ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

L’art du bois à Sanaa. Architecture domestique

Ouvrage de Guillemette Bonnenfant et Paul Bonnenfant, Iremam, ed. Edisud, 1987, 192 p.

Sanaa… Ébloui par la blancheur du plâtre, admirant la richesse des vitraux et des motifs de briques, le visiteur perçoit souvent mal les décors de bois. Il a bien des excuses. Leurs volumes visuels sont modestes par rapport à la masse des façades : limités aux portes et menuiseries de fenêtres, ils sont souvent situés en hauteur et peu visibles de la rue. Il n’occupent pas de surfaces considérables comme sur les façades de la mer Rouge. Pourtant les décors de bois existent dans l’architecture domestique de Sanaa. Mais ils sont discrets et, de fait, s’apprécient surtout de l’intérieur. Seule, la porte d’entrée sur la rue peut vraiment être appréciée par le passant qui doit franchir le seuil pour goûter le reste. Dans la pénombre, au bas de l’escalier, il devine une autre belle porte. Aux étages, des portes parfois somptueuses séparent le vestibule des escaliers et des pièces qu’il dessert. Entré dans l’intimité d’un dîwân ou d’une chambre, le visiteur peut alors apprécier ce qu’il n’avait pas vu de la rue : des volets de bois aux décors sculptés ou peints commandent l’accès aux moucharabiehs, la richesse de leurs motifs apparaît pleinement dans le contre-jour. L’ouvrage, agrémenté d’une abondante illustration – plus de 400 dessins, 161 photos en noir et blanc, 17 en couleurs -, expose les divers aspects de l’Art du bois à Sanaa. Portes et volets, grilles et moucharabiehs : après l’étude des décors et de leur genèse, le livre entraîne dans un musée imaginaire où seraient rassemblées les plus belles œuvres de la capitale yéménite, un des fleurons du patrimoine arabe, désormais objet d’une campagne de sauvegarde de l’UNESCO.

Ouvrage intégralement accessible sur OpenBooks Editions.

 

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :