ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Nature des villes, nature des champs

                      Appel à communication, Journée d’étude, Valenciennes, juin 2015

La nature occupe aujourd’hui une place prépondérante dans les projets de territoire. Le colloque entend interroger la réactualisation des liens ville-nature-campagne. Au-delà cependant de la seule interface, il s’agit aussi de repenser la nature en ville et de « repenser les campagnes », notamment dans leurs propres rapports aux espaces à caractère naturel. Le colloque est largement ouvert à l’ensemble des disciplines qui aujourd’hui explorent la thématique proposée (de la géographie à la sociologie en passant par l’histoire, la philosophie, les sciences économiques ou les sciences politiques…). Les propositions qui dépassent les horizons européens seront également examinées avec un grand intérêt.

Si dans la fable de Jean de La Fontaine, le rat des champs invite le rat des villes à venir chez lui, les rapports ville-nature-campagne sont à réinterpréter à l’aune d’une intrication, au cours de ces dernières décennies, des regards et des attentions portés aux espaces ouverts et aux « espaces à caractère naturel » (Clergeau, 2007).
Revendiquée pour ses vertus intrinsèques (biodiversité…), thérapeutiques (bien-être, qualité de vie…) et structurantes (trame verte et bleue,…), la nature occupe aujourd’hui une place prépondérante dans les projets de territoire. Ainsi, sans doute du fait de l’évolution du corpus législatif international (convention sur la diversité biologique…) et national (Loi Engagement National pour l’Environnement), des pratiques régionales (Schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire) et des initiatives privées ou locales (charte environnementale de firmes agro-alimentaires, agriculture de proximité, jardins partagés…), les synergies ville-nature-campagne sont redynamisées. Ces dernières reposent-elles pour autant sur des conceptions et des pratiques de la nature interchangeables et substituables ? Le colloque organisé par la commission de Géographie rurale et la commission Villes et métropolisation du CNFG entend interroger la place de la nature dans le renouvellement des liens ville-campagne.  Au-delà de la seule interface, il s’agit aussi de bâtir la ville avec la nature et de repenser la nature en ville. Symétriquement, « repenser les campagnes » (Perrier-Cornet, 2002, 2014), c’est également les repenser pour elles-mêmes et notamment dans leurs propres rapports aux espaces de nature.
Ces approches oscillant entre renouveau et héritage de la conception de la nature traduisent un certain nombre de dynamiques de transgression, mais également soulignent le maintien ou l’émergence de lignes fractures entre les catégories d’espace et au sein des espaces.
Axes thématiques

Les textes proposés s’inscriront dans l’un des 3 axes ci-dessous.

Axe 1 -Sociétés et nature / politiques publiques et initiatives privées

Axe 2 -Agriculture-alimentation-nature

Axe 3 -Nature, urbanité, ruralité : entre intégration et discontinuités

Voir tous les détails sur Calenda.

Advertisements

%d blogueurs aiment cette page :