ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Des arbres au milieu des champs

Emission radio, Zoom de la rédaction, France Inter, 5 juillet 2013

C’est une nouvelle révolution agricole, l’agroforesterie  : planter des arbres au milieu des champs. A Vittel où la qualité de l’eau des sources doit être préservée des pollutions agricole, l’expérience vient d’être lancée. 
Imaginez un champ de luzerne de 25 hectares où 5 000 arbres ont été plantés. En lignes assez espacées pour ne pas gêner les manoeuvres des engins agricoles. C’est Fabrice Felten qui cultive cette parcelle. Il compte récolter du bois de chauffage tous les trois ans et du bois d’oeuvre comme le merisier dans plusieurs dizaine d’années.

Arbre © Nathalie Fontrel – Radio France – 2013

L’intérêt n’est pas uniquement économique. L’arbre a un rôle écologique. Il a un impact bénéfique sur les cultures comme l’explique le co-fondateur de l’association Pur Projet Jean Marie Deshoux : maintien de l’humidité du sol, apport de matière organique. les arbres sont également des hôtels à insectes pollinisateurs. 

L’agroforesterie, c’est la réhabilitation d’une méthode de culture ancestrale que le remembrement et la mécanisation agricole avaient rendu obsolète. 
Cette expérience est chapeautée par le minéralier Vittel. Pour lui c’est vital : Il s’agit de tout faire pour protéger la source des pollutions agricoles. 
Agrivair, une filiale de Nestlé Water, a en charge la protection de la ressource en eau depuis 20 ans. Elle signe des partenariats avec les agriculteurs volontaires. Ils sont une trentaine aujourd’hui. Avec un cahier des charges très strict. 
Christophe Klotz , le directeur d’Agrivair, y a rajouté cette expérience de cultiver des arbres au milieu des champs. 
Pour le moment deux agriculteurs se sont portés volontaires pour se lancer dans l’agroforesterie. Dont un éleveur de vaches laitières en agriculture biologique. Dominique Sautré regarde les jeunes arbres qui poussent au milieu de son champ de blé. Pour le moment ils ne sont pas très hauts. Un peu plus d’un mètre… La récolte n’est pas pour demain. Mais il songe à ses enfants : ce sont eux qui vendront le bois.

Ré-écouter l’émission sur le site de la radio.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :