ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archives de avril, 2014

De l’écriture de la fleur à la floraison de l’écriture

Billet paru sur le Carnet « Ecrivez-le avec des fleurs », 30 avril 2014

Pouvoir poiêtique de la fleur chez Ponge et Jaccottet, lus par Dominique Rabaté

« Dans son essai « Gestes lyriques », Dominique Rabaté nous propose toute une lecture de la poésie contemporaine à travers le geste créatif qui l’impulse. Il part du constat que depuis la crise de vers telle que l’a théorisée Mallarmé à la fin du XIXe siècle, la poésie contemporaine ne peut plus se créer à l’intérieur de cadres prédéfinis, est elle-même en quête de sa propre définition. Aussi, afin de pouvoir se créer, elle tend à mettre en abyme les moyens de sa création dans la création même : le poème est à la fois l’œuvre et le processus à l’œuvre dans la création de l’œuvre. Il est le geste de l’écriture « infusé » dans l’écriture. Toute une série de gestes, associés à des motifs, sont ainsi étudiés dans son livre.  Nous nous intéresserons plus particulièrement au geste mettant en avant la métaphore florale, à savoir « Le don des fleurs »….

Lire la suite du billet sur le Carnet.

L’arbre de la colère

Emission « Tout un monde » de M.-H. Fraïssé, radio France Culture, le 29 avril 2014

Un fait divers d’une violence inouie a soulevé l’indignation des habitants de la province canadienne de Colombie Britannique, en 1997. Dans la forêt vénérée des indiens Haida, face aux rudes houles du détroit d’Hécate, un certain Grant Hadwin, bûcheron, a attaqué à la tronçonneuse l’Arbre d’Or, épicéa mythique d’une hauteur exceptionnelle, lequel s’est effondré à grand fracas deux jours plus tard.

J. Vaillant

John Vaillant, romancier de Vancouver, passionné des cultures indiennes et de la grande nature de la côte nord-ouest, fait de ce crime écologique et culturel un épisode tristement révélateur d’autres destructions, spectaculaires ou insidieuses… Aux dernières nouvelles deux greffons, issus cette fois non du hasard mais de la science horticole la plus pointue, et dotés des mêmes aiguilles dorées, auraient entamé leur croissance.

Invité :

John Vaillant, auteur de « L’Arbre d’Or » (éd Noir Sur Blanc).

A ré-écouter sur le site de l’émission.

“Compter les arbres” : une histoire des forêts méridionales dans la première modernité

Billet de Sébastien Poublanc paru sur le Carnet « Devenir historien-ne », 18 avril 2014

« Travailler sur la forêt, lorsque l’on est historien, revient à heurter les certitudes : non, étudier les sylves n’est pas l’apanage des seuls géographes et autres biologistes ; non, elle n’est pas un objet abstrait que nous ne saurions nous approprier faute de formation. Elle est, bien à rebours, une ressource primordiale pour les Hommes de l’Époque moderne, à l’instar du pétrole et de l’électricité de notre siècle ; en tant que telle, elle génère à son corps défendant tout un entrelace d’interactions complexes qui font d’elle l’enjeu de luttes impitoyables pour se l’approprier. Communautés laïques, ecclésiastiques, nobles, particuliers… Tous ont en commun un féroce appétit pour le patrimoine ligneux. Une voracité que partage l’État monarchique, qui distingue dans le contrôle de la ressource sylvestre un moyen de s’implanter au plus près des populations les plus lointaines dans ce qu’elles ont de plus intime : leur rapport au bois. Ce sont ces interactions, entre sociétés et sylves, État et populations, forêts et individus, qui forment le cœur de ma thèse consacrée à la construction de l’État via le contrôle des étendues boisées dans l’espace méridional, tout au long de la première modernité… »

Lire la suite du billet sur le Carnet.

« Montre moi ton jardin et je te dirai comment tu habites »

Article de Magali Paris paru dans « La fabrique des modes d’habiter; homme, lieux et milieux de vie », Morel-Brochet, Annabelle; Ortar, Nathalie (Ed.), 2012, pp.161-179

De nombreux auteurs ont mis en évidence le fait que cultiver son jardin contribue à mieux vivre. Cet adage se vérifie-t-il toujours en milieu urbain dans les petits jardins ordinaires, modelés par les habitants en prolongement de leur logement, en pied d’immeuble, sur balcon ou sur loggia ? Ces petits jardins sont sans conteste des espaces contraints contraignants bien loin de l’image édénique que l’on se fait généralement du jardin. Ils sont de dimensions réduites et rarement de pleine terre et même si c’est le cas celle-ci est souvent de mauvaise qualité. Ces petits jardins sont soumis aux éléments  » naturels  » (le vent, la chaleur, le soleil, la pluie) ou privés de certains d’entre eux. Enfin et surtout, situés très près les uns des autres et parfois peu délimités des espaces qui les entourent, ces jardins subissent l’emprise visuelle, sonore, olfactive et parfois même tactile des voisins et des passants.

Article intégralement disponible en version PDF (1,2 Mb) sur HAL-SHS.

Homéopathie, aromathérapie et odontologie chirurgicale péri-opératoire

Thèse d’exercice en chirurgie dentaire de Ivan Buhaj, 10/04/2014, Mathieu Pitz (Dir.), 119 p.

L’aromathérapie et l’homéopathie bénéficient actuellement d’un engouement médiatique incontestable et les dentistes sont confrontés aux demandes croissantes de leurs patients. Faisant l’objet de publications récentes dans des revues scientifiques reconnues, ces thérapeutiques controversées commencent à apporter des preuves de leur intérêt. Il y a des applications possibles de ces deux thérapeutiques en odontologie chirurgicale péri-opératoire, complémentaires de la médecine allopathique. Il semble important de s’y intéresser, à défaut de les pratiquer. Ce travail consiste à expliquer les principes de base de l’aromathérapie et de l’homéopathie, puis à décrire les différents médicaments homéopathiques ainsi que les principales huiles essentielles retrouvés dans la littérature et utilisés en odontologie chirurgicale, et enfin de décrire leur intérêt dans le cadre de la chirurgie buccale en pré, per et post-opératoire en s’appuyant sur les résultats d’études cliniques.

Thèse intégralement accessible en version PDF (6, 2 Mb) sur Dumas.

 

 

Étude des enjeux socio-environnementaux de l’exploitation de charbon de chêne, Quercus spp (encinos), issu des forêts communautaires des alentours de la ville de San Cristobal de las Casas, Los Altos de Chiapas, Mexique

Mémoire d’ingénieur de Margaux Llamas-Bruschet, Horticulture, 16/10/2013, Romain Taravella (Dir.), 60 p.

La ville de San Cristobal de las Casas, dans los Altos de Chiapas, est un marché régional important du charbon de bois. De nombreux foyers et commerces dépendent encore aujourd’hui de cette ressource pour des raisons économiques et culturelles. Pour répondre à la demande, les producteurs exploitent des forêts de plus en plus éloignées de la ville. L’exploitation du charbon de bois provoque une cascade d’effets écologiques et climatiques associées à une dégradation des forêts tempérées et un appauvrissement des populations de chêne (Quercus spp.). Les scientifiques s’inquiètent de cette situation mais le gouvernement mexicain ne trouve pas d’intérêt dans le chêne, contrairement au pin, l’espèce économique dominante. Les producteurs sont des paysans en situation précaire, qui ont trouvé dans le charbonnage l’unique source de revenus complémentaire à une agriculture d’autosubsistance. Le charbonnage se déploie dans un contexte totalement illégal. Il n’est pas rentable pour les producteurs, bloqués par les intermédiaires qui contrôlent le marché. Sans simplification de la loi forestière mexicaine, ni organisation des producteurs, la situation actuelle, des forêts et des producteurs, progressera difficilement.

Mémoire intégralement accessible en version PDF (5,1 Mb) sur Dumas.

Café Phyto du 23 avril 2014

« Les bonnes feuilles du Dr Henri Leclerc (1870-1955) » par Jean-Marc Lugné, Café Phyto, 23 avril 2014, Clermont-Ferrand

Soirée de partage sur les plantes médicinales au Café Lecture Les Augustes.

Henri Leclerc est un médecin français (1870-1955), considéré comme un grand technicien et un grand historien de la phytothérapie.

[Info Bibliographie affective]