ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

L’ethnobotanique au carrefour du Muséum national d’Histoire naturelle et du Musée ethnologique de Salagon (Alpes-de-Haute-Provence)

Article de Carole Brousse, Revue d’Ethnoécologie, n°7, 2015

« Ateliers ethnobotaniques », « sorties ethnobotaniques », « jardins ethnobotaniques » : l’ethnobotanique est à la mode. Historiquement pratiquée au Muséum National d’Histoire Naturelle et délaissée par les universités, la discipline est aujourd’hui investie par les acteurs associatifs. Mais aussi par l’ethnopôle de Salagon qui organise depuis 2001, dans les Alpes de Haute-Provence, un séminaire consacré exclusivement à l’ethnobotanique. Créé sous l’égide de la mission du patrimoine ethnologique, le conservatoire ethnologique de Salagon (devenu en 1999 Musée départemental), par ailleurs labellisé ethnopôle et membre de la Fédération des écomusées de France, forme chaque année une centaine d’ethnobotanistes « professionnels » ou « amateurs » qui marchent dans les pas du fondateur Pierre Lieutaghi. Au « carrefour des sciences naturelles et des sciences humaines », l’ethnobotanique fait ses classes à Salagon.

Article intégralement accessible sur le site de la revue.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :