ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Les territoires sahariens au XXIème siècle

Appel à communication, Oran (Algérie), 2010

Cette rencontre scientifique s’inscrit dans le prolongement dun premier colloque international, tenu en juin 2009 à Besançon, intitulé « Le Sahara et ses marges : enjeux et perspectives de territoires en mutation » qui avait réuni une cinquantaine de chercheurs d’Afrique et d’Europe autour de préoccupations scientifiques analysant les évolutions et dynamiques des territoires sahariens. Dans ce cheminement, ce second colloque vient clôturer le programme interuniversitaire de coopération PHC-Tassili n° 07.MDU.710 liant le CRASC et le Laboratoire ThéMA, portant sur le Sud-ouest algérien.
À l’image de la précédente rencontre, il s’agit de penser l’espace saharien comme un ensemble s’étendant de l’Océan atlantique à la Mer rouge et incluant ses bordures sahéliennes et steppiques, et le percevoir comme un désert qui met en relation le Monde africain et le Monde méditerranéen, en gardant à l’esprit son rôle géostratégique dans un monde en profonde transformation. Enfin, les thématiques d’approche ne se limitent pas aux seules questions d’aménagement du territoire et concernent par exemple, celles des pratiques culturelles, des représentations sociales, comme des aspects environnementaux…
En raison du retard accumulé en matière de développement par les pays sahariens, la première tâche du ressort des Etats, depuis les indépendances, a été d’engager des actions d’aménagement, plus ou moins importantes, de développement économique, de contrôle des territoires, de consolidation des institutions locales, de réalisations d’équipements collectifs et d’infrastructures de relation … Après 50 ans d’indépendance, les décisions des pouvoirs politiques centraux ont produit, localement, des effets d’entraînement dans des espaces pauvres et sous-équipés et parfois, bien peuplés. En dépit des disparités spatiales, c’est la formidable croissance des villes sahariennes à travers ses différentes composantes (étalement, diversité des activités, habitat, vie sociale, échanges…) qu’il s’agit d’analyser à travers des études de cas, tout comme celles des transformations du monde rural (palmeraies, exploitations nées de la mise en valeur agricole, habitat rural…) ; enfin, l’intérêt doit être aussi porté sur le développement régional à travers la réalisation de grandes actions structurelles  publiques, voire privées, à la concrétisation de grands travaux d’infrastructures de base (routes, aéroports, transferts d’eau…) et de mise en valeur de ressources (pétrole, gaz, minerais…). Tous ces changements démographiques, économiques et sociaux ont exercé de fortes pressions sur les divers territoires ruraux et urbains dont il est fort utile de mesurer, aujourd’hui, les impacts environnementaux dans un milieu aride fragile.

Axes thématiques privilégiés :

– Dynamiques urbaines : processus d’urbanisation, habitat, nouvelles formes d’activités tertiaires et secondaires, gestion urbaine dans les villes sahariennes, formes d’urbanité… ;

–  Mutations rurales : agriculture oasienne, mise en valeur agricole, infrastructures rurales, transformation des pratiques agricoles, ruralité, poids de l’économie rurale, liens entre les mondes ruraux et urbains… ;

– Valorisation des ressources du sol et du sous-sol : mise en valeur, impacts locaux- régionaux et nationaux sur la société, production, emploi, revenus… ;

– Développement local au Sahara : actions publiques de développement, acteurs institutionnels et privés, réactions des aménagés, conflits, gouvernance… ;

– Développement et environnement : risques naturels, protection des sols et des eaux, lutte contre la désertification, pratiques et actions conservatoires… ;

– Réseaux, connectivités et économie des réseaux : réseaux commerciaux, réseaux religieux, réseaux socioculturels et réseaux de pouvoir ; impacts des infrastructures de transport sur l’organisation régionale ou locale… ;

– Identité(s), culture(s), patrimoine culturel matériel, patrimoine culturel immatériel, pratiques et représentations culturelles… ;

– Paysages et formes anciennes et récentes du tourisme saharien… ;

– Migrations et reconfigurations spatiales : impacts des migrations sur les villes sahariennes, changement des trajectoires spatiales et des étapes de migration, fixation, apports… ;

– Géopolitique du Sahara et de ses marges : conflits territoriaux, conflits pour les ressources, conflits identitaires, question des frontières sahariennes, échanges formels et informels, concertations régionales, dialogues…

Disciplines privilégiées (liste non exhaustive) : Géographie, Histoire, Sociologie, Anthropologie, Urbanisme,  Architecture, Économie, Géopolitique, Démographie, Droit, Littérature, Environnement, Sciences politiques, Agronomie…

Aire géographique concernée : Sahara du Maghreb au Sahel, de l’Atlantique à la Mer Rouge

Date limite d’envoi des propositions de communication : 15 juillet 2010

Contact colloquesahara@gmail.com

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :