ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Rencontres de l’honnête volupté 2009-2010

Séminaire de la Société des Amis de Jean-Louis Flandrin, année 2009-2010, INHA, Paris (France)

La fondation De honesta voluptate – Société des amis de Jean-Louis Flandrin (SAJLF) a été initiée par Jean-Louis Flandrin peu avant sa disparition, dans le but de pérenniser son séminaire à l’EHESS et de transmettre à cette société sa bibliothèque et ses archives personnelles. 

Depuis lors, ses archives ont été déposées par la SAJLF aux Archives nationales (fonds privés : J-L Flandrin) et ses livres à la Bibliothèque de la Maison des Sciences de l’Homme, 54 bd Raspail (fonds Jean-Louis Flandrin).

Quant au séminaire, ses anciens étudiants s’efforcent de le maintenir sous les formes que lui avait données l’historien : dans ses thématiques (histoire de l’alimentation, du corps et de la sexualité), ses exigences de qualité et de rigueur scientifiques, et son ouverture disciplinaire et méthodologique – puisque c’était la grande originalité de ce séminaire, où historiens et anthropologues côtoyaient littéraires et économistes, mais aussi professionnels de la cuisine et formateurs aux métiers de bouche.

Enfin, comme il était d’usage avec J-L Flandrin, le séminaire s’achève sur un banquet historique qui est l’occasion, pour les membres de notre association, de poursuivre par l’expérimentation leurs recherches sur l’histoire de l’alimentation. 

J.-L. Flandrin a toujours manifesté son intérêt pour l’histoire de l’art, si souvent négligée par ses collègues, et veillé à ce qu’elle occupe une place importante dans son séminaire.

13 novembre 2009
Assemblée generale de la SAJLF
Actualité de l’édition en histoire de l’alimentation
27 novembre 2009
Pierre Leclercq (Bruxelles) : « Lancelot de Casteau, queux des princes de Liège au XVIe siècle »
Christophe Morin (Université de Tours) : « Glacières et dépendances : une architecture du plaisir des sens»
11 décembre 2009
Bénédict Beaugé : « Cuisine et innovation, suite »
Philippe C. Dubois (Bucknell University, Lewisburg) : « Quand la masculinité se met à table : la
cuisine du célibataire gourmand »
8 janvier 2010
Jean-Pierre van Roy (Brasserie Cantillon, Bruxelles) : « La Brasserie Cantillon : témoin de la
fermentation spontanée »
Marie-Claude Delahaye (musée de l’Absinthe, Auvers-sur-Oise) : «L’absinthe, mythe et réalité »
22 janvier 2010
Catherine Boncenne : « Iconographie et symbolique d’un dieu agraire, Dionysos »
Vincent Chenille : « Représentations alimentaires et genres cinématographiques »
5 février 2010
Maria José Palla (Universidade Nova, Lisbonne) : « La nourriture dans l’oeuvre de Gil Vicente »
Michel Melot : « L’exception gastronomique française »
12 mars 2010
Véronique Pitchon (Université de Strasbourg) et Liliane Plouvier : « Plaisir et santé à la table des
califes abbassides de Bagdad »
26 mars 2010
Sophie Krebs (Musée d’art moderne de la ville de Paris) : « Addictions et dérèglements chez les
artistes du premier quart du XXe siècle à Paris (Modigliani, Utrillo, Pascin) »
Jean-Pierre Clément (Fauchon) : « Histoire d’une maison : Fauchon, un patrimoine gastronomique »
9 avril 2010
Catherine Coutant (Reims) : « La notion de patrimoine gastronomique. Actions de valorisation et
réalisation d’un atlas du patrimoine gastronomique en Champagne-Ardenne »
28 mai 2010
Beatrice Fink (New York) : « Penser le tubercule à l’époque des Lumières »
Monique Chastanet (CNRS) : « La pomme de terre dans la cuisine corrézienne au début du XIXe
siècle : l’apport d’un dictionnaire limousin-français »
11 juin 2010
Bertrand Goujon (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « Les négociants en champagne au
XIXe siècle : approches sociologiques et culturelles »
Contact :
catherine-bouvier@orange.fr
Publicités

%d blogueurs aiment cette page :