ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

« Montre moi ton jardin et je te dirai comment tu habites »

Article de Magali Paris paru dans « La fabrique des modes d’habiter; homme, lieux et milieux de vie », Morel-Brochet, Annabelle; Ortar, Nathalie (Ed.), 2012, pp.161-179

De nombreux auteurs ont mis en évidence le fait que cultiver son jardin contribue à mieux vivre. Cet adage se vérifie-t-il toujours en milieu urbain dans les petits jardins ordinaires, modelés par les habitants en prolongement de leur logement, en pied d’immeuble, sur balcon ou sur loggia ? Ces petits jardins sont sans conteste des espaces contraints contraignants bien loin de l’image édénique que l’on se fait généralement du jardin. Ils sont de dimensions réduites et rarement de pleine terre et même si c’est le cas celle-ci est souvent de mauvaise qualité. Ces petits jardins sont soumis aux éléments  » naturels  » (le vent, la chaleur, le soleil, la pluie) ou privés de certains d’entre eux. Enfin et surtout, situés très près les uns des autres et parfois peu délimités des espaces qui les entourent, ces jardins subissent l’emprise visuelle, sonore, olfactive et parfois même tactile des voisins et des passants.

Article intégralement disponible en version PDF (1,2 Mb) sur HAL-SHS.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :