ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Flore sacrée : les reliquaires à paperoles, ornements sublimes

Article de Céleste Olalquiaga paru dans la revue de l’INHA « Perspective« , n°1, 2010, pp.151-157

« Objet de multiples études, notamment pour leur littérature et leurs extases mystiques, les ordres religieux féminins ont été peu analysés sous l’angle de leurs productions matérielles, témoignages pourtant tout aussi passionnants et bien plus tangibles. Parmi cette production se distinguent des objets de dévotion privée d’un type particulier : les reliquaires à papiers roulés, boîtes vitrées figurant une scène religieuse placée au cœur d’une végétation luxuriante, dont la première mention apparaît en 1643. Qu’il s’agisse de figurines en pâte ou de gravures découpées, des images relevant de l’iconographie chrétienne y sont fixées à la colle animale et entourées de reliques sacrées, elles-mêmes « habillées » par un foisonnement floral fait de papiers roulés, appelés « paperoles ». Encadrés et mis sous verre, ces tableaux en trois dimensions donnent l’impression de boîtes magiques évoquant des bois enchantés. »…

Lire l’article intégral sur le site de la revue.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :