ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

L’agriculture urbaine dans le bassin méditerranéen, une réalité ancienne à l’heure du renouveau

Article de Marc Lavergne paru dans « Interfaces : agricultures et villes à l’Est et au Sud de la Méditerranée », sous la direction de Joe Nasr et Martine Padilla (2004), pages 49 à 66

Les deux termes d’urbanisation et d’agriculture paraissent de prime abord antinomiques : la croissance urbaine repousse d’évidence les étendues cultivées toujours plus loin, la ville étant dévoreuse d’espace et, de préférence, d’espace agricole, comme on le verra plus loin. Mais bien plus, le monde urbain et le monde rural paraissent en opposition radicale, qu’il s’agisse des modes de vie, des valeurs qui les sous-tendent, de leur vision du monde. Leur opposition va au-delà de la dichotomie établie par les statisticiens et les économistes entre le secteur primaire, qui regrouperait les activités productives de richesse tirées directement des ressources naturelles, qui seraient le propre du monde rural, des activités secondaires et tertiaires, de transformation et de commercialisation, qui seraient réservées à la ville. Or l’existence d’une agriculture urbaine (intra-urbaine et péri-urbaine), différente de l’agriculture pratiquée en milieu rural, et qui a tissé avec l’environnement urbain des rapports complexes, faits d’antagonismes mais aussi de complémentarités, montre que les rapports entre urbanisation et agriculture ne sont pas aussi tranchés.

Intégralement accessible en version PDF (193,7 Kb) sur HAL-SHS.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :