ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Néandertal se soignait-il vraiment par les plantes ?

Article de Pierre Barthélémy, blog du Monde Passeur de sciences, 23.10. 2013

C’était il y a un peu plus d’un an, en juillet 2012. Sous le titre « L’homme de Néandertal se soignait-il par les plantes« , je rendais compte sur ce blog d’une étude internationale publiée par la revue Naturwissenschaften. Ses auteurs avaient analysé le tartre des dents de cinq Néandertaliens dont les restes provenaient de la grotte espagnole d’El Sidrón. Dans ces dépôts dentaires, ils avaient tout d’abord retrouvé des grains d’amidon, probablement issus de céréales, ce qui me faisait écrire : « Cela a confirmé que Néandertal, longtemps considéré comme essentiellement carnivore (notamment parce qu’on avait découvert sur les sites beaucoup d’ossements animaux, qui se conservent mieux que les plantes…), savait aussi exploiter les réserves de glucides des végétaux. »

Les chercheurs allaient ensuite plus loin. Ayant retrouvé, dans la dent d’une jeune fille, la trace de composés chimiques contenus dans la camomille et l’achillée millefeuille, ils émettaient l’hypothèse que l’homme de Néandertal utilisait ces plantes pour leurs vertus thérapeutiques. Rien d’autre ne semblait en effet pouvoir expliquer la consommation de ces plantes au goût amer et dépourvues de valeur nutritive. Les auteurs de l’étude ainsi que moi-même mettions quelques couches de prudence autour de cette découverte et je concluais ainsi : « Néanmoins, la possibilité d’un homme de Néandertal capable de se soigner par les plantes est-elle au fond si surprenante que cela ? N’a-t-on pas déjà montré que d’autres grands primates, chimpanzés et gorilles, eux aussi cousins d’Homo sapiens, se servent de toute une pharmacopée végétale ? »

Tout cela était bel et bon mais deux chercheurs britanniques, Laura Buck et Chris Stringer, viennent de suggérer, dans un article à paraître dans Quaternary Science Reviews, que la présence de ces traces végétales dans le tartre des dents fossiles pouvait s’expliquer autrement que par la cueillette et la consommation de plantes… »

Lire l’intégralité de l’article sur le blog.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :