ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Anthracologie et espaces forestiers charbonnés. Quelques exemples dans la moitié orientale des Pyrénées

Communication de colloque de Bernard Davasse, Les charbons de bois, les anciens écosystèmes et le rôle de l’homme, Montpellier : France (1991)

Les charbonnières témoignent de l’exploitation intensive des forêts pour alimenter la métallurgie au bois. Ces restes d’une activité industrielle qui a duré pendant toute la période historique se rencontrent un peu partout dans la moitié orientale des Pyrénées. Grâce à l’anthracologie, les charbonnières deviennent un moyen heuristique permettant de restituer dans le temps les espaces forestiers. Une méthodologie spécifique, adaptée à l’objet (la charbonnière) et à la problématique (la biogéographie), amène à distinguer trois niveaux d’analyse :  l’espèce biologique. C’est à ce premier niveau que se pose le problème de la détermination anatomique du pin sylvestre dans les hautes vallées des Pyrénées ariégeoises ; les successions forestières sur le site charbonné, espace homogène, tant d’un point de vue biogéographique que topoclimatique, où sont étudiés plusieurs charbonnières ; l’évolution de l’espace forestier à l’échelle d’une vallée. L’étude de la répartition des charbonnières et de sites charbonnés échelonnés selon le gradient altitudinal, ainsi que les datations au C14, permettent de reconstituer cette évolution. L’application de l’étude des charbonnières à des vallées de la moitié orientale des Pyrénées que sont le Vicdessos et l’Aston (Ariège, France) illustrent la démarche et confirme sa validité. On obtient alors un éclairage nouveau sur l’organisation écologique de la végétation qui s’avère être une confrontation permanente entre les processus naturels et le poids des gestion de l’espace par les sociétés.

Communication en accès libre intégral en version PDF (470,3 Kb) sur HAL-SHS.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :