ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Avec fleurs et couronnes

Article de Beline Dolat paru dans M Magazine Le Monde, le 15.01.2015

« Exprimer la fugacité de l’existence tout en la célébrant : c’est le sens des sculptures botaniques d’Azuma Makoto. Cet artiste floral compose d’exubérants bouquets immortalisés par le photographe Shiinoki Shunsuke. Des œuvres éphémères qui font écho aux natures mortes de la peinture européenne.

Souviens-toi que tu vas mourir… Dans cette série réalisée pour M Le magazine du Monde, l’artiste floral japonais Azuma Makoto s’interroge sur la fugacité de l’existence. Memento mori modernes, ses compositions à l’esthétique exubérante – photographiées par son partenaire Shiinoki Shunsuke – où luisent bulbes et racines, où la tige fatiguée d’une jonquille côtoie le rouge vibrant d’un dahlia, font jaillir la vie, juste avant la mort. « J’ai voulu mettre en lumière la puissance des fleurs émergeant doucement de la pénombre. C’est au moment où elles commencent à dépérir que leur vitalité apparaît. »

Depuis 2002, ce fleuriste devenu artiste utilise les fleurs comme unique média et compose des ensembles floraux dans son atelier du quartier Minami Aoyama à Tokyo. Un laboratoire immaculé, au nom désuet de Jardin des fleurs, où vases, livres, outils sont classés de façon sérielle. De la nursery à la morgue, les végétaux y naissent, vivent et meurent, bercés par une douce playlist soigneusement élaborée par Azuma, tandis qu’à l’étage, l’artiste et quelques compères épuisent leurs guitares sur un rock énervé… »

Lire la suite de l’article sur le site du Monde et regarder le portfolio Fines Fleurs.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :