ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

De la plante au médicament

Article interactif de Angela Bolis et Antonin Sabot, site internet du Monde, octobre 2014

« Comment le protocole de Nagoya prétend changer le rapport de force entre les pays du sud, riches en biodiversité, et les pays du nord, dont l’industrie pharmaceutique tire profit.

De l’aspirine aux anticancéreux, le monde végétal a apporté à l’industrie pharmaceutique la matière première à la fabrication d’une grande partie de ses médicaments. Derrière ce juteux marché se dessine pourtant un déséquilibre géographique : d’un côté, la biodiversité à la source des substances actives se concentre dans les pays du Sud ; de l’autre, les centres de recherches et laboratoires pharmaceutiques se situent plutôt dans ceux du Nord. Gardiens de la biodiversité contre gardiens des technologies : c’est du moins avec cette représentation du monde qu’a été adopté, en 2010, le protocole de Nagoya.

Cet accord international, qui encadre l’accès aux ressources naturelles et le partage de ses bénéfices, entre en vigueur, dimanche 12 octobre, après avoir été ratifié par plus de cinquante Etats et par l’Union européenne – en l’absence notable des Etats-Unis. La France attend pour l’entériner l’adoption de son projet de loi sur la biodiversité, qui doit poser les bases du dispositif national, après les débats parlementaires prévus cet automne… »

Lire la suite sur le site du Monde.

Advertisements

%d blogueurs aiment cette page :