ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archive pour octobre, 2013

Noms grecs des plantes chez Théophraste

Sur Pl@ntUse trois index des « Recherches sur les plantes (Historia Plantarum) » de Théophraste, sont publiés par Suzanne Amigues. Cette traduction est la première en français. Elle renouvelle la question de l’identification des plantes de Théophraste, qui se basait jusqu’à maintenant sur la traduction anglaise de Hort, qui date de plus d’un siècle.

Statue de Théophraste dans le Jardin botanique de Palerme.

Accès aux noms grecs des plantes chez Theophraste.

[Info Tela Botanica]

La diffusion du maïs sur les Côtes de l’Or et des Esclaves aux 17° et 18° siècles.

Article de Dominique Juhé-Beaulaton, Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer (1990), n° 198, p. 177-193

L’étude de la diffusion du maïs a pour préalable l’examen des problèmes posés par l’identification des céréales décrites par les voyageurs des 17e et 18e siècles, auteurs de récits constituant les sources consultées. Celles-ci permettent d’établir une cartographie de la diffusion du maïs qui met en valeur les différences régionales et de dégager les facteurs déterminants de cette rapide diffusion, qui sont à la fois agronomiques, écologiques et humains.

Lire l’intégralité de l’article en version PDF (837.4 Kb) sur HAL-SHS.

Histoire économique et sociale des campagnes (XVIIe- XXe siècles)

Séminaire d’histoire des campagnes de l’EHESS, Salle 3, bureau du Conseil – 190-198 Avenue de France
Paris, France (75013)

Programme

1° et 3° vendredi de chaque mois de 15 h à 17 h,

Attention : la séance du 6 décembre est repoussée au 13 Décembre

  • Vendredi 15 Novembre, Gérard Béaur, Ouverture. Alain Laberge, Guerre de la Conquête et reconstruction rurale dans la vallée du Saint-Laurent après 1760.
  • Vendredi 29 Novembre, Ronan Tallec, Conjonctures et marché foncier dans le Midi toulousain sous l’Ancien Régime : autour du cas de Montesquieu-Volvestre.
  • Vendredi 13 Décembre, Alain Chatriot, La politique du blé. Histoire d’un marché en France dans la première moitié du XXe siècle. Attention changement de salle (salle du Conseil B, R-1).
  • Vendredi 17 Janvier, Gérard Béaur, Droits de propriété, circulation du foncier et croissance agricole.
  • Vendredi 31 Janvier, Leen van Molle, La politique agricole/rurale du ‘compromis à la belge’.
  • Vendredi 7 Février, Antoni Furio, Après la crise: la reconversion agraire à la fin du Moyen Âge.
  • Vendredi 7 Mars, Leen van Molle, Savoirs et pouvoirs à la campagne : quelles connaissances pour qui ?

Organisation

Gérard Béaur (CNRS, EHESS-CRH),

Alain Chatriot (CNRS, CRH), Laurent Herment (CNRS, CRH), et Pablo F. Luna (Université Paris Sorbonne, CRH).

Avec Jean Duma (Université de Paris X-Nanterre) et Nadine Vivier (Université du Maine)

[Info Calenda]

Sciences de la nature, sciences de la société

« Sciences de la nature, sciences de la société », Marc Jolivet (Dir.), CNRS Editions, 589 p., 1992.

La gestion « durable » des ressources naturelles renouvelables et des milieux est une question vive, plus que jamais actuelle. Les bases de la démarche véritablement interdisciplinaire qu’elle requiert restent à construire. Tel est l’objet de la réflexion menée ici par des spécialistes de disciplines aussi différentes que l’écologie, l’ethnologie, l’agronomie, la géographie, le droit, la sociologie ou l’économie. Cet ouvrage porte témoignage de la façon inhabituelle dont un certain nombre de connaissances et de démarche disciplinaires ont été sollicitées et mobilisées dans des programmes interdisciplinaires traitant de cette question. Il balise le champ scientifique ouvert, repère les questions théoriques et méthodologiques qui y ont une importance particulière, voire qui lui sont spécifiques, clarifie langages et procédures. Travail de synthèse, il tire de l’expérience réalisée les termes et les règles d’un questionnement clair et rigoureux qui peut servir de cadre aux recherches nouvelles. À travers les problèmes méthodologiques dont il traite, cet ouvrage aborde quelques-uns des grands débats contemporains sur la science tels que déterminisme et causalité, rapports sciences et société, interdisciplinarité et complexité, observation et expérience.

Ouvrage en accès libre et intégral sur OpenEdition Books.

Néandertal se soignait-il vraiment par les plantes ?

Article de Pierre Barthélémy, blog du Monde Passeur de sciences, 23.10. 2013

C’était il y a un peu plus d’un an, en juillet 2012. Sous le titre « L’homme de Néandertal se soignait-il par les plantes« , je rendais compte sur ce blog d’une étude internationale publiée par la revue Naturwissenschaften. Ses auteurs avaient analysé le tartre des dents de cinq Néandertaliens dont les restes provenaient de la grotte espagnole d’El Sidrón. Dans ces dépôts dentaires, ils avaient tout d’abord retrouvé des grains d’amidon, probablement issus de céréales, ce qui me faisait écrire : « Cela a confirmé que Néandertal, longtemps considéré comme essentiellement carnivore (notamment parce qu’on avait découvert sur les sites beaucoup d’ossements animaux, qui se conservent mieux que les plantes…), savait aussi exploiter les réserves de glucides des végétaux. »

Les chercheurs allaient ensuite plus loin. Ayant retrouvé, dans la dent d’une jeune fille, la trace de composés chimiques contenus dans la camomille et l’achillée millefeuille, ils émettaient l’hypothèse que l’homme de Néandertal utilisait ces plantes pour leurs vertus thérapeutiques. Rien d’autre ne semblait en effet pouvoir expliquer la consommation de ces plantes au goût amer et dépourvues de valeur nutritive. Les auteurs de l’étude ainsi que moi-même mettions quelques couches de prudence autour de cette découverte et je concluais ainsi : « Néanmoins, la possibilité d’un homme de Néandertal capable de se soigner par les plantes est-elle au fond si surprenante que cela ? N’a-t-on pas déjà montré que d’autres grands primates, chimpanzés et gorilles, eux aussi cousins d’Homo sapiens, se servent de toute une pharmacopée végétale ? »

Tout cela était bel et bon mais deux chercheurs britanniques, Laura Buck et Chris Stringer, viennent de suggérer, dans un article à paraître dans Quaternary Science Reviews, que la présence de ces traces végétales dans le tartre des dents fossiles pouvait s’expliquer autrement que par la cueillette et la consommation de plantes… »

Lire l’intégralité de l’article sur le blog.

La tradition de la barre fleurie dans les Alpes-de-Haute-Provence

Dans le cadre de la semaine de l’Open Access Week, archive sonore disponible sur les Carnets de la phonothèque de la MMSH d’Aix-en-Provence

Dans la région de Manosque (04, France), une femme évoque la tradition de la barre fleurie offerte à la mariée lors de son mariage (cote SF238, N°4418. Enregistré le 24 février 2010 à Saint-Michel-l’Observatoire (04) par Danielle Musset. Durée 26min).

Ecouter l’enquête en ligne

Fruits et légumes de part et d’autre de la Méditerranée 15e-20e siècle

Colloque international organisé par la Chaire Unesco Sauvegarde et valorisation des patrimoines culturels alimentaires de l’université François-Rabelais de Tours et l’université Ibn Tofaïl de Kénitra, 30, 31 octobre et 1er novembre, Salle des conférences, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (Kénitra, Maroc)

Ce colloque s’intéresse à un patrimoine spécifique, celui des fruits et légumes qui, de part et d’autre du bassin méditerranéen, ont toujours occupé une place majeure. D’une rive à l’autre, on relève des ressemblances et des dissemblances : pratiques arboricoles et maraîchères, productions et consommations, systèmes d’adaptation et d’adoption des plantes, fonction sociale et culturelle de leur consommation, etc. Le temps long (15e-20e siècle) constitue la toile de fond de notre problématique comparatiste : les découvertes de nouveaux mondes, les innovations techniques, le mouvement de (dé)colonisation ont entraîné des changements notables dans les pratiques agraires et les consommations alimentaires. Notre problématique est tout aussi ouverte aux questions du temps présent, à savoir le développement des productions des fruits et légumes dans les pays de la rive sud et les contraintes du commerce international, les enjeux de la biodiversité et la patrimonialisation des cultures alimentaires présentées comme « traditionnelles » (régimes alimentaires, spécialités régionales, légumes ou fruits emblématiques).

Programme

Mercredi 30 octobre 2013

19h Conférence inaugurale à l’Institut français de Kénitra (320 avenue Mohamed V) : Florent QUELLIER, Université François-Rabelais, France. « Bête comme chou ? Le jardin potager dans la culture alimentaire française ».

Jeudi 31 octobre 2013

8h45 Accueil des participants

9h-9h30 Mots d’accueil

Fruits et légumes, une identité méditerranéenne ? (9h30-11h10)

Président de séance : Abdelahad SEBTI

  • Cristina BRAGAGLIA, Université de Bologne, Italie. « Fruits et légumes dans le cinéma des deux côtés de la Méditerranée ».
  • Aïda KANAFANI-ZAHAR, Centre National de la Recherche Scientifique, France. « Légumes et herbes aromatiques dans le mezzé libanais ».
  • Halima FERHAT, Université Mohammed V, Maroc. « Consommation des légumes dans une société où la viande garde son prestige : anciens et nouveaux produits dans la cuisine marocaine ».
  • Najah NEZHA, Université Ibn Tofaïl, Maroc. « La place des légumes frais dans l’alimentation des Marocains ». Communication en langue arabe.

Des fruits et des sociétés (11h30-12h50)

Présidente de séance : Hélène ILBERT

  • Abdelmajid MOUKHLI, INRA-Centre Régional de la Recherche Agronomique de Marrakech, Maroc. « Introduction et diffusion de l’oléiculture au Maroc : une histoire complexe éclairée par les textes et par l’ADN ».
  • Laetizia CASTELLANI, Université Pasquale Paoli, France. « L’arboriculture en Balagne du début du XIXe siècle à aujourd’hui : mutations et enjeux ».
  • Corinne MARACHE, Université Michel de Montaigne, France. « Quand un fruit raconte l’histoire de son « pays » : la châtaigne, miroir des transformations économiques et sociales du monde rural (L’exemple de la Dordogne (France), XIXe – début XXe siècle) ».

Fruits, légumes et diététique(s) méditerranéenne(s) (14h30-16h50)

Président de séance : Najib GMIRA

  • Francesca PUCCI-DONATI, Université de Bologne, Italie. « Plaisir et santé dans les proverbes de la Méditerranée au Moyen Âge et à l’époque moderne ».
  • Philippe DUBOIS, Bucknell University, Etats-Unis. « Modernité alimentaire des cuisines à base de plantes ».
  • Antonio José MARQUES DA SILVA, Université de Coimbra, Portugal. « Idéal et pratiques alimentaires de Méditerranée : entre désir de chair et raison végétarienne ».
  • Badiaa LAFDAILLI, Université Ibn Tofaïl, Maroc. « Fruits et légumes dans l’imaginaire populaire marocain ». Communication en langue arabe.
  • Houria OULARBI-ABDENNEBI, Université Mouloud Mammeri, Algérie. « Les filières commerciales des plantes comestibles entre deux guerres dans le Djurdjura ».

Fruits et légumes de l’Autre de part et d’autre de la Méditerranée (17h-18h30)

Présidente de séance : Halima FERHAT

  • Luis FÉ CANTO, Université d’Orléans, France. « Manger dans les présides espagnols du Maghreb à la période moderne : une alimentation entre deux continents ? Deux alimentations autour d’une mer ? »
  • Faouzia BOURISSA, Université de Gafsa, Tunisie. « Cuisines et pratiques de table en Tunisie ».
  • Jamoussi HABIB, Université de Sfax, Tunisie. « Le régime alimentaire des Tunisiens à l’époque Moderne à travers les récits de voyages des Européens ».

Vendredi 1er novembre 2013

Intégration méditerranéenne de plantes vivrières venues d’ailleurs (9h-10h30)

Président de séance : Marc DE FERRIÈRE

  • Elisabeth MOTTE-FLORAC, Université de Montpellier, France. « De l’ail et du piment : variations méditerranéennes ».
  • Athéna-Hélène STOURNA, Université ouverte de Chypre, Grèce. « Introduction de la pomme de terre en Grèce (1828) : entre légende et faits historiques ».
  • Stefano MAGAGNOLI, Université de Parme, Italie. « La naissance de l’industrie de tomates à Parme ».

Des fruits et des sociétés (10h40-12h20)

Présidente de séance : Marie-Pierre RUAS

  • Gilles FUMEY, Université de Paris-Sorbonne, France. « Le melon de Cavaillon, une géohistoire agrocommerciale ».
  • Philippe MEYZIE, Université Michel de Montaigne, France. « Réputation et commerce des prunes en France (XVIIe-XVIIIe siècles) ».
  • Mohamed MONKACHI, Université Ibn Tofaïl, Maroc. « Raisins et raisins secs dans le Maroc précolonial ».
  • Younès HMIMSA, Université Abdelmalek Essaadi, Maroc. « Gestion et dynamique locale de la diversité variétale du Figuier (Ficus carica L.) dans les agroécosystèmes du Rif au Maroc ».

12h20-12h40 : Conclusions par Hélène ILBERT, Institut Agronomique Méditerranéen, France.

Inscriptions :  flk@univ-ibntofail.ac.ma

[Info Calenda]