ETHNOBOTANIQUE

Une dilettante veille sur ce sujet

Archive pour avril, 2010

Quand la nature inspire les chercheurs

11ème édition du Festival du film de chercheur, Nancy, 4-7 mai 2010

Projection du film en avant-première
« Le Lotus, de la spiritualité à l’hypertechnologie »
de François-Xavier Vives / 52’ / France 2010 / Le Miroir, ARTE France, CNRS Images, MNHN, INRA

Débat en présence de
David Quéré, physicien, Luc Schuiten, architecte, et François-Xavier Vives, réalisateur.

Si la nature n’a jamais cessé d’être une source d’inspiration pour les artistes, les voici rejoints par les scientifiques. Entre bio-logie et tech-nique, la « bionique » est en plein essor. Cette observation attentive du monde vivant est à l’origine d’innovations surprenantes. Point de départ de cette soirée : le lotus, plante vénérée dans de nombreuses religions. Plus ils découvrent ses propriétés, plus les chercheurs voient dans le lotus une source d’inspiration pour la création de nouvelles technologies. Du haut de ses 80 millions d’années d’évolution, le lotus présente par exemple des nano structures qui rendent ses feuilles autonettoyantes. Qu’à cela ne tienne, de nouvelles peintures de façade qui copient ses qualités sont aujourd’hui commercialisées. Les lianes et leur qualité d’autoréparation sont également copiées. La vigne vierge est observée à la loupe pour comprendre comment fonctionnent ses étonnants systèmes d’accrochages.
Intelligence artificielle, robotique, bâtiment… de nombreux secteurs d’activité sont concernés.


Informations sur le site du festival.
Extraits des films en compétition sur Youtube.
Publicités

Ethnoveterinary knowledge in pastoral Karamoja, northern Uganda

Thèse (en anglais) de Jeanne Terese Gradé, Université de Gand (Faculté de Bio-Ingénierie), 2008, P. Van Damme (Dir.), 254 p.

The present study presents the cataloguing and documenting of indigenous veterinary knowledge of Karamojong pastoralists as a component to an ongoing non-governmental organisation-managed community animal health and development program. The region of Karamoja, 28,000 km2, is located in northeastern Uganda, in the Great Lakes Region of East Africa.

The following problem statements justify this research. Karamoja has a fragile indigenous knowledge data base, prone to fragmentation. It is primarily oral history with very little written data. The growing number of locally endangered medicinal plants presents another and related problem. The area has high (small arms) insecurity and deforestation indices. Since the Karamojong people are semi-nomadic pastoralists with limited agriculture experience, they have little familiarity with agroforestry, plant propagation, resource conservation and protection.

Accessible intégralement en version PDF sur le site du Laboratoire de l’Agronomie tropicale et sub-tropicale et d’ethnobotanique de l’Université de Gand.

L’utilisation et la gestion des plantes alimentaires sauvages dans le sud de l’Equateur

Thèse (en anglais) de Veerle Van Den Eynden, Université de Gand (Faculté de Bio-Ingénierie), 2004, Patrick Van Damme (Dir.), 246 p.

Southern Ecuador’s irregular topography and climate give rise to a wide range of very different ecological zones and vegetation types. This in turn results in high plant species diversity. More than 6,000 plant species occur in an area of 30,000 km2. The region is inhabited by mestizo farmers and small communities of indigenous Shuar and Saraguros. Agriculture is the main economic activity, with a range of different production systems occurring throughout the ecological zones. One finds large-scale export-oriented agriculture in the coastal lowlands, subsistence farming in the Andes, Shuar subsistence horticulture in the Amazonian area and cattle farming and timber logging in newly colonised areas. An ethnobotanical inventory of edible non-crop plants was carried out in 42 field sites, selected throughout the different ecological zones to include maximum geographical, altitudinal and ethnic diversity in the region. Semi-structured interviews with random and expert informants in each site, and botanical collections of all recorded species, resulted in the documentation of 354 edible non-crop species. Data were gathered on their local names, uses, preparations, parts used, ecology and management. All 846 collected plant specimens were botanicaly identified. At least three plant species new to science were recorded during this study and four were recorded for the first time in Ecuador. The plants belong to 65 plant families and 156 genera. Important families of edible plants in the area are Mimosaceae, Arecaceae, Solanaceae, Ericacaeae, Myrtaceae, Rosaceae and Passifloraceae. Well-represented genera are Inga, Passiflora, Solanum and Rubus.

Sommaire

1 Introduction

2 Objectives and research questions

3 Methodology

4 Use of edible plants in southern Ecuador

5 Plant management in Andean southern Ecuador

6 Local names of edible plants

7 Discussion

Annexes

Accessible intégralement en version PDF sur le site du Laboratoire de l’Agronomie tropicale et sub-tropicale et d’ethnobotanique de l’Université de Gand.

Les plantes chez les pygmées Aka et les Monzombo de la Lobaye (Centrafrique)

Elisabeth Motte-Florac. « Étude ethnobotanique comparative chez des chasseurs-cueilleurs et des pêcheurs-cultivateurs dans un même milieu végétal ». Paris : SELAF, 1982. 573 p.

Travail réalisé au cours d’une mission déroulée de juillet à novembre 1976 au sud de la République Centrafricaine, tiré d’une thèse soutenue à l’Université Pierre et Marie Curie, Paris VI, 17/11/1978. Désir de mettre en exergue les analogies et les distinguos culturels existants entre deux populations vivant dans un même milieu végétal.

Sommaire

Avant-propos

PHYTONIMIE

CUEILLETTE ET CULTURE

CHASSE ET PECHE

ALIMENTATION ET TECHNIQUES DIVERSES

MEDECINE ET PHARMACOPEE

CONTES

CONCLUSIONS

Bibliographie Index et lexiques


Nombreux extraits accessibles gratuitement sur Google Books.

Crédits photographiques © Teddy Seguin

L’invention de la Nature

n° thématique des Cahiers du CEIMA, nov. 2008, n°4, ss. la dir. de François Gavillon

Sommaire

– François Gavillon. Introduction

– Benoît Jeanjean « Une réflexion sur la nature de l’homme : saint Jérôme face à Pélage »

– Pascal David « La nature : norme ou fiction ? »

– Marie-Eugénie Kaufmant « Émergence du paysage marin dans la comedia espagnole »

– Nicolas Meynen « Peindre la nature en plein air : la révélation du sublime »

– Anne Le Guellec-Minel « Nature aliénante et nature aliénée : l’invention coloniale de la nature australienne »

– Anne-Laure Brevet « Peintures du naturel chez Doris Lessing : du dénaturé au « surnaturé »

– Catherine Conan « Perceptions de la nature et expression de la masculinité dans The Ultras de Eoin McNamee »

– Thierry Robin « Nature du problème irlandais et problème de la nature chez Flann O’Brien »

– Camille Manfredi « Poèmes à l’état sauvage : le cerf et le loup dans la poésie de Sorley MacLean et Iain Crichton Smith »

– Yannick Lageat « La géographie, discipline dénaturée ? »

– François Gavillon « Le wilderness américain, des Transcendantalistes à Rick Bass : conceptions et représentations »

– Thomas Buckley “If Writing is Creation, then Translating is Evolution”

Contribution à l’élaboration de la pharmacopée Antakarana du Nord de Madagascar. Démarche de l’ethnobotanique appliquée

Thèse de Marie-Laure Caradec, Université de Rennes (Faculté de Pharmacie), 21/03/2005, J.-P. Nicolas (Dir.), 207 p.

La première présente le contexte malgache et régional dans lequel ce travail d’ethnobotanique a été réalisé. Cette présentation tant géographique, qu’humaine, qu’économique, permettra de bien comprendre la problématique et les raisons qui justifient une intervention dans le domaine de la santé. Nous nous attarderons aussi particulièrement sur le système de santé malgache, et notamment sur son système de médecine traditionnelle.

La seconde s’attache à présenter l’origine de la mission qui a été menée par l’association « Jardins du Monde », et surtout à décrire les enquêtes ethnobotaniques en elles-mêmes, et la méthodologie adoptée pour les mener.

La dernière partie porte sur les résultats de ces enquêtes, et la démarche d’élaboration d’une ébauche de pharmacopée. Nous décrirons d’abord les objectifs d’un tel document, et ce sur quoi il s’appuie. L’ensemble des plantes recensées sera ensuite présenté, en parallèle des pathologies auxquelles elles sont associées par les populations Antakarana. Nous clorons cet ouvrage en présentant à titre d’exemple une sélection de seize plantes, en fonction des valorisations dont elles peuvent faire d’emblée l’objet, auprès des populations locales ou en terme de recherche scientifique.

Accessible intégralement en version PDF sur le site de l’association Jardins du Monde.

Soin des leishmanioses dans le sud du Honduras. Une alternative : Clematis dioica

Thèse de Nicolas Bouchery, Université de Lille 2 (Sciences pharmaceutiques et biologiques), 02/02/2007, A. Delelis (Dir.), 177 p.

Ce document est constitué de trois parties. Il est réalisé dans un cadre universitaire, en équipe, et en collaboration avec le laboratoire de pharmacognosie de la faculté de pharmacie de Marseille (Professeure Evelyne Ollivier).

La première partie présente la démarche ethnobotanique et le contexte hondurien. Nous nous attarderons sur le sud du pays et plus particulièrement sur l’organisation du système de santé local.

La seconde partie porte sur les leishmanioses. Nous tracerons le portrait de la maladie et décrirons la situation des leishmanioses dans le sud du Honduras. Après un rappel des traitements chimiques existants, nous traiterons de la problématique des thérapies actuelles et de la recherche de traitements alternatifs.

La troisième partie présente les recherches menées sur une plante: Clematis dioica. De la collecte d’informations aux études de cytotoxicité et d’activité réalisées au laboratoire de pharmacognosie de la faculté de Marseille, cette dernière partie expose la démarche suivie et les résultats de nos investigations.

Accessible intégralement en version PDF à partir du site de l’association Jardins du Monde.

Crédits photographiques : © Pedro Tenorio Lezama