ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Étude ethnobotanique des ignames endémiques dans le Bas Mangoky (Sud-ouest de Madagascar) et essai de culture de quelques espèces

Rapport de Stephan Damson, Félicitée Rejo-Fienana et Serge Tostain, IRD

L’objectif de cet article est d’étudier les coutumes et traditions liées aux ignames (Dioscorea sp.) dans le Bas Mangoky (Sud-ouest de Madagascar). Une enquête a été réalisée auprès de 133 habitants de trois terroirs, Ambiky, Fiadanana et Vondrove dont des spécialistes du déterrage des tubercules d’ignames et des vendeurs d’igname de trois marchés hebdomadaires (Ambiky, Ankiliabo et Tanandava). Neuf espèces ont été recensées. Huit sont endémiques : D. soso
(« Sosa »), D. ovinala (« Angily »), D. maciba (« Oviala »), D. fandra (« Kianjiky »), D. bemarivensis (« Tringitringy »), D. bemandry (« Babo »), D. antaly (« Antaly ») et « Reroy » ou« Rerohy », une espèce inconnue . La neuvième espèce est non endémique : D. sansibarensis (« Veoveo » ou « Papa »). L’article décrit les coutumes de trois ethnies, Sakalave, Masikoro et Tanala, en particulier les façons de préparer les tubercules, et la manière de conserver in situ les ignames menacées par l’anthropisation de la région. Dans le calendrier agricole, les périodes de soudure ont été déterminées ainsi que les périodes de collecte des tubercules des différentes espèces. L’enquête a montré que la culture des espèces sauvages comme moyen de conservation à long terme serait possible pour environ 10% des paysans à Fiadanana (à majorité Tanala), 15% à Ambiky et 40% à Vondrove (à majorité Masikoro). Vondrove est un village enclavé avec une longue période de disette où l’on a l’habitude de détoxifier les tubercules amers de D. antaly. Enfin, les résultats d’un essai de culture sont rapportés.

Accessible intégralement en version PDF sur le site de l’IRD. Voir également d’autres rapports en texte intégral accessibles sur le même sujet.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :