ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Des plantes pour dépolluer l’air Intérieur à Hong Kong ?

Article de Julie Metta, Bulletins Électroniques, 12. 05. 2015

« A Hong Kong, où le niveau de pollution atmosphérique est particulièrement élevé (2 à 3 fois supérieur aux valeurs seuils conseillées par l’OMS), la qualité de l’air devient un une problématique majeur pour le département de la santé. Les hongkongais, qui passent près de 70% de leur temps en intérieur, prennent peu à peu conscience de l’enjeu de la qualité de l’air intérieur.

Et ce n’est pas sans raison, car si les les polluants chimiques ne sont présents qu’en faible quantité dans l’air l’intérieur ils ont de nombreux effets toxiques sur l’organisme. Ces polluants peuvent à long terme nuire à l’appareil respiratoire, à l’appareil cardio-vasculaire, au système immunitaire, etc. A court terme, ils peuvent provoquer des irritations des yeux, des voies respiratoires supérieures (nez, gorge) et inférieures (bronches, bronchioles), mais aussi des phénomènes allergiques. Leurs effets dépendent principalement de la nature du polluant, de la concentration et du temps d’exposition. Parmi les polluants les plus nocifs pour l’homme et que l’on retrouve principalement dans l’air intérieur il y a :
– Les COV (Composés Organiques Volatiles) incluant principalement le formaldéhyde, le benzène et le toluène. Ces composés sont largement émis par les produits de nettoyages ou par solvants des peintures.
– Les HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques) comme le benzo [a]pyrène, cyclopenta [c,d]pyrène dibenzo [a,h]anthracène et dibenzo [a,l]pyrène) qui sont 4 composés avérés cancérigènes pour l’homme. Ils sont émis à la suite d’activités de cuissons.
– Certains gaz comme le monoxyde de Carbone qui est incolore, inodore, insipide et non irritant. Il se substitue à l’oxygène dans le sang et peut entraîner des vertiges voir la mort dans les cas le plus graves.

Dans cette ville où les climatiseurs fonctionnent déjà en quasi continu tout au long de l’année, il n’est pas envisageable d’ajouter à la facture énergétique de Hong Kong un appareil électronique supplémentaire. Afin de purifier cet air intérieur, des méthode plus naturelles sont donc considérées. Au delà de transformer le dioxyde de carbone en oxygène, grâce à la photosynthèse pendant la journée, certaines plantes peuvent aider à la dépollution : ce phénomène est appelé « Phytoremédiation ». »

Lire l’intégralité de l’article sur les Bulletins Électroniques.

Advertisements

%d blogueurs aiment cette page :