ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Prix de la Coopération belge 2010

La remise du Prix de la Coopération au Développement belge 2010 a eu lieu ce 24 mars dernier au Musée royal d’Afrique centrale à Tervuren. Il avait cette année pour thème la biodiversité. Dans la catégorie ‘étudiants belges’, le prix a été décerné à Sarah Haesaert de l’Université de Gand. Son projet a étudié les plantes sauvages comestibles consommées et commercialisées par le groupe ethnique des Turumbu en RD Congo, dans le but de procéder à la culture des principales plantes comestibles et d’éviter ainsi leur surexploitation dans la forêt.

Le Kényan Joseph Macharia a reçu le prix dans la catégorie ‘étudiants d’un pays partenaire’. Il a examiné dans quelle mesure la culture d’abeilles sans dard peut inciter la population locale à mieux protéger la forêt de Kakamega. Le miel des abeilles sans dard possède d’importantes propriétés médicinales et constitue une solide source de revenus.

Le lauréat des ‘jeunes chercheurs d’un pays partenaire’, Mohamed Omar Said Mohamed (Kenya), a étudié les dégâts occasionnés par les eaux usées et l’abattage dans les mangroves de Mombasa. Les mangroves protègent les zones côtières et se caractérisent par une grande biodiversité, mais sont également une importante source de nourriture et de bois. Le projet propose un système d’exploitation durable de ces écosystèmes.

Les étudiants reçoivent chacun 5.000 euros et le chercheur 15.000 euros. Ils peuvent se servir de cette ligne de crédit pour financer des stages, des formations et des conférences, ou acquérir des équipements scientifiques.

Le Prix est une initiative de la Coopération belge au Développement et a pour but d’encourager des jeunes du Nord et du Sud à s’intéresser à la coopération internationale. L’édition suivante – la douzième – sera organisée en 2012.

Source : site du Service public fédéral des Affaires étrangères du Royaume de Belgique.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :