ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

La médecine homéopathique en agriculture familiale et en agroécologie

Billet de François Collart Dutilleul paru le 6 octobre 2014 dans le Carnet Lascaux, à propos du livre « Homéopathie à la ferme ; Des éleveurs racontent », collectif d’éleveurs, Préface de Jocelyne Porcher, éditions REPAS

« Une expérience de long terme et innovante a donné lieu à la publication d’un ouvrage inhabituel, original et documenté. Il porte sur l’utilisation de la médecine homéopathique dans des élevages.

Sa première originalité est d’être écrit par des éleveurs qui se réfèrent à cette médecine ensemble, c’est-à-dire de manière collective avec l’accompagnement d’un vétérinaire homéopathe, Alain Boutonnet. Ils se sont régulièrement réunis durant plusieurs années pour écrire ce livre ensemble, appuyés sur leur déjà longue expérience d’approche collective de l’homéopathie en élevage.

Ce qui frappe le lecteur néophyte, c’est tout d’abord que « ça marche », que les animaux sont effectivement soignés avec succès, parfois aussi, mais finalement assez rarement, avec des échecs que les auteurs regardent avec lucidité, et sans oublier complètement l’allopathie dans certains cas qu’ils racontent.

Le fait que “ça marche” n’a pas seulement une signification médicale. Il a aussi une signification économique car les éleveurs ne persisteraient pas dans cette voie si leurs animaux mouraient et si leur exploitation devait en souffrir. Non seulement les élevages soignés de cette manière ne perdent rien de leur viabilité économique, mais les éleveurs réalisent de substantielles économies tant la différence entre le coût des traitements allopathiques et homéopathiques est importante. Les éleveurs, qui sont en réalité plus souvent des éleveuses, risqueraient-elles (ils) leurs animaux, leur exploitation, leur outil de travail si cette médecine n’avait pas d’efficacité ?

Par ailleurs, ce qui frappe également c’est que cette expérience désamorce bien des critiques récurrentes sur l’homéopathie, sur la part psychologique et sur l’effet placebo. Appliquée à une vache ou à une brebis, cette part, qui n’est sans doute pas pour autant absente, ne peut pas à elle seule expliquer le succès des soins… »

Lire la suite du billet sur le Carnet.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :