ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Végétation naturelle et occupation des terres au Burkina Faso (Afrique de l’ouest). Cinq décennies de changement dans un terroir du pays Sémé

Communication de Ali Bene et Anne Fournier au colloque « Langue, environnement, culture : pluridisciplinarité et développement », Ouagadougou (Burkina Faso), 8-10 mars 2012

Le milieu naturel et social du Burkina Faso a été fortement modifié par l’accroissement de la population, les aléas climatiques et la  » mondialisation  » au cours des dernières décennies. Cela se traduit par des transformations sociales, de profonds changements dans l’occupation des terres et une modification notable de la végétation naturelle. La présente étude évalue les changements d’occupation des terres et de végétation intervenus depuis une cinquantaine d’années dans le Kénédougou (ouest du Burkina Faso), une région en cours de saturation par l’arboriculture. Le travail s’appuie sur une cartographie par télédétection du terroir du village de Kotoudéni en 1956, 1999 et 2010, une analyse écologique de la végétation et des enquêtes sur les changements auprès des habitants. Si, en 1956, la couverture végétale naturelle ( » brousse « ) était importante et diversifiée, elle a connu ensuite une régression spectaculaire au profit des champs et vergers. L’étude du couvert arboré actuel a permis d’identifier 118 espèces et de définir 6 groupements floristiques. L’enquête a révélé que la régression notable de la brousse et des forêts-galeries à cause de l’extension rapide de l’arboriculture et des zones agricoles s’est accompagnée de la raréfaction ou de la disparition de certaines espèces.

Communication intégralement accessible en version PDF (2,3 Mb) sur HAL-SHS.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :