ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Du bon usage du passé des paysages. Récits paysagers et durabilité dans trois sites viticoles européens du patrimoine mondial (Tokaj, Saint-Émilion, Cinque Terre)

Article de Serge Briffaud et Bernard Davasse paru dans « Paysage et développement durable », Luginbühl Y., Terrasson D. , Ed; Quae, 2012, pp. 171-183

Cette contribution s’intéresse plus particulièrement aux récits paysagers associés à la politique d’inscription des « paysages culturels » au Patrimoine mondial de l’humanité, mise en œuvre par l’UNESCO depuis 1992. À l’heure où l’écologisation des espaces locaux devient l’un des vecteurs principaux de (re)construction des identités collectives, ces récits tramés autour du paysage peuvent-ils servir de matrice et de soubassement symboliques à de nouvelles visions du rapport nature/société dans les territoires concernés ? Le processus d’inscription est-il véritablement apte à susciter la construction de récits paysagers capables de fonder symboliquement des projets orientés vers la durabilité, c’est-à-dire fondés sur une gestion des temporalités socio-écologiques ? Ces questions sont au cœur de l’analyse comparative que nous avons menée pour trois  » paysages culturels  » européens, inscrits entre 1997 et 2003 et ayant pour caractéristique commune d’être fortement marqués par l’activité viti-vinicole. Il s’agit de Portovenere, Cinque Terre et les îles, de la Juridiction de Saint-Émilion et de la région viticole de Tokaj. L’étude de ces trois cas de figure nous amène à penser que l’efficience des récits paysagers, relativement à leur capacité à fonder une pensée de la durabilité et une action en la matière, réside dans leur capacité à prendre en charge les phénomènes de résilience paysagère, qui font de tout héritage une réalité en décalage avec les conditions qui lui avaient permis d’advenir. À cette condition seulement, le récit semble capable de se prolonger dans l’avenir et de dégager les horizons d’un projet de développement durable, qui dépasse une simple action sur les formes du paysage et vise à établir les conditions socio-écologiques de leur production et de leur évolution.

Accessible intégralement en version PDF (233,5 Kb) sur HAL-SHS.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :