ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Renouveau des jardins ? Clé pour un monde durable

Colloque, Cerisy-la-Salle, 3 au 13 Août 2012

Espaces extérieurs ou intérieurs, clos ou délimités, où l’on cultive des végétaux, variables selon les saisons et les années, les jardins sont des objets de culture, d’abord créés en Europe et en Asie, avant de devenir universels. Terrestres ou mythiques, ils ont tenu, à toutes les époques, une place centrale non seulement dans la vie quotidienne des individus et des groupes, mais aussi dans l’exercice des pouvoirs et des religions comme dans les représentations symboliques. Havres de paix, ces univers protégés ont partie liée avec l’histoire dans la mesure où ils prennent forme par l’action humaine, individuelle ou collective. Ainsi, face aux crises qui, selon les périodes, mettent en péril les sociétés, les jardins constituent à la fois un refuge pour les personnes dont les repères vacillent, un mode de résistance aux forces destructrices de la société et une capacité d’invention stimulant des initiatives aptes à transformer les menaces en opportunités.

Depuis quelques années, l’on assiste à un regain d’intérêt pour les jardins et à une diversification de leurs formes, de leurs produits et de leurs usages. Lieux de bien-être et de labeur, lieux d’apprentissage et d’expérimentation (avec les jardins pédagogiques, zoologiques ou botaniques), lieux d’intégration sociale (avec les jardins ouvriers et familiaux), lieux de solidarité (avec les jardins partagés et communautaires), les jardins réinventent des liens avec le temps et avec l’espace, avec la nature et avec le vivant. De la gastronomie aux arts, de nouveaux champs (ré)investissent, (re)découvrent, (ré)inventent les jardins, comme en témoigne la variété des pratiques auxquelles ils donnent lieu ainsi que le nombre et la diversité des manifestations qui leur sont consacrées.

Si l’on admet qu’un tel renouveau est à l’œuvre aujourd’hui, la première hypothèse soumise au débat sera l’idée selon laquelle c’est dans les périodes de crise qu’ils font l’objet d’un surcroît d’intérêt. Dès lors, l’on s’efforcera de dégager les modalités de réinvention des jardins dans un contexte sociétal dont le caractère inédit impose non seulement de faire évoluer nos modes de pensée et d’action, mais aussi de développer des compétences nouvelles pour dépasser des tensions a priori insurmontables.

Après une ouverture formulant les questions prospectives à débattre (quant au renouveau des jardins comme clef pour un monde plus durable et plus solidaire, quant aux compétences du « bien jardiner » pour dépasser les tensions contemporaines) et une présentation des jardins selon diverses civilisations, le colloque offrira plusieurs séquences thématiques centrés sur les principaux enjeux, où alterneront conférences, interventions artistiques, lectures, visites, témoignages, permettant d’appréhender les thèmes, sous leurs divers aspects, à la fois intellectuels, matériels et sensibles.

Programme complet ici.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :