ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Patati et Patata :1001 espèces de pommes de terre

Emission radio Culturesmonde, France Culture, 11h, 08. 01. 2013

La pomme de terre trouve ses origines sur les plateaux andins d’Amérique du Sud. Elle a été consommée et cultivée depuis l’époque néolithique. Plusieurs pays – le Pérou, la Bolivie et le Chili – s’en disputent la paternité mais les plus anciennes traces de cultures ont été découvertes dans les grottes de Tres Ventanasà 2800m d’altitude (à quelques 65kms de la capitale péruvienne Lima).

Quoiqu’il en soit, la culture de la pomme de terre s’est généralisée dans la région du Lac Titicaca (à cheval sur l’actuel territoire de la Bolivie et du Pérou) une zone où l’on trouve une très grande variabilité génétique des espèces et des variétés (une bonne centaine d’espèces sauvages et plus de 400 variétés cultivées). Mais que reste-t-il aujoud’hui de l’attachement des populations indigènes à cette fameuse “Patata”? Quelle trace a-t-elle laissé dans la culture indigèneEst-elle encore associée à l’identité indigène? S’agissant de sa diffusion, on sait que ce sont les conquistadors qui l’avaient rapportée en Espagne d’abord avant d’être introduite en allemagne, en France, en angleterre puis dans toute l’Europe. Mais elle a eu quelque mal à s’imposer, jouissant, pendant longtemps, d’une mauvaise image.

Pourtant, la pomme de terre s’est peu à peu imposée comme un élément prédominant dans beaucoup de régimes alimentaires parfois trop puisqu’elle fut, par exemple, à l’origine d’une grande famine dans l’Irlande du 19ème siècle où tous les paysans l’avaient largement adoptée. A l’époque, un champignon – le Mildiou – avait ravagé les cultures. Ce qui nous pousse, aujourd’hui, à suivre des recherches pour mieux comprendre la résistance de la pomme de terre, pour tenter d’améliorer  les rendements et la production.

Jean-Eric Chauvin, ingénieur de recherche à l’INRA.
Madeleine Ferrières, historienne.
Alejandro Argumedo, ingénieur agronome, fondateur du « parque de la papa ».

A écouter sur le site de l’émission.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :