ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Un champ de Mars dans l’histoire du Maroc : Khandaq er-rîhân, le Ravin au myrte

Tiré à part de Jamal Bellakhdar et Abdelmalek Benabid paru dans Horizons Maghrébins n° 72, 2015, pp. 83-109.

Cette étude démontre que des sciences aussi éloignées entre elles que le sont la Botanique et l’Histoire peuvent néanmoins collaborer entre elles pour produire des effets de connaissance.

Les auteurs sont respectivement ethnobotaniste (J.B.) et botaniste (A.B.) et collaborent souvent dans des travaux d’inventaire portant sur les flores locales et sur les usages que leur ont trouvés les populations dans un territoire donné. Les recherches de ce type s’appuient obligatoirement sur un travail méthodique de terrain et sur des enquêtes à caractère ethnographique conduites auprès des personnes et des communautés qui détiennent le savoir traditionnel relatif aux plantes. Elles nécessitent par ailleurs un examen attentif des sources documentaires écrites afin d’arriver à déterminer si les usages végétaux recensés s’inscrivent dans une certaine continuité historique ou relèvent au contraire de l’innovation. La connaissance de l’histoire régionale s’impose donc, à un moment donné de l’avancement de ces travaux, comme l’une des compétences à acquérir nécessairement pour conduire la recherche à son terme.

C’est justement à l’occasion de l’une de ces consultations livresques, portant – dans le cas précis qui nous intéresse ici – sur un petit arbuste très présent dans la nature et dans la culture marocaines, le myrte, au sujet duquel une étude était en préparation, que l’un d’entre nous a relevé une information se rapportant à la fois à la botanique et à la science historique et susceptible donc d’être exploitée à des fins utiles aux deux disciplines.

En s’appuyant sur une démarche pluridisciplinaire confrontant des informations provenant de sources historiques écrites et des données recueillies sur le terrain, d’ordre géographique, topographique et botanique, les auteurs de cet article ont réussi à identifier le site exact de la bataille dite de Khandaq er-rîhân (Le Ravin au myrte) qui opposa en 1576, pour la prise du pouvoir, deux princes de la dynastie saâdienne, Abdelmâlek Abou Marwan et son neveu Mohammed Ben Abdallah dit Al Moutawakil. Ce même site abrita par la suite, à deux reprises, en 1907 et en 1908, le camp de retranchement d’une armée servant la cause du sultan régnant Moulay Abdelaziz, après sa mise en déroute par les tribus Chaouïa et les partisans du prétendant au trône Moulay Abdelhafid. La découverte sur place, au milieu des fourrées, des vestiges d’un ancien lieu de sépulture dont personne ne connaissait l’histoire, est venue confirmer notre identification.

Pour se procurer le tiré à part (fichiers pdf) : pour toute demande, s’adresser par mail aux auteurs.

(info Telabotanica)

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :