ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Etude de la natte ta’ovala à Wallis (Polynésie occidentale)

Article (version préparatoire) de Sophie Chave-Dartoen paru dans « Se vêtir pour dire », Cahiers de Linguistique Sociale, Yvonne Broutin (Ed.), 1997, pp. 61-75

Cet article a pour objet l’étude de la place et du rôle d’une des pièces du costume wallisien qui consiste en une petite natte de fine texture appelée ta’ovala. Elle se porte par-dessus le vêtement, couvrant la taille et les hanches des femmes, des hommes et parfois des enfants, lors de certaines cérémonies religieuses ou lors d’occasions telles qu’une visite formelle au hau, personnage que nous définirons ici comme le  » roi  » de l’île. Après une rapide présentation de l’histoire et de la composition du costume wallisien, nous étudierons la natte ta’ovala afin d’en dégager les spécificités et la signification pour la société de l’île Wallis. Nous verrons que son port constitue plus qu’une simple marque de respect. Cette natte signifie une distinction particulièrement importante dans le système des représentations et désigne le lieu où le fruit de cette distinction, la vie et la reproduction de la société, est mené à terme.

Article intégralement accessible en version PDF (86,6 Kb) sur HAL-SHS.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :