ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Pour une conservation dynamique de l’agrobiodiversité. Gestion locale de la diversité variétale d’un arbre «des Blancs» (cocotier, Cocos nucifera L.) et d’une plante «des ancêtres» (taro, Colocasia esculenta (L.) Schott) au Vanuatu

Thèse de Sophie Caillon, Université d’Orléans (Géographie), 09/12/2005, Jean-Paul Lescure (Dir.),

696 p.

Treize ans après le sommet de la Terre, cette thèse souligne les contradictions entre diversité culturelle et diversité biologique lorsqu’il s’agit de conserver un patrimoine de plantes cultivées. La présentation du contexte conceptuel de recherche, des sites d’étude au Vanuatu (principalement Vêtuboso sur Vanua Lava) et des espèces (le cocotier et le taro), ainsi que les méthodes s’appuyant sur des outils de l’agronomie, de l’anthropologie, de la génétique et de la géographie, ont été regroupées dans une première partie. La deuxième partie apporte des éléments de réponses aux trois questions principales de la thèse :
1. Quel est le statut social des deux espèces étudiées ?
2. De quelle agrobiodiversité parle-t-on ?
3. Comment s’élabore-t-elle et se diffuse-t-elle ?
La biologie de la plante mais aussi son histoire dans la communauté conditionnent son statut social et ainsi les modalités de sa gestion. Qualifié de «plante des Blancs» bien que présent avant l’arrivée des premiers colons, le cocotier, a quitté le statut d’arbre fruitier pour celui de culture de rente pérenne malgré ses nombreux usages et les mythes fondateurs qui lui sont associés. Son espace de culture, la cocoteraie, rappelle le temps du colonialisme, du travail forcé, et évoque la pénibilité de la production du coprah. Elle est accusée de «voler» l’espace de la forêt où vivent les esprits. La base génétique du cocotier est large même si l’on relève peu de catégories nommées. Le taro, une plante annuelle de subsistance identifiée localement par de nombreux noms correspondant à des morphotypes distincts, est socialement valorisé en tant que porteur de mémoire des ancêtres et vitrine des savoir-faire individuels. Cependant sa base génétique est étroite, et malgré l’attention que lui portent des horticulteurs passionnés, il ne pourra survivre à l’introduction de la maladie attendant aux portes du Vanuatu (TLB). Ainsi, la valorisation de la biodiversité, aussi bien du point de vue des représentations locales que des sciences, dépend des formes de socialisation des plantes comme des finalités recherchées : protéger la mémoire d’un lieu par les liens aux ancêtres, une diversité culturelle, une variabilité phénotypique ou un potentiel d’évolution. De plus, du point de vue de la conservation de la biodiversité, une même communauté peut être considérée, en raison de sa gestion des taros, comme une société qui possède de véritables «savoirs naturalistes locaux», et dans sa gestion des cocotiers, comme une société ayant préféré s’investir dans une économie de marché prônant l’intensification. L’intégration des diversités biologique et culturelle au sein du concept de biodiversité peut constituer une liaison dangereuse, si les savoirs, réduits au rang de recettes, sont abstraits de leur cadre cognitif et socioculturel. En s’appuyant sur les résultats précédents, la troisième partie passe en revue les sources d’érosion de l’agrobiodiversité au Vanuatu et s’intéresse aux politiques de sa conservation telles que la conservation in situ et la sélection participative. Sachant que les principales raisons pour lesquelles les agriculteurs conservent un matériel ancestral dépendent de sa relation aux ancêtres, le scientifique ou le développeur a peu d’influence sur l’évolution des pratiques locales garantissant une agrobiodiversité dynamique. Finalement ce serait en protégeant une espèce végétale « sociale » quitte à la « moderniser » en améliorant son potentiel d’adaptation, que l’on conserverait la diversité culturelle. La sélection participative serait alors un moyen d’allier conservation et amélioration, soit conservation et sécurité alimentaire, et de ce fait, conservation et développement. Dans ce cadre, une approche interdisciplinaire s’impose afin d’optimiser l’efficacité des programmes de conservation et de développement auprès des populations, parce qu’elle permet d’établir les bases d’une coopération avec les communautés locales qui les laisse libres de décider du sens et des modalités de leur inscription dans les processus de globalisation auxquelles elles sont désormais confrontées.

Thèse intégralement accessible en version PDF (61,3 Mb), sur HAL-SHS.

Crédits photographiques : fosse à taro au Tuamotu

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :