ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Étude ethnobotanique des plantes médicinales utilisées dans le traitement du diabète, et des maladies cardiaques dans la région d’Izarène (Nord du Maroc)

Article de Hicham Orch, Allal Douira et Lahcen Zidane paru dans Journal Of Applied Biosciences, 27. 02. 2015

Cet article est une contribution à une meilleure connaissance des plantes médicinales utilisées dans le traitement du diabète et de l’hypertension artérielle, auprès de la population riveraine de la forêt d’Izarène.
Des enquêtes ethnobotaniques ont été réalisées à l’aide de 264 fiches questionnaires dans la région étudiée. Les résultats obtenus ont permis d’inventorier 57 espèces de plantes médicinales appartenant à 30 familles et réparties en 52 genres. Parmi ces espèces, 40 sont traditionnellement utilisées contre le diabète et 30 contre l’hypertension artérielle. Parmi les 40 espèces utilisées dans le traitement du diabète, 13 sont également employées pour traiter l’hypertension artérielle. Il s’agit de : Ajuga iva (Ivette musquée), Centaurium Erythraea (Petite centaurée), Origanum compactum (Origan), Rosmarinus officinalis (Romarin), Nigella sativa (Nigelle cultivée), Pistacia lentiscus (Lentisque), Tetraclinis articulata (Thuya), Arbutus unedo (Arbousier), Trigonella foenum-graecum (Fenugrec), Lavandula dentata (Lavande dentée), Salvia officinalis (Calamenthe vulgare), Eugenia caryophyllata (Giroflier), et Olea europaea (Olivier). Les feuilles sont les organes les plus utilisés. La décoction est le mode de préparation dominant et l’administration se fait majoritairement par voie orale. Parmi les 57 espèces médicinales utilisées par la population riveraine, 18 espèces (soit 31.57%) spontanées sont collectées de la forêt d’Izarène. La surexploitation menace certaines espèces peu abondantes, comme Origanum compactum, Centaurium Erythraea et Salvia verbenaca (Sauge à feuilles de verveine) de disparition de la forêt d’Izarène. D’où l’intérêt d’adopter une approche de gestion durable pour assurer la conservation et la préservation de ces espèces.
Ce travail constitue une source d’informations pouvant servir de base aux phytochimistes et pharmacologues intéressés par les recherches sur les plantes à effet antidiabétiques et antihypertensives.
Article intégralement accessible en version PDF (547 Ko) sur Elewa.
Publicités

%d blogueurs aiment cette page :