ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Engagement de la recherche agronomique dans l’action. Le cas d’une Recherche-Action en Partenariat au Cameroun

Thèse de Anna Carbonnel, Université Paul Valéry – Montpellier III (Ethnologie), 10/12/2012, Paul Pandolfi (Dir.), 376 p.

La Recherche-Action en Partenariat (R.A.P.) est une démarche de recherche conçue par des chercheurs du Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (C.I.R.A.D.). D’après les concepteurs de la R.A.P., les inventions proposées par les chercheurs agronomes ne sont pas suffisamment prises en compte par les potentiels utilisateurs et ne se transforment pas forcément en innovation. Inspirée des sciences sociales et présentée comme une démarche capable d’élaborer des conditions favorables à la co-construction des innovations, la R.A.P. doit améliorer le passage entre l’invention des chercheurs et l’adoption de ces inventions par les utilisateurs. Cette thèse se focalise sur les conditions d’émergence de la R.A.P. au C.I.R.A.D. puis sur son application à deux terrains vivants : le Cameroun et le Burkina Faso. La question principale posée dans ce travail est de savoir si effectivement et concrètement, la R.A.P. s’inspire des sciences sociales pour favoriser la co-construction des innovations et atteindre l’un de ses objectifs : résoudre les problèmes des acteurs. Cette thèse est une réflexion sur la place et les actions possibles des sciences sociales en collaboration avec d’autres disciplines pour se mettre au service d’une telle démarche et de tels projets de développement. L’observation de la R.A.P. comme un objet de recherche socio-anthropologique donne à voir une multitude de questionnements essentiels tant pour le milieu de la recherche que pour les situations locales rencontrées.

Thèse  prochainement publiée chez L’Harmattan.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :