie le tissu urbain, l’image de la ville, et on leur assigne un rôle prophylactique en raison d’une assimilation largement admise entre la pureté et la salubrité et la « nature ». La pratique de ces « autres espaces » permet aux valeurs et aux nouvelles tendances des sociétés de prendre place dans les espaces publics des villes. Espaces exutoires, de la mixité, l’intimité, de la fête, de l’ordinaire et de l’exceptionnel, ils connaissent depuis les années soixante des mutations. Devenus « espaces verts », ils ont souffert des périodes de forte croissance qu’ont connu nos trois villes. La tendance est aujourd’hui double : d’une part, privatisés et suréquipés, certains semblent perdre leur caractère d’espace public ; d’autres, revalorisés par le récent intérêt au cadre de vie et une sensibilité à l’écologie, semblent pouvoir résoudre tous les maux de la ville, de l’environnement naturel et des sociétés.

Thèse intégralement accessible en version PDF (75,87 Mo) sur Tel.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :